Seine-Maritime

Ingénierie

IES propose de télétravailler dans l'entreprise pour lutter contre l'isolement

Par Sébastien Colle, le 10 juin 2021

La société d'ingénierie normande IES a créé un nouvel espace collaboratif destiné à accueillir un jour par semaine ses salariés en télétravail. Objectif : permettre aux salariés de reprendre contact avec leur environnement de travail.

"Avec ce nouvel espace collaboratif, l’idée était de pouvoir offrir aux salariés la possibilité de venir faire une journée de télétravail en entreprise, pour rompre l’isolement", explique Pierre Betremieux, président associé d’IES.
"Avec ce nouvel espace collaboratif, l’idée était de pouvoir offrir aux salariés la possibilité de venir faire une journée de télétravail en entreprise, pour rompre l’isolement", explique Pierre Betremieux, président associé d’IES. — Photo : Sébastien Colle

À l’origine prévu comme une extension destinée à absorber la croissance de l’entreprise, qui recrute entre 20 et 25 nouveaux collaborateurs depuis 2017, le nouveau bâtiment de 400 m2 de la société d’ingénierie IES, à Notre-Dame-de-Gravenchon (Seine-Maritime), s’est transformé en un espace collaboratif dédié aux salariés en télétravail pour cause de crise du Covid. Objectif : permettre aux salariés de reprendre contact avec leur environnement de travail après des mois loin de leur bureau. "Avec la crise, beaucoup de nos salariés se sont retrouvés chez eux, à télétravailler. L’idée était de pouvoir leur offrir la possibilité de venir faire une journée de télétravail en entreprise, pour rompre l’isolement, avoir des contacts, faire de la formation, ou encore poser des questions. Cela permet aux salariés d’avoir une respiration et de tenir le coup, car les gens ressentent beaucoup de mal-être en télétravail permanent ", assure Pierre Betremieux, président associé d’IES.

Un enjeu en matière de recrutement

Réalisé sous la forme d’un open space avec des bureaux "un peu cloisonnés", le nouvel espace collaboratif d’IES (130 salariés) fonctionne avec un système de réservation en ligne sur l’intranet de la société. L’entreprise, qui connaît une progression de son chiffre d’affaires d’environ 20 % par an depuis 2017 (sauf en 2020 avec une baisse de 7 %), a fait du bien-être au travail une pierre angulaire de son développement : "C’est un enjeu primordial, notamment en matière de recrutement. Grâce à ce travail sur le bien-être au travail nous avons un très faible turn-over. Avec des salariés qu’il faut aller chercher dans ce métier, sur des postes très spécifiques comme superviseur ou calculateur, il faut beaucoup travailler sur l’attractivité de l’entreprise, dont le bien-être", souligne le dirigeant d’IES.

S’installer sur le marché pharmaceutique

Si elle a débuté dans les domaines de l’électricité, de l’automatisme, ou encore de l’instrumentation, IES est devenu un bureau d’étude multicompétence avec également une offre en software (applications pour tablettes, bornes d’accueil, écrans, logiciels de gestion de sécurité pour les entreprises qui cherche la certification MASE). "On crée, on essaie des choses, avec l’objectif de rester en mouvement". Dédiée à sa création au domaine pétrochimique, avec des clients comme ExxonMobil, Total, Chevron, ou encore Lubrizol, IES cherche depuis la fin 2020 à s’installer sur le marché pharmaceutique pour trouver un nouveau relais de croissance. L’entreprise a ainsi ouvert une agence à Louviers, une base pour couvrir plus largement le secteur industriel rouennais. "Nous avons déjà Aptar Pharma et Schneider sur cette zone comme clients industriels. Notre objectif est de créer une agence IES complète", précise Pierre Betremieux, qui vise déjà de nouveaux clients comme Sanofi.

"Avec ce nouvel espace collaboratif, l’idée était de pouvoir offrir aux salariés la possibilité de venir faire une journée de télétravail en entreprise, pour rompre l’isolement", explique Pierre Betremieux, président associé d’IES.
"Avec ce nouvel espace collaboratif, l’idée était de pouvoir offrir aux salariés la possibilité de venir faire une journée de télétravail en entreprise, pour rompre l’isolement", explique Pierre Betremieux, président associé d’IES. — Photo : Sébastien Colle

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail