Dunkerque

Transport

Au port de Dunkerque, le trafic poursuit sa croissance

Par Jeanne Magnien, le 24 janvier 2019

Le port de Dunkerque tire le bilan d'une année 2018 satisfaisante, et se prépare à une année 2019 marquée par le Brexit.

Les travaux de prolongation du quai de Flandres, qui permettront au port d'accueillir simultanément deux grands navires en escale, devraient s'achever courant 2019.
Les travaux de prolongation du quai de Flandres, qui permettront au port d'accueillir simultanément deux grands navires en escale, devraient s'achever courant 2019. — Photo : Studio Mallevaey

Le port de Dunkerque a présenté un bilan satisfaisant de 2018, une année qui signe également la fin du plan quinquennal 2014-2018, marqué par de nombreux investissements. « la période qui s’achève a vu le port de Dunkerque prendre une place spécifique dans le Nord de l’Europe, bien différente de celle que nous occupions il y a dix ans. Malgré le départ des derniers raffineurs, le port a su se réinventer, pour devenir l’un des premiers ports post-pétrole, tout en connaissant une croissance continue depuis 2015. Nous comptons continuer à créer de nouvelles richesses, en inventant de nouveaux modèles de développement », résume, en préambule, Stéphane Raison, le président du directoire du port.

Un trafic en hausse

2018 se présente donc comme « une bonne année », avec une hausse de 3 % du trafic, qui s’établit à 51,6 millions de tonnes transitées. Parmi les chiffres notables, le trafic des conteneurs a continué d’augmenter, de 13 % cette année, à 422 000 EVP, et les minerais, après une hausse de 3 %, atteignent un record de 15MT transitées. Pour sa deuxième année de fonctionnement, et malgré plusieurs mois d’interruption pour des travaux, le terminal d’avitaillement en GNL a pour sa part délivré 1,2 MT de GNL, soit 56 % de plus que la première année.

Enfin, parmi les nouveautés de 2018, le partenariat conclu avec le groupe Charles André a ouvert au port l’accès à un réseau ferroviaire étendu à toute la France et à l’Italie. Un outil qui permet au port de faire progresser son hinterland, un argument qui devrait lui permettre de capter une nouvelle clientèle.

En 2019, de nouveaux services

Fin mars, la livraison de l’extension du quai de Flandres, fruit d’un investissement de 60 M€, mettra le port de Dunkerque en capacité d’accueillir simultanément deux grands navires, comme Rotterdam. Cette amélioration de la capacité portuaire sera complétée mi-2019 par une première européenne, l’arrivée des branchements à quai des navires. Accessible uniquement aux bateaux de croisière à Marseille, le branchement à quai permettra aux navires marchands d’être alimentés électriquement, même machines coupées. « C’est à la fois une valeur ajoutée pour le port, et une façon de préserver l’environnement », souligne François Soulet de Brugière, le président du conseil de surveillance du port.

L’incertitude quant au Brexit

Dans l’incertitude comme tous les acteurs régionaux quant à l’issue du Brexit, le port de Dunkerque se prépare depuis longtemps déjà à « la pire issue possible », un Brexit sans accord. Dans cette perspective, l’ensemble des acteurs travaille pour conserver un maximum de fluidité après la fin mars, dans un sens comme dans l’autre. Des aménagements ont été réalisés pour permettre les contrôles sans trop ralentir le trafic, assure la direction du port, qui se veut la plus rassurante possible.

Les travaux de prolongation du quai de Flandres, qui permettront au port d'accueillir simultanément deux grands navires en escale, devraient s'achever courant 2019.
Les travaux de prolongation du quai de Flandres, qui permettront au port d'accueillir simultanément deux grands navires en escale, devraient s'achever courant 2019. — Photo : Studio Mallevaey

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture