Assurance

Au Mans, le siège de Groupama Centre Manche rénové pour passer l’hiver

Par Rémi Hagel, le 22 septembre 2022

Groupama Centre Manche a rénové son siège opérationnel au Mans. Deux ans de travaux et 9 millions d’euros ont permis de transformer les 6 000 m2 de bureaux de l’assureur pour répondre aux enjeux de la sobriété énergétique. L’assureur mutualiste effectue la même opération pour sa fédération départementale à Alençon (Orne).

Le siège opérationnel réunit 400 collaborateurs, sur 6 000 m2 de bureaux.
Le siège opérationnel réunit 400 collaborateurs, sur 6 000 m2 de bureaux. — Photo : Groupama

Groupama Centre Manche a inauguré son siège opérationnel au Mans ce jeudi 22 septembre 2022. Avec 530 millions d’euros de chiffre d’affaires (correspondant aux cotisations de 301 000 sociétaires), la société d’assurance étend son activité sur huit départements (Calvados, Eure, Manche, Orne, Seine-Maritime, Sarthe, Mayenne,

Eure-et-Loir). Les 1 400 collaborateurs sont répartis sur quatre sites de gestion et plus de 160 agences. La gestion de ce patrimoine immobilier important est un dossier sur lequel planche la direction.

"Nous avons choisi la rénovation plutôt qu’une construction neuve", explique Pascal Loiseau, directeur général de Groupama Centre Manche.
"Nous avons choisi la rénovation plutôt qu’une construction neuve", explique Pascal Loiseau, directeur général de Groupama Centre Manche. - Photo : Groupama

Rénover plutôt que reconstruire

Les 6 000 m2 du siège opérationnel du Mans, qui réunit 400 collaborateurs des fonctions support, ont été rénovés. "Nos bâtiments dataient de la fin des années cinquante, explique le directeur général Pascal Loiseau. Nous avons donc choisi de les rénover plutôt que de repartir sur une construction neuve. Le bâtiment permettait une rénovation, cela réduit l’empreinte écologique, et nous souhaitions rester en centre-ville, près de la gare". Deux ans de travaux ont ainsi été nécessaires pour vider les bâtiments, les désosser, refaire les huisseries, les toitures, l’isolation, le chauffage. Pendant cette période, le personnel a travaillé dans des locaux à proximité. Le site a été végétalisé, à l’extérieur comme à l’intérieur. Les espaces de travail ont été redessinés, laissant aux collaborateurs la possibilité de travailler en individuel ou collectivement.

Les espaces de travail ont été pensés pour favoriser les échanges et le travail collaboratif.
Les espaces de travail ont été pensés pour favoriser les échanges et le travail collaboratif. - Photo : Groupama

Répondre aux enjeux de la sobriété énergétique

Cet investissement de 9 millions d’euros permet à ces bâtiments de répondre aux enjeux de la sobriété énergétique. "Nous ne pensions pas, en démarrant les travaux, que l’énergie deviendrait un sujet d’actualité aussi prégnant", concède Pascal Loiseau. Si des pénuries d’électricité advenaient au cours de l’hiver, le dirigeant assure que le groupe "est désormais équipé pour aborder la situation de manière rationnelle". Une installation technique permet un contrôle généralisé et non individualisé de la température des locaux et donc une meilleure maîtrise énergétique. L’ensemble de l’éclairage s’effectue désormais en LED, avec pour une majeure partie un fonctionnement à détecteur de présence et variation automatisée. Enfin, un dispositif permet de couper certains appareils électriques la nuit.

Un chantier de rénovation du même ordre est en cours pour les locaux de la fédération départementale de l’Orne, à Alençon. Il devrait durer jusqu’en septembre 2023. N’étant pas propriétaire à Laval, Groupama avait investi dans une agence neuve pour sa fédération départementale de la Mayenne, en 2021.

Des perspectives avec la réforme de l’assurance récolte

Les entreprises et collectivités représentent 19 % des cotisations perçues par l’assureur. La majorité provient des particuliers (47 %), mais l’ancrage agricole historique reste fort, avec un quart des cotisations, Groupama restant le premier assureur du monde agricole. Il se prépare à l’entrée en vigueur au 1er janvier 2023 de l’importante réforme de l’assurance récolte, dont la cotisation pourrait être subventionnée jusqu’à 70 %. L’objectif étant d’accroître le nombre d’agriculteurs assurés, ce qui ouvre des perspectives d’activité. "Nous avons déjà renforcé nos équipes par rapport à cela. Nous déployons plus de cent chargés de clientèle agricole".

Sur le plan de l’emploi, la dynamique de la caisse régionale a été maintenue avec 95 embauches réalisées en CDI en 2021. Cette tendance se confirme en 2022, avec une centaine de recrutements prévus dans les huit départements.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition