Normandie

Europe

Point de vue L’économie normande à l’épreuve du Brexit

Par Isabelle Evrard, le 04 novembre 2019

Le Brexit est un sujet d'inquiétudes en Normandie, autant pour l'économie que pour le tourisme. Et les rebondissements sur son report ne font rien pour calmer les interrogations...

L'édito
L'édito — Photo : Le Journal des Entreprises

Le nouveau D-Day de la Grande-Bretagne a sonné. Au 31 octobre 2019, les Britanniques ne devaient plus faire partie de l’Europe (la date du Brexit a depuis été reportée au 31 janvier 2020). Un comble si l’on se rappelle, qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans son discours du 19 décembre 1946 à Zurich, Winston Churchill plaide vivement pour de futurs « États-Unis d’Europe », avec l’ambition de « reconstituer la famille européenne et de lui fournir une structure qui lui permette de vivre et de croître en paix, en sécurité et en liberté ».

75 ans après avoir débarqué sur nos côtes normandes pour libérer la France, les Britanniques pourraient bien rembarquer du continent pour aller s’isoler de l’autre côté de la Manche ! Surtout si l’actuel Premier ministre Boris Johnson réussit à faire entériner par le Parlement anglais un Brexit dur, sans accord.

Inquiétudes normandes

Dans les rangs normands, l’inquiétude est de mise. D’abord d’un point de vue touristique : les voyages réguliers de Britanniques, que ce soit par la mer ou par le ciel, constituent un atout primordial pour l’économie touristique régionale. Et même si des dispositions ont été prises, investissements lourds à la clé, pour éviter les embouteillages dans les ports normands, on note déjà une « légère érosion des touristes britanniques sur notre territoire », comme le constate le président de Normandie Tourisme Michaël Dodds.

Enfin, d’un point de vue purement économique et stratégique : si les grandes entreprises, habituées à commercer avec les pays tiers, hors Union Européenne, ne seront pas déroutées par une sortie « dure » de la Grande-Bretagne, il sera moins facile pour les PME de s’adapter aux nouvelles formalités administratives à remplir pour les importations et les exportations. Erreurs et cafouillages pourraient bien se multiplier sur l’activité locale lors des premiers mois… Un conseil : ne pas hésiter à se faire assister par les chambres de commerces ou des réseaux de chefs d’entreprise tels que le Medef ou la CPME. Le site web de la Direction générale des entreprises est aussi très utile pour éviter de commettre des impairs.

Ce billet a été publié dans Le Journal des Entreprises Normandie n°386, octobre 2019.

L'édito
L'édito — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.