Rouen

Événementiel

L'agence événementielle Scorpion manque de personnel pour absorber la reprise

Par Isabelle Evrard, le 18 juillet 2022

Après une mise à l'arrêt pendant presque deux ans, l'agence rouennaise Scorpion, spécialisée dans la communication et l'événementiel, est repartie sur le front des festivals. Mais le manque d'anticipation de ses clients reste problématique pour l'organisation de l'entreprise.

L’agence événementielle rouennaise Scorpion travaille avec plus de deux cents intermittents du spectacle chaque année.
L’agence événementielle rouennaise Scorpion travaille avec plus de deux cents intermittents du spectacle chaque année. — Photo : Scorpion

Les activités de l’agence événementielle et audiovisuelle Scorpion, basée à Rouen (7 collaborateurs permanents, chiffre d'affaires non communiqué), sont bel et bien reparties, constate son gérant et responsable du département technique Pascal Bovin, qui a créé l’agence en 2000. Le responsable note toutefois un changement dans l’organisation de ses clients : "Ils prennent leurs décisions au dernier moment, de peur que leur événement soit annulé. Ce manque d’anticipation constitue une réelle problématique pour notre organisation."

Un constat valable dans les deux sens : "De leur côté, les clients ne reçoivent des réponses de leurs invités que très tard. Il arrive régulièrement qu'à quinze jours de l’événement notre client ne dispose que d’un tiers du retour de la participation." Résultat : une pression supplémentaire pour les techniciens employés par l’agence. "Nous avons des difficultés pour recruter, d’autant qu’avec la crise sanitaire nos métiers ont été complètement à l’arrêt. Aujourd’hui, tous les festivals et les événements culturels reprennent en même temps et nous manquons cruellement de bras."

Retrouver des valeurs humaines

Malgré le développement des visioconférences et des salons en ligne pendant la crise sanitaire, les entreprises souhaitent pour l’heure retrouver des "valeurs humaines", note Pascal Bovin. "Mais je pense que, dès cet automne, les entreprises reviendront en partie au format hybride pour éviter de déplacer tous leurs collaborateurs sur un même événement." L'empreinte carbone des événements est également une nouvelle donne pour l'agence rouennaise : "Le développement durable est aujourd’hui davantage pris en compte : par exemple, certains de nos clients refusent de prendre l’option moquette car non conforme à leur politique RSE !"

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition