Normandie

Innovation

Au CES de Las Vegas, les Normands sont allés à la rencontre… des Français !

Par Isabelle Evrard, le 01 avril 2019

Trois entreprises normandes avaient été sélectionnées pour représenter la Normandie sur l’Eureka Park du CES de Las Vegas : Fast Point (Cherbourg), et deux entreprises caennaises MomentTech et Conscience Robotics. Avec à la clé de nombreux contacts et l’espoir de futurs contrats, notamment avec des entreprises françaises et américaines.

de g. à dr. Vincent Auvray (Fast Point), Gérald Vannier (MomentTech), Iliès Zaoui et Guillaume Soyer (Conscience Robotics) de retour de Las Vegas
De gauche, à droite, Vincent Auvray (Fast Point), Gérald Vannier (MomentTech), Iliès Zaoui et Guillaume Soyer (Conscience Robotics) de retour de Las Vegas — Photo : © Isabelle Evrard - Le Journal des Entreprises

Il suffit parfois de franchir les océans et de se retrouver à l’autre bout du monde pour entrer en relation avec des entreprises voisines, ou du moins du même pays. C’est l’expérience qu’ont vécue les trois entreprises normandes sélectionnées pour représenter la région sur l’Eureka Park du CES de Las Vegas : Fast Point (Cherbourg), et les deux caennaises MomentTech et Conscience Robotics.

Au milieu de quelque 4 000 entreprises exposantes, dont 381 start-up françaises, et 180 000 visiteurs, dans le plus grand salon high-tech du monde, au cœur du Nevada (États-Unis), les Normands ont rencontré principalement… des Français, quand ce n’était pas des Normands ! « C’était une véritable opération de communication pour notre entreprise. Nous avons pu prendre beaucoup de contacts, majoritairement avec des décideurs français, auxquels nous n’aurions jamais eu accès en France. Seul un petit cinquième d’Américains ! », confirme le dirigeant de Fast Point, Vincent Auvray, qui l’an passé, s’était « contenté » d’aller au CES « pour se faire une idée », en tant que visiteur, et en avait profité pour visiter la Silicon Valley de San Francisco.

« C’est tout le paradoxe du salon : il faut aller traverser l’océan pour se faire connaître ! »

La start-up cherbourgeoise (4 salariés), développe une ligne de produit « Wifi as a Service », qui inclut le service de « VOD over Wifi » pour les opérateurs de transports à destination de leurs passagers. « Nous souhaitons devenir le Netflix des transports, que ce soit en train, voiture, bus ou bateau… Rien qu’une carte de visite de grands comptes décrochée au CES nous ouvre une porte d’entrée en France. C’est tout le paradoxe du salon : il faut aller traverser l’océan pour se faire connaître ! »

Concrétiser les contacts

Vincent Auvray, dirigeant de Fast Point à Cherbourg
Vincent Auvray, dirigeant de Fast Point à Cherbourg - Photo : © AD Normandie

Comme pour MomentTech et Conscience Robotics, le passage par Las Vegas a permis à Fast Point de revenir « plus confiante » : « Nous sommes rassurés, car nous voyons que notre service intéresse », assurent les dirigeants. De retour sur le sol français, il s’agit pour les trois équipes normandes, fortes de ces nouveaux contacts, de concrétiser un « simple échange de 10 minutes sur le CES par des contrats en France ».

Gérald Vannier, président de MomentTech (17 salariés), a présenté une partie de son activité à Las Vegas, notamment le Deep Painting, une technologie qui sait reconnaître un type de peinture et qui l’applique ensuite à une vidéo : « Notre système a beaucoup intéressé les Américains, notamment les galeries d’art, galeries marchandes, animateurs de show télé… »

Le Deep Painting détecte tous les styles de peintures et l'applique à une vidéo
Le Deep Painting détecte tous les styles de peintures et l'applique à une vidéo - Photo : © Isabelle Evrard - Le Journal des Entreprises

Conscience Robotics, (8 salariés) a exposé ses systèmes clés en main d’intelligence artificielle. « Nos systèmes permettent aux robots d’apprendre à devenir autonomes et à utiliser automatiquement tout leur potentiel de capacités physiques. À terme, nous souhaitons créer un robot majordome », précise le dirigeant Iliès Zaoui.

Et si le nombre d’exposants normands est un peu en baisse cette année (3, contre 9 en 2018), « c’est sans doute parce que nous avions déjà emmené une grosse partie du potentiel normand lors des éditions précédentes. Il faut lui laisser le temps de se renouveler ! », assure Christophe Pichard, responsable du département Territoires et Filières à l’Agence de Développement Normandie, qui finance 50 % du coût global (15 000 € par entreprise) pour chacun des exposants.

 
de g. à dr. Vincent Auvray (Fast Point), Gérald Vannier (MomentTech), Iliès Zaoui et Guillaume Soyer (Conscience Robotics) de retour de Las Vegas
De gauche, à droite, Vincent Auvray (Fast Point), Gérald Vannier (MomentTech), Iliès Zaoui et Guillaume Soyer (Conscience Robotics) de retour de Las Vegas — Photo : © Isabelle Evrard - Le Journal des Entreprises