Normandie

Logistique

Haropa Port gagne des parts de marché

Par Sébastien Colle, le 23 janvier 2023

Le groupement Haropa Port a progressé en 2022 en gagnant des parts de marché sur la façade maritime de la mer du Nord, et amélioré ses parts modales sur l’Axe Seine. Plusieurs projets doivent permettre de renforcer encore le corridor logistique de l’ensemble portuaire.

En 2022, les parts modales du transport ferroviaire et du transport fluvial sur l’Axe Seine sont passées de 12 à 13,3 % sur les conteneurs au départ du Havre. (Photo : Port 2000 au Havre)
En 2022, les parts modales du transport ferroviaire et du transport fluvial sur l’Axe Seine sont passées de 12 à 13,3 % sur les conteneurs au départ du Havre. (Photo : Port 2000 au Havre) — Photo : R.Q

Malgré un marché en baisse et les multiples crises du contexte international, Haropa Port (réunion des ports de Paris, Rouen et Le Havre) connaît une dynamique positive et a progressé en 2022 en gagnant des parts de marché sur la façade maritime de la mer du Nord. Le groupement améliore également ses parts modales sur l’Axe Seine. Ainsi, en 2022, les parts modales du transport ferroviaire et du transport fluvial sur l’Axe Seine sont passées de 12 à 13,3 % sur les conteneurs au départ du Havre. De son côté, le terminal fluvial Paris Terminal enregistre une hausse de 25 % de son activité fluviale manutentionnée, grâce notamment au lancement de nouveaux services fluviaux.

Développer le corridor logistique

Plusieurs projets vont aussi permettre de tirer l’activité d'Haropa en 2023, comme l’attribution du terminal de Bruyères-sur-Oise (Val-d'Oise) à Medlog pour accompagner l’investissement de 700 millions d’euros de l’armateur italo-suisse TIL-MSC destiné à tripler la capacité de stockage de deux terminaux de Port 2000 au Havre (Terminaux de la Porte Océane et TNMSC Terminaux de Normandie). Le projet de terminal de Bruyères-sur-Oise prendra la forme d’un terminal trimodal, ferroviaire et fluvial, dédié à la desserte en conteneurs de la zone du Grand Paris et des bassins de consommation proches, qui devra permettre d’éviter 1 million de voyages routiers sur une période de 10 ans. "Haropa Port consolide ses positions. Au-delà de la résistance remarquable des trafics, des jalons essentiels ont été franchis (...). Les investissements annoncés par le groupe MSC TIL au Havre devraient ruisseler sur l’ensemble des établissements de Haropa Port", se félicite Stéphane Raison, directeur général, président du directoire de Haropa Port.

Mais le dirigeant s’est voulu prudent pour 2023, lors de ses vœux à la communauté portuaire : "Je n’ai pas de boule de cristal, on fera du mieux possible. Nous constatons une forte demande pour les projets industriels, à la différence de ce qui s’était passé après la crise de 2008". D’autres infrastructures portuaires stratégiques sont également prévues pour développer le corridor logistique à moyen terme, comme le Port Seine Métropole Ouest dont les travaux doivent débuter en 2023, et le projet de "chatière" au Havre (enquête publique clôturée), une liaison fluviale directe entre les terminaux de Port 2000 et le port historique du Havre, prévu pour 2024, qui doit favoriser l’essor de la part fluviale sur l’Axe Seine.

Un trafic maritime en hausse de 2 %

Pour l’année 2022, le trafic maritime d’Haropa Port se monte à 85,1 millions de tonnes (Mt), en progression de 2 %. Des résultats qui ont bénéficié des bons résultats du trafic des vracs solides à 14,2 Mt (+3 %) portés par une très bonne campagne céréalière de 8,6 Mt, en hausse de +12 %. "Le conflit en Ukraine a généré une demande accrue et issue de pays rarement desservis ces dernières années, notamment sur le second semestre 2022 où 5 Mt ont été chargées, un record pour cette période de l’année", estime la direction de l’ensemble portuaire. Les opérateurs de silos rouennais - Sénalia, NatUp, In Vivo et le groupe BZ - ont ainsi expédié 6,8 Mt de blé et 1,8 Mt d’orges à bord de 370 navires.

De son côté, le trafic de conteneurs conserve le niveau record atteint en 2021 à 3,1 M EVP (équivalent vingt pieds / unité de mesure des conteneurs). "La part de marché de Haropa Port progresse dans un contexte de baisse globale du trafic de conteneurs sur les ports du range Nord", souligne la direction de Haropa Port. Enfin, la forte croissance du trafic de pétrole brut (+23 % à 18,8 Mt), via le fonctionnement à plein régime des deux raffineries de l’Axe Seine, permet au trafic de vracs liquides d’afficher une hausse de 5 % à 40,1 Mt. À noter que sans retrouver son niveau d’avant Covid en 2019 (220 escales et 450 000 passagers), le secteur des croisières a retrouvé des couleurs avec 171 escales et 300 000 passagers.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition