Normandie

Réseaux

Interview CPME Normandie : « Nos entrepreneurs ont une vraie capacité à rebondir »

Entretien avec Xavier Prevost, président de la CPME Normandie

Propos recueillis par Sébastien Colle - 22 juin 2020

Inquiet du manque de visibilité des entreprises pour les mois à venir, Xavier Prevost, président de la CPME Normandie et dirigeant des entreprises de conseil en management Plus d'Adequation et Adequation Développement, souligne la capacité de rebond des entrepreneurs normands et donne des pistes pour améliorer la situation économique des entreprises.

"Il va falloir réfléchir à l’organisation du travail", souligne Xavier Prevost.
"Il va falloir réfléchir à l’organisation du travail", souligne Xavier Prevost. — Photo : D.R

Comment voyez-vous la situation des entreprises dans les mois à venir ?

Xavier Prevost : La grande difficulté des entreprises aujourd’hui, c’est le manque de visibilité sur leurs activités. C’est pourquoi je crains beaucoup la fin d’année, lorsqu’il va falloir que les entreprises paient les échéances reportées, commencent à rembourser le PGE (Prêt garanti par l’État, NDLR). Sans activité, cela va être compliqué C’est pour cela que nous demandons au gouvernement que les mesures de soutien durent plus longtemps, au moins jusqu’à la fin de l’année La ministre Muriel Pénicaud a évoqué la possibilité d’un chômage partiel plus long pour les activités en souffrance, mais il reste à déterminer quels sont les secteurs impactés. Pour le PGE, ce qui serait intéressant, ce serait peut-être de le transformer en quasi-fonds propres et de demander aux structures de rembourser sur le long terme, entre 5 à 10 ans.

Dans quelle situation sont vos adhérents ?

Xavier Prevost : Il y a ceux qui ont des activités stables, du fait de leur marché restreint, ceux qui ont su adapter leur production pour la fabrication de masques et gel hydroalcoolique, ceux qui ont perdu beaucoup d’activité notamment dans le domaine industriel, et puis ceux qui ont tout perdu dans les domaines du tourisme ou de l’événementiel. En termes de moral, il y a eu une première période de panique avec de fortes interrogations notamment en matière de chômage partiel, puis juste après, les entreprises ont tenté de sauver le maximum, et enfin le déconfinement qui a amené un rebond du moral des dirigeants. Ce que je vois, c’est qu’en Normandie nous avons de vrais entrepreneurs avec une capacité à rebondir, à remotiver les équipes.

Quel est votre sentiment pour la suite ?

Xavier Prevost : L’impression que j’ai aujourd’hui est mitigée. C’est une situation paradoxale où l’on est en grande difficulté, peu d’entreprises n’ont pas connu de baisse d’activité, et en même temps, on sent une envie de se projeter. Il va falloir réfléchir à l’organisation du travail, à l’équilibre vie privée vie professionnelle, aux rythmes, au rapport à l’autre. Peut-être aussi réfléchir au meilleur moyen de conjuguer nos efforts en matière de management, de financement, se poser la question de l’internationalisation de nos marchés. Autant de réflexions à mener ensemble. On peut aussi réfléchir au repositionnement d’un certain nombre d’activités dans la région, et au rapatriement de certaines sur notre territoire.

"Il va falloir réfléchir à l’organisation du travail", souligne Xavier Prevost.
"Il va falloir réfléchir à l’organisation du travail", souligne Xavier Prevost. — Photo : D.R

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail