Seine-Maritime

Énergie

Haropa Port et trois associations d’entreprises s’engagent dans la décarbonation

Par Sébastien Colle, le 28 novembre 2022

Haropa Port et les associations d’entreprises Synerzip-LH, Industries Caux Seine et Upside Boucles de Rouen, se sont regroupés pour répondre ensemble à l’appel à projets "Zones Industrielles Bas Carbone" de l’Agence de la transition écologique (ADEME). Objectif : favoriser les projets de décarbonation et de transition écologique.

Les entreprises de Port-Jérôme, dont la raffinerie de Port-Jérôme-Gravenchon au pied de la Seine, font partie de l'assocaition d'entreprise Industries Caux Seine qui entend contribuer à la décarbonation des entreprises du port.
Les entreprises de Port-Jérôme, dont la raffinerie de Port-Jérôme-Gravenchon au pied de la Seine, font partie de l'assocaition d'entreprise Industries Caux Seine qui entend contribuer à la décarbonation des entreprises du port. — Photo : Gérard - CC BY-SA 4.0

Haropa Port (réunion des ports de Paris, Rouen et Le Havre) et les associations d’entreprises Synerzip-LH (ZIP havraise), Industries Caux Seine (entreprises de Port-Jérôme) et Upside Boucles de Rouen (entreprises de la chimie), se sont regroupés pour répondre ensemble à l’appel à projets "Zones Industrielles Bas Carbone" de l’Agence de la transition écologique (ADEME). L’objectif est de développer les zones industrielles exemplaires en soutenant les projets de territoire en matière de décarbonation, de résilience climatique et de transition écologique.

Décarboner l’Axe Seine

Les associations des trois zones industrialo-portuaires, en lien avec Haropa Port, souhaitent élargir le sujet de la décarbonation en intégrant d’autres leviers tels que l’efficacité et la sobriété énergétique, les nouvelles énergies, l’écologie industrielle ainsi que les problématiques d’aménagement, de résilience territoriale et d’emplois, des compétences portées par les collectivités et la région. Le travail commun mené dans le cadre de cet appel à projets consistera notamment à favoriser le développement d’énergies renouvelables pour alimenter les industries, susciter l’émergence de services communs entre les industriels et le territoire via l’écologie industrielle et territoriale. Mais il s’agira aussi de préparer le territoire industrialo-portuaire aux enjeux de la décarbonation, en convertissant les infrastructures, les réseaux et les utilités existants aux besoins à venir. La démarche comportera également un volet formation et compétences à déployer pour accompagner la décarbonation, ainsi qu’un partage d’expériences en matière de déploiement de solutions de sobriété, d’optimisation énergétique et de décarbonation des process. "Ce projet de zone industrielle bas carbone est une réponse concertée et collaborative à la décarbonation en permettant, entre autres, d’évaluer les opportunités de mutualisation. Cela est un atout majeur pour la compétitivité et l’attractivité industrielle de l’axe Seine", souligne Jean-Philippe Petit, président de l’association Industries Caux Seine.

Un territoire déjà engagé

Les industries de l’axe Seine et Haropa Port travaillent depuis plusieurs années sur le sujet de la décarbonation des clusters industriels. Ainsi, en 2018, une étude Carbon Capture, Utilisation & Storage (CCUS) a été menée par un groupement réunissant une dizaine d’industriels, la région Normandie, l’ADEME, les deux associations industrielles du Havre et de Port-Jérôme et Haropa Port. Elle a mis en lumière l’utilité d’une démarche "CCUS" du Havre à Rouen, afin de capter une partie des 9 MT de CO2 produit annuellement par les industriels de l’axe Seine. À noter également qu’en juillet 2021, Air Liquide, Boréalis, Esso S.A.F., TotalEnergies et Yara International ASA ont signé un protocole d’accord pour travailler au développement d’une infrastructure de captage et stockage du CO2 destinée à la décarbonation du bassin industriel normand.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition