Vannes

BTP

See-d : Développement d'une intelligence artificielle pour les bâtiments

Par Ségolène Mahias, le 07 juillet 2017

Depuis Vannes, See-d va développer une intelligence artificielle destinée au pilotage de bâtiments. Intervenant déjà auprès de PME ou d'ETI, elle les aide à gagner en performances en mixant des méthodes mathématiques et statistiques.

Photo : Geralt - Pixabay CC0

See-d est lauréate d'un challenge numérique porté par General Electric. Doté d'une aide de 70 000 euros, ce concours va permettre à la start-up vannetaise de développer une intelligence artificielle destinée au pilotage de bâtiments intelligents.

« Des marchés énormes »

Cette technologie sera autonome dans ses choix « pour assurer des économies d'énergie et bien-être des occupants. » Ce créneau des outils dédiés au smart building ou bâtiment intelligent intéresse General Electric qui mise, comme d'autres sur son essor. « Ce créneau peut nous ouvrir des marchés énormes et l'appui de General Electric est un atout indéniable », annonce Emmanuel Frenod, fondateur et directeur scientifique. Pour See-d, ce concours est aussi un virage dans sa stratégie. Sur son créneau, elle met en phase des solutions mathématiques et statistiques pour permettre aux entreprises des gains de performances « Jusqu'alors nous étions orientés sur de la prestation de services auprès d'entreprises, là nous allons aller aussi vers du développement de logiciels. » Tournée vers l'agrolimentaire et l'industrie pour ses activités de prestations, la société intervient aussi bien en Bretagne qu'à Paris ou ailleurs en France.

Levée de fonds et déménagement ?

De généraliste, See-d pourrait aussi rapidement devenir spécialiste sur ce créneau du bâtiment connecté. Ce virage technologique avec le développement de logiciels est aussi consommateur de cash. Quid donc d'une levée de fonds ? « Effectivement les choses pourraient évoluer. Disons que c'est en réflexion. » Autre réflexion, celle des locaux. Actuellement hébergée au sein du Prisme, la société commence à être à l'étroit. « Nous sommes actuellement dix et à un moment il va falloir se poser la question du déménagement en effet. » Présente sur une activité très spécifique, See-d compte dans ses rangs des collaborateurs aux profils assez atypiques. Sur les dix salariés, sept sont des spécialistes de la gestion et de l'analyse de données complexes. Un économiste y côtoie ainsi un physicien comme un informaticien. Créée en 2014, elle a déjà vu son chiffre d'affaires enregistrer une belle croissance. De 250.000 euros en 2015, il est passé à 300.000 en 2016 et devrait atteindre 700 à 800.000 euros en fin d'année.

Photo : Geralt - Pixabay CC0

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.