Seine-Maritime

Agroalimentaire

Ferrero France a renforcé ses positions pendant le confinement

Par Sébastien Colle, le 03 juin 2020

La filiale française du chocolatier italien Ferrero, basée près de Rouen, annonce des gains en parts de marché et un million de consommateurs de Nutella supplémentaire pendant la période de confinement. L’entreprise a mis en place un management de crise pour maintenir la continuité de son activité économique.

Jean-Baptiste Santoul, directeur général de Ferrero France.
Jean-Baptiste Santoul, directeur général de Ferrero France. — Photo : Ferrero

À l’heure ou la crise sanitaire du Covid-19 frappe durement l’économie tricolore, Ferrero France (1 400 salariés / 1,4 Md€ de CA) ne semble pas avoir pâti du confinement. Au contraire même. « Nos marques et notre entreprise sortent renforcées de la crise sanitaire. Nous avons non seulement maintenu nos productions et préservé nos emplois, mais nous avons aussi gagné des parts de marché et de nouveaux consommateurs, notamment sur la période de Pâques », affirme Jean-Baptiste Santoul, PDG de la filiale française du chocolatier italien Ferrero, basée à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen (Seine-Maritime).

Une déclaration étayée par des chiffres qui donnent cinq à six points de parts de marché gagnés par l’entreprise lors de cette période phare pour les ventes de chocolats. Le confinement a ainsi permis à la marque de pâte à tartiner Nutella de repasser au-dessus des 70 % de parts de marché. « Nutella se porte encore mieux suite à cette crise grâce à ce gain en terme de consommateurs », assure le PDG France. Le produit star du chocolatier a même connu un pic de consommation lors des premières semaines de confinement, jusqu’à plus de 50 %, rendant parfois difficile le travail de la chaîne de production normande. « Nous avons pu tenir le cap grâce à la souplesse de nos clients sur les formats à livrer, et nous avons dû utiliser notre stock de sécurité, qui n’est pas reconstitué aujourd’hui. La supply chain va mettre du temps à revenir à un niveau normal, mais nous avons augmenté la capacité de l’usine, notamment en travaillant le week-end », décrit Jean-Baptiste Santoul.

« Ferrero a gagné des parts de marché et de nouveaux consommateurs en France »

Continuité de la production

Pour assurer la continuité de ses activités de production pendant la crise, Ferrero France a misé rapidement sur la mise en place des mesures barrières. « Nous sommes une entreprise italienne, ce qui nous a permis de voir arriver les choses un peu plus vite et mettre en place très tôt les mesures de protection. Ma priorité a été la sécurité des salariés, et c’est aussi ce qui nous a permis de préserver les emplois en maintenant l’activité, car il était crucial de continuer à produire pour livrer nos clients de la grande distribution, dans une période de privation de liberté où les produits "plaisir" ont pris toute leur importance », estime le dirigeant.

Une capacité à produire restée constante malgré le confinement grâce à des salariés mobilisés sur le site de production de Villers-Ecalles (600 salariés), au centre logistique de Grand-Quevilly (50 salariés), ou encore avec l’effectif du siège de Mont-Saint-Aignan, passé rapidement en télétravail. « L’objectif a été clair dès le début sur le maintien de l’activité et de l’emploi, et les salariés nous ont fait confiance. C’est pourquoi nous n’avons qu’un faible taux d’absentéisme sur la période, autour de 7 % à Villers-Ecalles, soit un taux équivalent à la norme habituelle », explique le dirigeant.

L’entreprise n’a ainsi pas eu à recourir au chômage partiel et a aussi décidé de conserver ses stagiaires : « Notre rôle éducatif est important chez Ferrero, nous avons des partenariats avec des écoles comme Neoma Business School, et maintenir les stagiaires en poste permettait de sauvegarder leurs revenus indispensables pour financer leurs études », précise Jean-Baptiste Santoul, qui a lancé une campagne de communication rendant hommage à la mobilisation de ses équipes. Une solidarité dans l’entreprise que Ferrero France a souhaité étendre à l’extérieur de ses murs avec plusieurs actions menées pendant le confinement, à destination des soignants avec plus de 2,7 millions de produits distribués, mais aussi en nouant des partenariats nationaux avec des associations comme Voisins solidaires et les banques alimentaires pour des dons en nature et des aides financières.

Un lancement de produit pendant le confinement

Preuve de la bonne santé de l’entreprise et de la confiance de la direction, Ferrero a effectué le lancement, en plein confinement, du premier biscuit de la marque Kinder. Un pari gagnant avec plus de 800 000 foyers acheteurs depuis le lancement. « Les clients nous ont permis de traverser la crise sereinement, et c’est pourquoi je pense que nous allons ressortir plus fort de cette crise », s’enthousiasme le dirigeant de Ferrero France, qui voit dans cette réussite la pertinence d’un modèle de management. « Cette période a exigé le meilleur de chacun d’entre nous, avec chez Ferrero une organisation et une discipline sans faille, basées sur une culture entrepreneuriale de travail en équipe. Cela nous a permis de renforcer nos liens avec nos équipes et nos clients », affirme Jean-Baptiste Santoul.

Si la direction explique avoir rapidement réorganisé ses unités de production avec la mise en place des barrières sanitaires, elle a également instauré un management de crise, avec une cellule de crise chaque matin « pour faire le point sur la situation et ajuster le tir », ou encore l’organisation de réunions tous les midis « pour garantir la transversalité ». Et pour communiquer avec l’ensemble de ses 1 400 salariés, Ferrero France a mis en place deux newsletters par semaine, ainsi que des tables rondes virtuelles « afin qu’aucun collaborateur ne se sente isolé pendant cette période.

Au siège, après deux semaines de rodage avec le management, le PDG France a décidé d’accueillir à nouveau ses salariés, à raison d’une première moitié cette semaine, l’autre devant suivre la semaine suivante. « Mais on ne se relâche pas car le virus est toujours là ! »

Jean-Baptiste Santoul, directeur général de Ferrero France.
Jean-Baptiste Santoul, directeur général de Ferrero France. — Photo : Ferrero

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail