Eure

Biens de consommation

Flexikeg révolutionne l’usage des fûts en misant sur le plastique recyclable

Par Philippe Barret, le 16 novembre 2022

Flexikeg, jeune entreprise innovante basée à Saint-Marcel dans l’Eure, développe et commercialise des fûts écoresponsables dédiés au transport de liquides, principalement des boissons. Une innovation imaginée par Jean-Christophe Doux, qui vient de lever 1,4 million d’euros pour industrialiser son procédé.

Le Flexikeg se substitue aux classiques fûts en inox utilisés par les brasseurs : une innovation imaginée par Jean-Christophe Doux.
Le Flexikeg se substitue aux classiques fûts en inox utilisés par les brasseurs : une innovation imaginée par Jean-Christophe Doux. — Photo : Flexikeg

Le créateur

Appliquer le principe de poches mises sous pression utilisées dans le secteur de la peinture au transport de boissons comme la bière et le vin : c’est l’idée originale développée par Jean-Christophe Doux. Après plusieurs rencontres professionnelles, notamment avec un brasseur de bières, cet ingénieur de formation âgé de 56 ans a créé Flexikeg à Saint-Marcel, près de Vernon, dans l’Eure, pour mettre en pratique ce procédé. Son fût écologique, aujourd’hui breveté, réduit par dix les émissions de carbone, mais aussi les déchets plastiques et les coûts logistiques du transport des boissons. Le procédé est commercialisé depuis 2021.

Le concept

Le Flexikeg se substitue aux classiques fûts en inox utilisés par les brasseurs. "Pleins, ces derniers pèsent une quarantaine de kilos et leur manutention est pénible", confirme Jean-Christophe Doux. Flexikeg se substitue également aux fûts à usage unique qui génèrent près d’1,5 kg de déchet plastique à chaque usage. Jean-Christophe Doux a imaginé un fût souple, à la fois léger et réutilisable. Grâce à son système, un fût de 30 litres ne pèse que deux kilos pour deux centimètres d’épaisseur. L’enveloppe extérieure est fabriquée à partir de bâches architecturales (servant à couvrir les façades, NDLR) neuves, réalisées chez un bâchiste normand. L’entreprise, qui compte sept personnes, fabrique elle-même les deux autres poches, en plastique (polyéthylène) recyclable. La première contient le liquide à conserver, la seconde sert à assurer une contre-pression pour permettre d’expulser le liquide. L’enveloppe extérieure, qui constitue au moins 95 % de la masse totale du fût, est réutilisable une centaine de fois. De son côté, la poche intérieure est changée à chaque usage pour des questions d’hygiène. Enfin, la seconde poche, contenant l’air, est changée tous les dix usages. Des poches qui peuvent être fondues en granules après utilisation et ainsi être recyclées.

Les perspectives

Flexikeg ne concerne pas que les brasseurs. Le monde vinicole a montré son intérêt pour ce procédé qui, ne faisant pas rentrer de gaz au contact du liquide, n’altère pas la qualité de la boisson. L’utilisation de ces fûts sera, dans un deuxième temps, étendue à d’autres fluides. Le système double poche permet en effet d’extraire le produit sans pompe. L’entreprise euroise vient de clôturer une levée de fonds d’1,4 million d’euros auprès de Go Capital, Normandie Participations, Normandie Business Angels et du Crédit Agricole. Grâce à cette somme, Flexikeg veut passer à l’industrialisation de son procédé. "Nous sommes actuellement en process manuel ce qui limite notre production", reconnaît Jean-Christophe Doux. L’entrepreneur veut multiplier par 20 sa capacité de production, développer la partie commerciale ainsi que la recherche et le développement de son entreprise. À terme, Flexikeg entend proposer à ses clients de prendre en charge le changement des poches en mode "full service" via des ateliers déportés ou en sous-traitance. Flexikeg propose plusieurs contenances, 30 litres, 15 litres et 5 litres. De quoi aussi séduire le marché des particuliers.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition