Orne

Biens de consommation

Audrey Régnier (Bohin France): " Nous avons mobilisé nos équipes et nos clients autour d'Octobre Rose "

Par Isabelle Evrard, le 14 octobre 2021

Censurée sur les réseaux sociaux en 2020 pour avoir publié un dessin illustrant la lutte contre le cancer du sein, Audrey Régnier persiste et signe. À la tête de Bohin France, dernier fabricant français d’aiguilles à coudre à Saint-Sulpice-sur-Risle (Orne), la directrice générale a monté, avec son équipe, ses clients et ses fournisseurs, une vaste opération pour soutenir Octobre Rose, campagne annuelle de sensibilisation au cancer du sein.

"Les filtres modérateurs n’auront pas raison de ma détermination !"
Audrey Régnier : "Les filtres modérateurs n’auront pas raison de ma détermination !" — Photo : Bohin

Quelle est l’origine de votre engagement et celle de Bohin France pour l’opération Octobre Rose ?

Au mois d’octobre 2020, j’ai partagé sur le réseau LinkedIn une illustration de différentes poitrines en soutien à Octobre Rose. Quelques heures après, j’ai été censurée et mon post avait disparu !
Révoltée et énervée, j’ai décidé de publier à la place un visuel "made in BOHIN France" avec deux bracelets pelote piqués d’une épingle centrale, une forme imagée représentant une poitrine… Il n’est pas question que les filtres modérateurs aient raison de ma détermination à parler de ce sujet si important ! Au final, cela a fait un énorme buzz sur les réseaux sociaux, et le post a été partagé des milliers de fois. Un an plus tard, l’idée a grandi : d’un post sur les réseaux sociaux, elle est devenue un objet produit par l’entreprise sous forme d’édition spéciale.

En quoi consiste l’engagement de l’entreprise cette année ?

Toute l’équipe des quarante salariés de Bohin France, les femmes comme les hommes, s’est aussitôt ralliée à notre proposition de soutenir ce mouvement en faveur de la recherche contre le cancer du sein. C’est la première fois que l’entreprise (4 millions d’euros de chiffre d’affaires, NDLR) porte, un tel projet commercial et de mécénat en mobilisant, à la fois sa propre communauté de clients, des partenaires institutionnels mais aussi des entreprises locales pour récolter des fonds. Ainsi, le réseau Femmes & Challenges transporte, au sein de ses différentes animations, des présentoirs sur lesquels sont proposés à la vente des bracelets pelotes. De même, Valérie Tellier, dirigeante du Groupe VAL FI et présidente de la Glass Vallée, a commandé un bracelet pelote pour chacune de ses 200 salariées. Mais aussi de nombreux grossistes et des magasins de tissus de notre réseau ont choisi de se mobiliser avec nous.

Nous avons accompagné cette mobilisation commerciale d’un hashtag #onsepelote, relayé par des influenceuses, pour inviter à l’autopalpation afin de mieux prévenir le cancer du sein. Tout au long de ce mois, pour tout achat d’un bracelet pelote Édition Spéciale Octobre Rose, 1 euro est reversé à notre partenaire, l’Institut Curie, pour aider la Recherche.

Cette mobilisation a-t-elle entraîné des changements concernant l’organisation de l’entreprise ?

Cette opération a mobilisé beaucoup d’énergie chez nos équipes, et nécessité une grosse anticipation en interne car les bracelets pelotes sont produits au sein de nos ateliers. Il a fallu anticiper les approvisionnements des matières premières, la communication et organiser des précommandes, ce qui est une première pour Bohin France. Sur les six cents présentoirs produits, nous en avions déjà vendu quatre cents début octobre ! Il s’agit d’une générosité dite "partagée" entre entreprises : ce n’est pas le client final qui supporte l’euro supplémentaire mais bien nous. Le grossiste, le commerce ou l’entreprise, qui nous passe commande des présentoirs, verse 50 centimes en plus du coût d’achat et Bohin France double cette mise.

L’opération sera-t-elle renouvelée chaque année ?

Le retour sur opération s’est montré très positif, à la fois commercialement mais aussi humainement au sein de l’entreprise, avec des salariés qui se sont sentis vraiment impliqués. Ce type d’action sera donc renouvelé l’an prochain, tout en faisant évoluer le produit. Nous avons déjà une idée mais nous ne voulons pas encore la dévoiler !

Ce type de mécénat est aussi une façon de valoriser un savoir-faire patrimonial…

D’autant plus que nous avons été labellisés Entreprise du Patrimoine Vivant il y a tout juste un an. Cette labellisation permet de mettre un coup de projecteur sur tous les services de l’entreprise, comme le conditionnement, le service expédition ou commercial et pas seulement sur la production, plus souvent mise en avant. L’entreprise, c’est une globalité, un ensemble d’équipes, pas uniquement une production !

"Les filtres modérateurs n’auront pas raison de ma détermination !"
Audrey Régnier : "Les filtres modérateurs n’auront pas raison de ma détermination !" — Photo : Bohin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail