Seine-Maritime

Conjoncture

Interview Coronavirus : « Les entreprises de l’événementiel sont en péril »

Entretien avec Patrick Marais, dirigeant de LM Communication

Propos recueillis par Sébastien Colle - 10 mars 2020

Dirigeant depuis 27 ans de l’agence d’événementiel LM Communication à Rouen, Patrick Marais tire la sonnette d’alarme pour les entreprises de son secteur d’activité qui voient les commandes s’annuler les unes après les autres.

Patrick Marais, dirigeant de LM Communication
Patrick Marais, dirigeant de LM Communication, doit affronter avec ses salariés la crise du coronavirus : "L'entreprise pourrait très vite être en péril". — Photo : Sébastien Colle / Le JDE

Quelle est la situation de votre PME avec la crise du coronavirus ?

Patrick Marais : La plupart des clients nous appellent pour annuler leurs commandes car les manifestations sont annulées les unes après les autres. Et à présent, les demandes de devis sont pratiquement nulles. Résultat, la semaine dernière, notre chiffre d’affaires s’est écroulé de 50 %, soit 30 événements annulés, pour un montant total de 80 000 euros ! En vingt-sept ans de métier, je n’avais jamais vu ça.

Quels types d’événements sont annulés ?

P.M : Pour LM Communication, cela va de la foire de Rouen, à un lancement de véhicule, en passant par des manifestations sportives et culturelles. Nous avions par exemple une compétition de bowling qui vient d’être annulée mais pour laquelle nous avions déjà acheté 200 polos prêts à broder et qui vont nous rester sur les bras. Dans les faits, plusieurs centaines de manifestations sont annulées, même à petite échelle. Ce sont des centaines, voire des milliers d’annulations chez les traiteurs, les entreprises de l’événement, les entreprises de communication. Cette épidémie tombe au pire moment de l’année pour nous, car nous réalisons 80 % de notre chiffre d’affaires sur la période comprise entre mars et juin. La semaine dernière, le gouvernement a annoncé l’annulation des événements de plus de 5 000 personnes, mais dès la semaine dernière les petites manifestations d’une centaine de personnes étaient déjà annulées.

Comment gérez-vous cette situation dans votre entreprise ?

P.M : J’avais un peu d’avance avec une semaine de travail à l’atelier, mais j’ai fait venir mon expert-comptable pour réfléchir avec lui à la situation. Je vais devoir envisager des mesures de chômage technique inévitablement. Cette décision ne touchera pas les commerciaux car j’ai besoin d’eux sur le pont, par contre j’ai cinq graphistes dans la société et je vais peut-être devoir réduire par deux cette activité. La question se pose également au niveau de l’atelier où sont réalisées les sérigraphies et les broderies, entre autres. J’évaluerai la situation en fin de semaine et prendrai les décisions à ce moment-là. Mais d’ores et déjà, j’ai déposé un dossier à la Direccte.

Allez-vous pouvoir tenir dans la durée si la crise s’installe ?

P.M : LM Communication est une entreprise saine, nous pouvons tenir entre un mois et un mois et demi avec notre trésorerie. Au-delà, l’entreprise sera en péril. J’ai réuni les salariés ce lundi 9 mars pour leur exposer la situation. Beaucoup sont avec moi depuis longtemps et ils ont confiance en moi, car nous avons déjà vécu des moments difficiles comme lors de l’incendie de l’entreprise le 10 mars 2015 ! C’était il y a cinq ans jour pour jour et il y a à nouveau le feu chez LM Communication ! Mais à l’époque, la situation était différente car j’ai pu compter sur mes clients pour rebondir, la solidarité avait joué à plein. Mais aujourd’hui, les clients sont obligés d’annuler leurs événements. C’est un coup terrible pour nos entreprises de l’événementiel. Nous sommes dans l’attente, on ne sait pas quoi faire, on va vivre au jour le jour.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail