Manche

Energie

À Cherbourg, Naval Energies inaugure la première usine d’hydroliennes au monde

Par Isabelle Evrard, le 14 juin 2018

Naval Energies, filiale de Naval Group, a inauguré le 14 jui OpenHydro, la première usine d’assemblage d’hydroliennes au monde, à Cherbourg. L’usine devrait démarrer la production de deux hydroliennes destinées à des clients japonais et canadiens dès cet été.

L'usine pourra produire à terme 25 turbines par an — Photo : Isabelle Evrard - Le Journal des Entreprises

Moins de dix mois après la pose de la première pierre, OpenHydro, la première usine d’assemblage d’hydroliennes de Naval Energies, est prête à recevoir ses premières commandes. L’usine a été inaugurée, le 14 juin, en présence de nombreuses personnalités politiques régionales et européennes.

Pour Laurent Schneider Maunoury, président de Naval Energies et d’OpenHydro, « cette inauguration matérialise le démarrage de la phase industrielle de l’hydrolien et constitue une étape décisive dans le développement de cette énergie renouvelable en France et à l’international. La priorité de Naval Energies est maintenant d’assurer le succès des projets de démonstration à l’international et de préparer la montée en puissance du projet pilote Normandie Hydro avec sept hydroliennes dans le Raz Blanchard. »

Une capacité de 25 turbines par an

Laurent Schneider Maunoury, Président de Naval Energies et d’OpenHydro: " Il est essentiel que les pouvoirs publics donnent l’impulsion nécessaire pour lancer de cette filière industrielle." - Photo : Isabelle Evrard - Le Journal des Entreprises

Forte de 5 500 m2 de surface, l’usine pourra employer à terme une quarantaine de salariés lorsqu’elle aura atteint sa cadence maximale, soit une production de 25 turbines par an. « Actuellement, nous avons recruté une quinzaine de personnes pour démarrer la production de nos premières commandes. Les deux premières turbines qui seront assemblées dans l'usine sont destinées à des clients japonais et canadiens », confirme le directeur du site, Frédérick Lelarge.

« Besoin urgent de visibilité commerciale »

L’usine est dotée de deux moyens de levage de forte capacité (87 tonnes chacun) adaptés à la production des hydroliennes de grande taille. « Nous avons la capacité de produire une hydrolienne de 16 mètres de diamètre toutes les deux semaines », confirme Laurent Schneider Maunoury, qui insiste toutefois sur l’importance du soutien de l’Etat dans le lancement des énergies marines renouvelables : « Nous avons un besoin urgent de visibilité commerciale et espérons des décisions des Etats, et notamment de la France, pour le lancement d’un appel d’offres pour des fermes commerciales. Il est essentiel que la puissance publique donne l’impulsion nécessaire pour un réel démarrage de cette filière industrielle. Nous sommes prêts ».

Mais le président de Naval Energies ne cache pas son inquiétude : « S’il n’y a pas d’appels d’offres commerciaux lancés dans de brefs délais, l’ensemble de la filière des hydroliennes va s’arrêter et pas simplement pour Naval Energies… Nous serons donc très attentifs à la prochaine programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui scellera l’avenir de l’hydrolien à court terme. »

L'usine pourra produire à terme 25 turbines par an — Photo : Isabelle Evrard - Le Journal des Entreprises