Industrie

Scapêche : 50 M€ pour une pêche durable

Par Stéphanie Biju, le 06 mai 2016

Pêche. Agromousquetaires a annoncé, début avril, un investissement de 50 M€ dans un plan « pêche durable 2025 ». Armateur d'Intermarché, la Scapêche, à Lorient est plus particulièrement concernée. Objectif : avoir cessé à terme, le chalutage en eau profonde.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Agromousquetaires mise sur la pêche durable. A hauteur de 50 M?. C'est l'investissement annoncé, début avril, par le pôle agroalimentaire du groupement des Mousquetaires, dans un plan « pêche durable 2025 ». L'objectif est bel et bien de « renforcer sa stratégie de pêcheur poissonnier responsable ». A terme, la pêche et de la commercialisation de trois espèces de grands fonds, sabre, lingue bleu..., seront cessées.

Sans impact sur les volumes et les emplois
La Scapêche est plus particulièrement concernée par ce plan « Pêche durable 2025 » et devra progressivement se désengager du chalutage en eau profonde. « Ce plan doit nous permettre de passer le cap de cette réorientation sans impact sur les volumes de poissons pêchés, ni sur l'emploi », rassure Jean-Pierre Le Visage, directeur de l'armement d'intermarché, basé à Lorient. La Scapêche emploie 300 salariés équivalents. Avec 23 navires, dont 15 chalutiers, l'armement lorientais a débarqué en 2015 près de 15.500 tonnes de poissons. Son chiffre d'affaires s'élève à quelque 46 M?. L'armateur lorientais a déjà cessé depuis début 2015 de pêcher au-delà de 800 m de profondeur. « Si cela a pu monter jusqu'à 70 % à une époque, les espèces de grands fonds ne représentent aujourd'hui qu'un peu moins de 20 % de nos volumes », observe Jean-Pierre Le Visage. « Nous avons déjà su nous diversifier, notamment vers la sardine ou la lotte, à raison de 2.000 tonnes par an pour chacune de ces deux espèces ».

Adapter la flotte
Pour atteindre progressivement l'objectif final du « plan pêche durable 2025 », et tout en poursuivant une activité hauturière, la Scapêche compte se concentrer sur espèces complémentaires telles que le merlan, l'églefin, la baudroie ou le merlu... « Cela passera par une adaptation de notre flotte et l'obtention de nouveaux droits de pêche en fonction des disponibilités des quotas », précise Jean-Pierre le Visage.

Priorité à la construction
Les prochains investissements porteront donc en grande partie sur le renouvellement de la flotte. « Notre programme n'est pas encore figé, cela dépendra des opportunités », indique Jean-Pierre Le Visage. « Si nous ne nous interdisons pas des reprises, notre priorité restera la construction de bateaux neufs, à la fois plus ergonomiques et confortables pour nos équipages et plus qualitatifs pour les produits ». Pour rappel, l'an passé, l'armateur d'Intermarché a fait construire le Jean-Pierre Le Roch, bateau de 41,70 m, et acquis un sardinier-boulincheur de 16,95 m. La Scapêche est également montée dans le capital de l'Armement Bigouden, dont elle détient désormais 19,87 % des parts.

Capitaine Houat aussi
A noter, enfin, que le plan « pêche durable 2015 » d'Agromousquetaires doit intégrer toute la filière Mer des Mousquetaires. Depuis la pêche jusqu'à la commercialisation dans les rayons marées d'Intermarché, en passant par le filetage et la préparation de poissons dans les unités de transformation de Capitaine Houat, filiale basée à Lanester (220 salariés ; CA 2014 : 240 M?).

Scapêche


(Lorient)
Directeur : Jean-Pierre Le Visage Effectif : 300 salariés équivalent temps plein CA : 46 M?

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition