Normandie

Aérien

Drone XTR renforce la lutte contre les vols sans autorisation de drones

Par Isabelle Evrard, le 06 mai 2022

Normandie AeroEspace renforce son activité "drones" sur les secteurs de la Défense et Sécurité en collaboration avec l’entreprise havraise Drone XTR. Plus d’une vingtaine de drones survolent chaque jour la zone portuaire du Havre, parfois sans autorisation. NAE invite les industriels à mieux se préparer et contrecarrer cette menace potentielle.

drone XTR, Le Havre
drone XTR, Le Havre — Photo : NAE

En septembre 2021, la start-up havraise Drone XTR lançait le projet Nocea afin de recenser, pour la première fois en France, le nombre de drones circulant sur une grande zone industrielle, mais aussi faire comprendre aux industriels les risques liés aux drones survolant des zones sans autorisation. Spécialisée dans la détection de drones et le contrôle de l’espace aérien, l’entreprise normande a mis au point un système unique de détection de drones. Installé sur un point haut, le système peut détecter toute irruption d’un drone dans un espace aérien, dans un rayon de 10 km, avec pour objectif de distinguer les drones habilités à voler de ceux non habilités.

Dans le cadre de ce projet lancé en partenariat avec NAE et soutenu par Bpi France, Drone XTR a recensé durant six mois, du 7 septembre 2021 au 21 février 2022, le nombre de drones survolant la zone portuaire du Havre. Plusieurs industriels ont participé à l’opération : Alkion, Care, Chevron Oronite, Lubrizol, Sedibex, Synthomer, TotalEnergies, Yara, ainsi que des institutionnels tels que Haropa Port, Synerzip-LH, Sûreté Martitime et Portuaire, la Gendarmerie des transports Aériens de Deauville-Normandie, la Gendarmerie de Saint-Romain de Colbosc.

Une vingtaine de drones survolent la zone portuaire chaque jour

Au total, 3 638 vols de drones ont été détectés dans la ZIP du Havre, ce qui représente environ 22 vols de drones par jour. S’agissant de la zone P28 (Zone interdite de survol, associée à des sites industriels, nucléaires ou pétrochimiques), sur les 1 288 vols de drones qui ont été détectés, seulement 134 autorisations avaient été émises (soit 10,4 % des vols). "Avec plus d’une vingtaine de vols répertoriés chaque jour dans la ZIP du Havre, les industriels ont l’obligation de mieux se préparer et de contrecarrer cette menace constante", commente Drone XTR. En effet, les drones présentent de nombreuses menaces comme un accident dû à une chute, un acte terroriste, de la contrebande, de l’espionnage, une prise de vue illégale, ou encore une atteinte à l’image… "La réglementation qui encadre le vol de drones reste très stricte et interdit les survols des sites industriels à risques et des zones d’habitation. Or, à ce jour, les services de police et les sites industriels sont très peu équipés de système de détection pour exercer des contrôles et faire appliquer la réglementation. Sans moyen de prévention et de contrôle, la porte est ouverte à toute infraction."

Lever les verrous technologiques

Le projet Nocea est prolongé de huit mois, et Drone XTR va plus loin et lance deux autres projets : le premier est baptisé "Hasiel", en collaboration avec Haropa Port et l’entreprise normande Arelis – Groupe LGM, et est destiné à tester le système de détection du transpondeur du drone (balise d’identification). "Ce projet va permettre de lever les verrous technologiques sur le nombre de capteurs nécessaires sur une grande zone afin de pouvoir répondre à une meilleure gestion des autorisations de vol", explique la start-up. Débuté le 7 mars dernier, pour une durée de six mois et demi, Hasiel représente un budget de 35 000 euros financé par NAE dans le cadre du Centre Innovation Drones Normandie (CIDN).

Le second projet baptisé "Clear-Space", en collaboration avec le laboratoire LITIS (Université de Rouen, du Havre et INSA Rouen Normandie), porte sur le développement d’une solution globale qui permettrait de constituer des preuves juridiques de survols illégaux de drones. Prévu pour une durée de 24 mois à compter de juillet 2022, ce projet sera co-financé par Drone XTR, avec le soutien financier de l’Europe (40 %) et de la Région Normandie (20 %, financement en cours d’instruction), et par le laboratoire LITIS.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition