Caen

Services

Le gestionnaire d'équipements loisirs Récréa voit plus grand

Par Sébastien Colle, le 05 mai 2017

Le numéro 2 de la gestion des équipements sports et loisirs en délégation de service public s'offre un nouveau siège à Saint-Contest, près de Caen, et aiguise son appétit pour le nouveau marché de l'appel d'offres global développé par les collectivités.

(Au centre) Gilles Sergent, président de Récréa, lors du regroupement des managers à Caen
Gilles Sergent (au centre), président du groupe Récréa — Photo : Isabelle Evrard - Le Journal des Entreprises

Espaces de jeux, bibliothèque, grande cafétéria, lieux dédiés au co-working et à la créativité... Le futur siège du groupe Récréa, spécialiste de la gestion d'équipements de loisirs, sports et bien-être autour de la thématique de l'eau, en délégation de service public (DSP), se construit à Saint-Contest près de Caen sur 1 600 m². « C'est le symbole de notre développement. Jusqu'ici, nous étions locataires mais nous avons beaucoup grossi ces dernières années. Pour gérer cette croissance, nous avions besoin d'un nouveau siège », explique Gilles Sergent, président de Récréa. Un « symbole » à 2 millions d'euros qui devrait accueillir une cinquantaine de personnes d'ici un an (40 personnes au siège en 2017).

Porter une image

Convivialité et sourire, les mots d'ordre dans la conception du nouveau siège qui se retrouvent dans le slogan de l'entreprise « Smiling people ». Plus qu'une signature, Récréa a placé le sourire au coeur de son management, assure son président : « C'est notre philosophie. Je suis d'abord un employeur et je veux que mes salariés aient le sourire. Car, si les employés ont le sourire, ils transmettent ces émotions positives et nos clients sont satisfaits ». L'entreprise se place aussi sous un angle solidaire avec l'opération « Comme un poisson dans l'eau » en partenariat avec le Secours populaire français et destinée à apprendre à nager aux enfants défavorisés. Elle propose également, depuis cette année, des cours pour lutter contre la peur de l'eau via le programme Domin'o, parrainé par l'acteur Gérard Klein : « Depuis 2012, chaque année nous lançons une nouvelle activité pour nous différencier de la concurrence en apportant de la valeur ajoutée. Contrairement à notre premier concurrent, le normand Vert Marine, nous n'avons jamais cherché à être numéro 1 et n'avons pas réalisé de croissance externe. Notre ambition et d'avoir une croissance maîtrisée et une offre qualitative. Créer de la valeur ajoutée, c'est aussi amener une dynamique dans l'entreprise. C'est un élément qui fédère les équipes et fait évoluer les salariés par une politique active en matière de formation ».

Une forte croissance

À la reprise de Récréa en 2005 par Gilles Sergent et ses associés, le fonds d'investissement NCI (29 %) et le groupe pharmaceutique caennais Batteur (29 %), l'entreprise gère 18 établissements pour 300 salariés. Un peu plus de dix ans plus tard, Récréa s'occupe de 60 établissements de 10 à plus de 50 salariés pour un effectif de 1.150 salariés. Avec un nombre d'établissements en gestion qui a doublé sur les cinq dernières années, tandis que le chiffre d'affaires est passé de 21 millions d'euros à 55 millions d'euros. Une période qui a également vu une montée en gamme des équipements en gestion, comme la Plaine oxygène en Seine et Marne (2013), un centre aquatique et de fitness avec un chiffre d'affaires de 3 millions d'euros et plus de 50 salariés : « Alors que jusqu'ici nous étions sur des établissements de 10 à 30 salariés avec un chiffre d'affaires moyen autour d'1 million d'euros », précise Gilles Sergent. De nouveaux établissements pour Récréa positionnés jusqu'au haut de gamme avec l'Aquamotion de la station huppé de Courchevelles, un espace aquatique, spa, ou encore escalade avec plus de 50 salariés en saison et un chiffre d'affaires « espéré » de 4 millions d'euros.

Un nouveau marché

Alors que le marché reposait sur le modèle d'une collectivité construisant un équipement en maîtrise d'oeuvre, et désignant ensuite son mode de gestion, celui-ci tend à évoluer vers la pratique d'un appel d'offres global (construction, financement, maintenance et exploitation). Un modèle qui, à terme, devrait représenter 50 % du marché selon Gilles Sergent : « Les enjeux sont complètement différents et la délégation est attribuée pour près de 30 ans. C'est un nouveau métier avec des dossiers très exigeants en terme de temps mais qui comporte trois avantages : celui de concevoir un équipement pour un usage, la maîtrise du coût sur 30 ans et la possibilité, non négligeable pour des élus, de porter un projet plus rapidement ». Des changements qui ont amené Récréa à créer Swimdoo, en partenariat avec ENGIE Cofely, une structure dédiée à ce type de marchés. Sur ce créneau, l'entreprise normande a décroché ses premiers marchés à Mennecy (Essonne) pour l'Aquastade et un projet à Amiens pour 25 millions d'euros.

(Au centre) Gilles Sergent, président de Récréa, lors du regroupement des managers à Caen
Gilles Sergent (au centre), président du groupe Récréa — Photo : Isabelle Evrard - Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.