Caen

Réseaux économiques

La Cravate Solidaire habille les candidats à l'emploi

Par Isabelle Evrard, le 25 avril 2022

Grâce aux dons des particuliers mais aussi aux collectes en entreprises, la Cravate Solidaire aide les candidats à l’emploi à trouver la bonne tenue pour passer leurs entretiens d’embauche. L’antenne de Caen a accompagné plus de 200 personnes en 2021.

En 2021, La Cravate Solidaire Caen a effectué une douzaine de collectes auprès d’entreprises locales.
En 2021, La Cravate Solidaire Caen a effectué une douzaine de collectes auprès d’entreprises locales. — Photo : La Cravate Solidaire/DR

Réseau d’association nationale créé en 2012 à Paris (13 antennes sur toute la France), La Cravate Solidaire est née à Caen en 2015 et à Rouen l’année suivante. Son objectif ? Faciliter l’accès à l’emploi de personnes en insertion ou en réinsertion professionnelles en luttant contre les discriminations liées à l’apparence. "Notre rôle est de préparer les candidats aux entretiens d’embauche en leur donnant une tenue adaptée et des conseils de spécialistes des ressources humaines", explique Louise Herail, directrice de La Cravate Solidaire Caen qui fonctionne avec 3 salariés et plus de 80 bénévoles. "L’idée est de proposer aux candidats des vêtements qui leur ressemblent et dans lesquels ils se sentent bien", ajoute la directrice.

Mécénat financier pour les entreprises

L’association bénéficie de dons de particuliers (costumes, tailleurs, mais aussi chaussures et sacs), mais pas seulement, puisqu’elle fonctionne également grâce aux collectes effectuées dans les entreprises de la région : "Cela peut être à l’initiative de l’entreprise, dans le cadre d’une opération de communication ou dans le cadre de son plan RSE. Nous intervenons alors pour informer les salariés de notre démarche. Au bout d’une quinzaine de jours, nous revenons dans l’entreprise pour peser les vêtements collectés". Ce type de collecte, auprès des entreprises, entre dans la catégorie "mécénat financier" : "l’entreprise abonde à hauteur de 1 500 euros (minimum) par collecte, défiscalisable à 60 % et signe une convention de collecte", explique la directrice.

En 2021, La Cravate Solidaire Caen a effectué une douzaine de collectes auprès d’entreprises locales, parmi lesquelles : Legallais, Inolya, Bouygues Construction, Caisse d’Épargne Normandie, Société Générale Normandie, le club des jeunes dirigeants de Caen, l’ARS Normandie… Au total, entre les dons des particuliers et des entreprises, La Cravate Solidaire a collecté plus d’une tonne de vêtements en 2021 et accompagné plus de 200 personnes. Les vêtements collectés qui ne sont pas "retenus" par l’association, après tri, sont transférés à la Chiffo de Caen (boutique solidaire).

Habilitée à collecter la taxe d’apprentissage

Dans le cadre de son action, La Cravate Solidaire travaille en partenariat avec des organismes tels que les Pôles de Formation dans l’Industrie (UIMM Normandie, Pôle Grand Ouest), l’E2C Normandie, la Mission Locale de Caen, l’URHAJ Normandie, Pôle Emploi Normandie…

Les deux antennes normandes organisent des Ateliers "Coup de Pouce" alliant le conseil en image avec le don d’une tenue vestimentaire, des conseils RH personnalisés en matière d’orientation ainsi que la photo professionnelle. "Nous proposons aussi des simulations d’entretien avec l’aide de nos bénévoles", précise Louise Hérail. Ces ateliers se déroulent dans les locaux de l’association, rue des Marchands à Caen, mais aussi dans la Manche et l’Orne. À Rouen, l’antenne propose également des ateliers à destination des femmes issues des quartiers prioritaires du territoire métropolitain. Par ailleurs, depuis trois ans, La Cravate solidaire fait partie des associations habilitées à collecter une partie du solde restant de la taxe d’apprentissage (30 %). Une façon de financer en partie son action sur le terrain "mais peu d’entreprises sont au courant", regrette Louise Hérail. En moyenne, 70 % des candidats accompagnés par La Cravate solidaire réussissent leur entretien.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition