Vannes

Aéronautique

Socomore ouvre son capital à ses salariés

Par Ségolène Mahias, le 23 août 2017

Spécialisée dans le traitement de surfaces métalliques et composites dans le domaine de l'aéronautique, Socomore ouvre le capital de sa filiale Socopolis SAS à ses salariés à l'occasion de la construction de son camp de base.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Socopolis Vannes prend peu à peu forme sur la zone du Prat à Vannes. Le camp de base de Socomore, siège social de l'entreprise, devrait être achevé en 2019. Pour imaginer le projet, le dirigeant a fait appel à ses salariés. Pour le financer, aussi. « Le projet sera co-financé avec nos salariés. J'ai choisi d'ouvrir le capital de Socopolis SAS, la société qui porte le projet de Vannes, à mes collaborateurs à hauteur de 49 % à terme. Pour l'heure, nous sommes sur une moyenne de 22 % : il faut aussi garder des opportunités pour les nouveaux salariés qui nous rejoindront entre 2017 et 2020 », dévoile Frédéric Lescure, P-dg de Socomore. Actuellement, plus de 130 salariés français, mais aussi brésiliens et chinois, ont décidé de souscrire financièrement au projet. « C'est une grande satisfaction de partager cela ensemble. Ce site sera un lieu de vie et de travail. C'est important de toujours renouveler les idées et les moyens pour construire l'avenir de Socomore ensemble. »

5 millions d'euros investis pour Socopolis Vannes

Au final, Socopolis Vannes prendra place sur 3.000 m² de laboratoires et d'espaces de R&D ainsi que 1.000 m² de bureaux pour les services supports. 5 millions d'euros seront investis au Prat. « Je le dis et je le répète, ce projet doit beaucoup au crédit impôt recherche qui nous permet d'avoir cette R&D en France. C'est un facteur de compétitivité. » La compétitivité, Socomore va aussi la chercher à l'international. Elle s'appuie d'ailleurs pour ces sujets sur les compétences de Daniel Javed, son responsable acquisitions, recruté via Vénétis, en temps partagé.

Elixair rejoint Socomore

Après la création d'une joint venture avec Metal Chek au Brésil l'an passé, Socomore rachète la société anglaise Elixair. Cette entreprise travaille comme Socomore pour l'industrie aéronautique pour laquelle elle développe des produits. « Je connais Elixair depuis 20 ans, ce sont des confrères. Ce n'est pas notre plus grosse acquisition : Elixair fait moins de 5 millions d'euros de chiffre d'affaires mais elle est reconnue pour ses produits. Elle dispose des qualifications qui sont importantes pour nos clients. » Parmi les gammes d'Elixair, on retrouve notamment une gamme d'outils dédiés au nettoyage des mastics. Socomore reprendra en direct, d'ici la fin de l'année, la commercialisation de ces grattoirs. Ces produits sont complémentaires des lingettes pré-saturées de Socomore.

Projet d'acquisitions aux Etats-Unis et au Japon

À ce jour, Socomore compte 47 millions d'euros de chiffre d'affaires, 210 salariés collaborant dans les treize filiales internationales du groupe. Concepteur, fabricant et négociant de solutions chimiques de spécialités, Socomore est un acteur de poids sur le marché aéronautique. Son P-dg, Frédéric Lescure compte poursuivre le développement : « Avec Elixair, nous ajoutons une nouvelle brique à l'écosystème Socomore au service de clients et nous participons à la consolidation et la sécurisation de la supply chain, si critique pour les grands donneurs d'ordres. Nos clients aiment avoir un nombre limité d'interlocuteurs. » La suite ? Frédéric Lescure ne cache pas son intérêt pour d'autres opérations de croissance externe. « Les États-Unis nous intéressent toujours autant. C'est clairement notre cible principale. Le Japon est aussi dans nos perspectives. »

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture