Seine-Maritime

Automobile

Coronavirus : à Cléon, Renault redémarre lentement ses activités

Par Sébastien Colle, le 24 avril 2020

Le constructeur automobile Renault a commencé le redémarrage de ses activités industrielles. Les sites spécialisés dans la mécanique sont les premiers à bénéficier de cette relance, dont celui de Cléon, en Seine-Maritime, spécialisé dans la fabrication de moteurs et boîtes de vitesses.

Renault Cleon
Le site Renault de Cléon a produit environ un million de moteurs et boîtes de vitesses en 2019. — Photo : © Renault

À l’arrêt depuis le 16 mars pour cause de confinement lié au coronavirus, les sites du constructeur automobile Renault commencent à rouvrir leurs portes. Un redémarrage très progressif qui débute par les sites mécaniques du groupe au losange implantés à Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), Le Mans (Sarthe) et Cléon en Seine-Maritime. Le site normand (4 000 salariés et jusqu’à 4 700 avec les intérimaires en temps normal) est spécialisé dans la production de moteurs thermiques et électriques ainsi que des boîtes de vitesses. « Cette réouverture concerne seulement quelques ateliers pour l’instant et environ 5 % de l’effectif total de l’usine », explique la direction. Une réouverture lente qui intervient après celles des usines européennes du groupe, au Portugal et en Espagne.

Des conditions de sécurité sanitaire strictes

Mis en place après consultation des comités sociaux et économiques de l’entreprise, les protocoles de sécurité sanitaire constituent la pierre angulaire de la reprise des activités. Un long travail de préparation a été nécessaire et va bouleverser les habitudes de travail, selon la direction qui précise : « La mise en place du protocole sanitaire constitue une transformation organisationnelle très forte. Nous devons expliquer, mettre de la pédagogie pour que les salariés s’approprient les nouvelles règles ».

Des conditions de sécurité sanitaire contraignantes mais qui sont aussi la pour rassurer les salariés au moment de la reprise du travail et qui devraient permettre une reprise « très progressive » des niveaux de production du site de Cléon (environ un million de moteurs et boîtes de vitesses produits en 2019). Point très positif pour faciliter cette reprise, selon la direction, un niveau d’adhésion « très fort » des personnels rappelés : « Les gens ont envie de retravailler. Le confinement n’est pas facile à vivre », souligne la direction qui indique suivre de près la santé de ses salariés, tant sur le plan physique que psychologique.

Interrogations sur la reprise commerciale

Si la production industrielle entame son redémarrage, de fortes interrogations pèsent sur les conditions de reprise de l’activité commerciale tant que les réseaux n’ont pas rouvert leurs portes : « Quel va être le niveau de la demande ? Quel va être l’accueil réservé à nos produits automobiles dans la future consommation des ménages ? Les gens vont-ils épargner ou revenir dans les concessions ? », s’interroge la direction de Renault.

Autre inconnue pour la marque au losange, l’état de ses fournisseurs. Si, pour le moment, avec la lente montée en cadence de la production, les fournisseurs semblent être au rendez-vous, l’inquiétude pourrait venir avec une reprise d’activité plus importante. « Nous allons être en mesure de fournir les milliers de masques et les gels hydroalcooliques nécessaires à nos salariés, mais nos fournisseurs auront-ils les moyens de le faire, notamment les plus petits d’entre eux ? Lorsque nous pourrons reprendre nos volumes d’avant la crise, les fournisseurs pourront-ils suivre ? », souligne la direction. Une montée en cadence progressive semble la meilleure réponse pour le moment.

Renault Cleon
Le site Renault de Cléon a produit environ un million de moteurs et boîtes de vitesses en 2019. — Photo : © Renault

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail