Le Havre

Logistique

L'armateur MSC investit pour tripler les capacités de son terminal havrais

Par Sébastien Colle, le 19 juillet 2022

L'armateur italo-suisse MSC va investir 700 millions d'euros sur le port du Havre afin de tripler les capacités de son terminal. Le projet doit permettre le recrutement de 1 100 personnes, dont 900 dockers.

L'armateur MSC veut doubler la capacité des portiques de quais sur Port 2000, au Havre, passant de 11 à 20.
L'armateur MSC veut doubler la capacité des portiques de quais sur Port 2000, au Havre, passant de 11 à 20. — Photo : Sébastien Colle

L'armateur italo-suisse MSC (110 000 salariés, 700 navires, chiffre d'affaires non communiqué), leader mondial du transport maritime en capacité de transport de conteneurs (23 millions d’équivalent vingt pieds par an), va investir 700 millions d’euros sur le port du Havre via sa filiale Terminal Investment Limited (TIL). Cette filiale est spécialisée dans l’exploitation de terminaux de conteneurs (40 terminaux dans 27 pays), le plus souvent dans le cadre de joint-ventures aux côtés d’autres opérateurs de terminaux de conteneurs.

L'engagement financier de TIL concerne des portiques et outillages et doit permettre de tripler la capacité de stockage de deux terminaux de Port 2000 (Terminaux de la Porte Océane (TPO) et de TNMSC Terminaux de Normandie), le port à conteneurs en eau profonde du Havre situé dans l’estuaire de la Seine, qui peut accueillir des navires de plus de 16 mètres de tirant d’eau. "Nous voulons multiplier par trois la capacité de notre terminal, en passant de 1,3 million de conteneurs traités par an sur Port 2000 à 4,5 millions", précise Ammar Kanaan, directeur général de TIL. Les nouveaux portiques intégreront des moteurs électriques et le port fournira une alimentation électrique à quai. Avec ce projet porté par Haropa Port, le groupement des ports du Havre, de Rouen et de Paris, les navires n’auront ainsi plus besoin de faire tourner leurs machines pendant leur séjour à quai.

Devenir un hub majeur du nord de l’Europe

Ce plan ambitieux doit, à terme, permettre à Port 2000 de devenir un hub majeur sur la rangée nord-européenne, souligne le directeur général de TIL, qui ajoute attendre un soutien de l’État français en matière de report modal : "En mettant en œuvre cette initiative, nous serons à même de faire croître et de densifier notre capacité à accompagner Le Havre pour que le port devienne un point d’accès encore plus important pour le marché du transport de marchandises en France et au-delà. (...) Nous comptons sur le soutien de l’État français en ce qui concerne le développement associé de l’infrastructure du transport ferroviaire intermodal capable d’améliorer encore les liens entre nos terminaux de conteneurs et les chaînes d’approvisionnement européennes".

Une ambition soutenue par Haropa Port, qui souhaite faire du Havre une étape incontournable du nord de l’Europe, souligne Stéphane Raison, directeur général et président du directoire. "Haropa Port entre désormais dans une nouvelle dimension (...) en tant que première escale pour les importations de la France et de l’Europe et la dernière pour les exportations au service de nos clients, transitaires et compagnies", estime-t-il.

Plus d’un millier d’emplois à la clé

Le projet de TIL, dont les travaux doivent démarrer dès 2022 et se poursuivre jusqu’en 2028, doit permettre de doubler la capacité des portiques de quais, passant de 11 à 20, dimensionnés aux navires de 24 000 EVP. Il prévoit également l’embauche de 1 100 personnes, dont 200 emplois sur les fonctions support (maintenance, informatique, cadre, ingénieurs…) et 900 emplois de dockers d’ici 2028. Un accord avec les dockers qualifié "d’historique" par la direction de TIL, qui estime que, sans celui-ci, "ces investissements ne pourraient pas être réalisés".

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition