Industrie

Dehondt : Quand le lin devient un matériau haute performance

Par la rédaction, le 04 janvier 2013

Dehondt s'est associé à 15partenaires pour mener le projet Fiabilin, destiné à développer des matériaux composites thermoplastiques à base de fibres de lin.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Concepteur et fabricant de machines liées à l'exploitation du lin, Dehondt, entreprise familiale créée en 1953, a entamé depuis près de dix ans une diversification technique dans le domaine des matériaux composites à base de fibres de lin. Grâce à ce développement, l'entreprise basée à Notre-Dame de Gravenchon, s'est associée à un consortium de 15 partenaires, piloté par le groupe chimique Arkema, pour mener le projet Fiabilin. Labellisé dans le cadre des Investissements d'avenir, Fiabilin est un projet structurant d'industrialisation des composites thermoplastiques biosourcés hautes performances, à renfort en fibres de lin, et dont l'un des objectifs est de contribuer à l'émergence d'une filière du lin technique en France. Dans le cadre de son appel à projets Énergies, la Région Haute-Normandie a également retenu Fiabilin parmi les six projets de recherche qu'elle soutient, via une aide financière d'un montant de 257.620€ (sur le même projet la coopérative Terre de lin à Saint-Pierre le Vigier obtient une aide Région de 179.520€).




Un consortium de 15 partenaires

Prévu sur cinq ans, dont une année pour l'industrialisation, le projet Fiabilin regroupe quinze partenaires français: Arkema France, C & D Adder (groupe Zodiac), Coriolis composites technologies, Dedienne multiplasturgy group, Dehondt technologies, Fibroline France, Magna Steyr, Saertex France, Schappes techniques, SPBI (groupe Benneteau), Terre de lin, Cetim (centre technique des industries mécaniques), Armines (association pour la recherche des méthodes et processus industriels), l'université de Bretagne sud et l'université Claude Bernard Lyon 1. Trois pôles de compétitivité ont également labellisé le projet: Mov'eo (automobile-Normandie/Ile-de-France), EMC (aéronautique Pays de Loire) et Techtera (textiles techniques Rhône-Alpes). Avec un budget de 18M€ dont 6,8M€

en avances remboursables et subventions auprès d'Oseo et des collectivités territoriales, Fiabilin s'intéresse à quatre secteurs industriels: Automobile, Aéronautique, Nautisme et Bâtiment. Initié par l'association Fimalin, créée en 2009 par cinq industriels, en majorité normands dont Dehondt, le projet Fiabilin a pour ambition de devenir la colonne vertébrale de la filière du lin technique en France, d'aider à adapter la matière première et son approvisionnement aux exigences de performance des composites et d'offrir une vitrine internationale des compétences technologiques françaises sur les composites hautes performances. «Les objectifs sont de maîtriser l'approvisionnement en fibres longues de lin, mais aussi les produits composites en termes de performances et de compétitivité ainsi que l'appareil industriel pour la production de ces produits éco-conçus», explique Guillaume Dehondt.






Applications concrètes «

L'originalité du projet est de disposer d'industriels tout au long de la chaîne de valeur pour la fabrication des pièces. Ainsi, Dehondt se trouve en amont pour développer les solutions matériaux, Arkema commercialise les ressources biosourcés et nous avons aussi des transformateurs de pièces avec Dedienne multiplasturgy», précise Guillaume Dehondt. Alors que Fimalin mène déjà trois projets, Fiabilin se présente comme un aboutissement en terme d'application, dépassant le cadre de la recherche. «Cette fois, nous avons des cahiers des charges de fabrication de pièces comme cette coque de siège pour avion. Le partenaire Zodiac a identifié les composites de lin biosourcés comme équivalent à la fibre de verre. À une différence près: la densité de la fibre de lin est 30 à 40 fois plus légère que la fibre de verre et est issue d'une ressource durable. Cela permet de réfléchir au gain de poids pour un avion entier qui pourrait représenter plusieurs tonnes», explique Édouard Philippe, responsable recherche et développement chez Dehondt. Matériau renouvelable, le lin constitue l'assurance d'un gain de poids non négligeable permettant notamment de diminuer les consommations énergétiques, dans les transports par exemple, ainsi que les émissions de CO. «Nous sommes entrés dans l'ère de l'après pétrole, celui-ci devenant de plus en plus cher et rare. Il y a une démarche mondiale de développement durable et Fiabilin entre dans cette thématique via les matériaux issus de la biomasse. Des matériaux hautes performances destinés aussi à garantir la compétitivité du secteur agricole».





Sébastien Colle


www.dehondt-lin.com

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.