Morbihan

Réseaux économiques

Interview Pierre Montel (CCI Morbihan) : "Je vais désormais accompagner mes enfants dans la reprise des sociétés familiales"

Entretien avec Pierre Montel, président de la CCI du Morbihan

Propos recueillis par Ségolène Mahias - 06 juillet 2021

À 63 ans et après dix-sept ans de mandats consulaires, Pierre Montel, président de la CCI du Morbihan depuis 2016, ne se représente pas. À l’heure des bilans, il évoque ses convictions, les temps forts, quelques regrets, mais surtout le nouveau quotidien qui l’attend.

Pierre Montel, président sortant de la CCI du Morbihan.
Pierre Montel, président sortant de la CCI du Morbihan. — Photo : Aude Sirvain

Vous avez annoncé que vous ne briguerez pas un nouveau mandat à la tête de la CCI du Morbihan, quel bilan dressez-vous ?

Pierre Montel : J’en retiens qu’il faut agir plutôt que subir. Les tentatives ont été nombreuses pour couper les ailes des CCI. Dans mon quotidien de président, je retiens l’intelligence collective vécue dans le cadre du travail en réseau mené avec les acteurs du territoire, à l’image des conventions signées avec les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI). Dans les faits marquants, il y a aussi le programme Ecod’o, qui vise à réduire les consommations d’eau dans les entreprises. Je suis d’autant plus à l’aise pour le dire que je n’y croyais pas initialement ! Je me suis trompé. Ce programme atteste d’une exemplarité des entreprises dans le contexte d’un enjeu majeur en Bretagne.

Je suis fier aussi du succès répété de la soirée des réseaux d'entreprise Web In Lorient. Dans les événements, il y a aussi "Start-up & Handicaps", un concours national que nous avons lancé avec le fonds de dotation de Kerpape, mais aussi les Oscars du Morbihan, qui récompensent l’innovation des entreprises. Je suis satisfait également du maillage du territoire avec nos cinq délégations et les liens construits avec les collectivités locales. Cela nous permet d’être au plus près de nos ressortissants.

Certains moments ou temps forts vous ont-ils particulièrement marqués ?

Il y aura évidemment la crise du Covid. J’en retiens une formidable énergie et une intelligence collective autour du préfet Patrice Faure (désormais en poste en Nouvelle-Calédonie, NDLR). Ensemble, nous avons trouvé des solutions et déplacé des montagnes, le tout dans des délais très courts.

Je me souviendrais également du nouveau contrat de concession du port de commerce de Lorient, duquel la CCI est actionnaire à 56 %. C'est l’un des plus petits de Bretagne en surface mais, en 2020, son activité aura été supérieure à celle du port de Brest. Ces bons résultats s’expliquent par un positionnement comme port de services pour les armateurs et les utilisateurs.

Des regrets avec l’aéroport de Lorient ?

Oui, c’est un sujet sensible avec le retrait d’Air France et aussi les manipulations dont nous faisons l’objet. Avec l’Appel des 56, la mobilisation autour de l’aéroport a été faite forte. C’est un abandon d’Air France au détriment du territoire et de nos entreprises. Mon autre regret est la CCI régionale. Des opportunités n’ont pas été saisies pour faire fonctionner au mieux le local et le régional.

Pourquoi ne pas vous représenter ?

Dix-sept ans de mandats à la chambre, c’est beaucoup ! J’ai fait deux mandats à la tête de la délégation de Vannes, avant de prendre la présidence depuis 2016. C’est passionnant mais lourd. Je n’ai pas non plus assez mesuré la question de l’éloignement. Faire trois heures aller-retour jusqu’au siège de la CCI est épuisant. J’ai longuement mûri ma décision et j’ai voulu la partager très tôt avec mon bureau, pour qu’ils aient le temps de constituer une liste. Il n’y avait pas de candidat dans mon équipe rapprochée. Les liens sont forts avec les réseaux et c’est ainsi que la candidature de Philippe Rouault s’est faite. Je lui souhaite de continuer à défendre les milieux économiques et les entreprises. De mon côté, je vais accompagner mes enfants dans la reprise de LG Métal pour mon fils Erwan, et de Socométal pour ma fille Alix. Je vais aussi pouvoir me consacrer à la promotion immobilière de locaux d’activités, un domaine que j’affectionne particulièrement.

Pierre Montel, président sortant de la CCI du Morbihan.
Pierre Montel, président sortant de la CCI du Morbihan. — Photo : Aude Sirvain

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail