Morbihan

Agroalimentaire

Neovia devrait passer sous pavillon américain

Par Ségolène Mahias, le 02 juillet 2018

La deuxième entreprise du Morbihan devrait changer de mains. Sauf surprise, Neovia, spécialiste de la nutrition et de la santé animales, passera sous pavillon américain d'ici fin 2018. Son actionnaire, InVivo a annoncé être entré en discussion exclusive en vue de sa cession au groupe Archer Daniels Midland. 

Hubert de Roquefeuil préside Neovia. Sa maison mère InVivo serait prête à céder 67,5 % de ses parts à l'américain Archer Daniels Midland. — Photo : Ségolène Mahias

L'actualité de Neovia est régulièrement rythmée par ses opérations de croissance externe comme le rachat récent de Hi Nutrients au Nigéria. Mais cette fois, c'est Neovia qui fait l'objet d'un plan de cession. En effet, InVivo (5,5 milliards d'euros de CA), premier groupe coopératif français et actionnaire majoritaire de Neovia, a annoncé être entré en discussions exclusives avec l'américain Archer Daniels Midland, un géant de l'agri-industrie (31 000 salariés et près de 54 milliards d'euros de chiffre d'affaires)

Neovia valorisée 1,5 milliard d'euros

InVivo serait prêt à céder 67,5 % de ses parts du spécialiste de la nutrition et santé animale. Les autres parts de l'entreprise morbihannaise sont détenues par Eurazeo, Unigrains, Future French Champions et Idia Capital Investissement. De son côté, ADM a fait une offre de rachat pour 100 % de Neovia. L'entreprise de Saint-Nolff, près de Vannes, est ainsi valorisée à hauteur de 1,5 milliard d'euros soit un peu moins que le chiffre d'affaires de Neovia qui atteint 1,7 milliard pour 8 300 salariés. Elle est dirigée par Hubert de Roquefeuil. 

Le closing de l'opération est prévue pour la fin de l'année "après la réalisation de conditions suspensives et l'obtention d'autorisations règlementaires nécessaires", confie-t-on chez InVivo. 

Thierry Blandinières est directeur d'InVivo, le premier groupe coopératif agricole français. - Photo : Ségolène Mahias

Pivot sur les métiers fondamentaux d'InVivo

L'annonce de la cession prochaine de Neovia peut interroger. Après avoir levé 215 millions d'euros en 2015 et s'être ainsi doté d'une capacité d'investissement de 500 millions d'euros, Neovia a assis sa place de leader international sur son marché de la nutrition et santé animale. Plus de 80 % de son activité est générée à l'export. InVivo, son actionnaire majoritaire, s'explique sur cette opération.

"Cette opération va nous permettre d’opérer une manœuvre de pivot sur nos métiers fondamentaux et d’accélérer notre transformation digitale, notamment pour nos activités de trading international et de centrale d’achats d’intrants, pour nos adhérents coopérateurs. En même temps nous augmenterons les investissements dans nos filiales Bioline by InVivo, InVivo Retail, InVivo Wine et InVivo Food & Tech pour faire émerger de nouveaux champions français, présents en France et à l’international", détaille Thierry Blandinières, directeur général d'InVivo

ADM s'ancre en France

Ce recentrage d'InVivo sur ces activités phares que sont l'agriculture, le vin et de distribution trouve écho dans la volonté d'ADM de poursuivre sa croissance en France, comme l'explique Juan Luciano, son PDG.  "Le rachat de Neovia, une entreprise d’envergure mondiale, marquerait un investissement majeur en France et une étape décisive de la transformation de notre branche nutrition animale. Chez ADM, l’agriculteur est à la base de tout et nous nous réjouissons d’approfondir nos relations avec le monde agricole français en réunissant les ressources, les technologies et l'expertise de nos deux entreprises. Cette opération s’inscrit dans notre vision stratégique, qui voit en Neovia un partenaire à long terme", a souligné le chef de file d'ADM. 

Avec ce rachat, ADM n'en est pas à son coup d'essai en France. Le géant américain possède déjà l'usine SIO d'Arras (Pas-de-Calais), qui fabrique notamment des huiles de spécialité. Il est aussi le propriétaire d'une unité de transformation de blé en amidon dans la Marne. 

Dans cette négociation exclusive autour de la cession de la deuxième entreprise du Morbihan, ADM a indiqué vouloir poursuivre ses partenariats avec les coopératives françaises et faire profiter Neovia des technologies les plus récentes. L'avenir du groupe morbihannais devrait donc s'écrire sous une bannière étoilée et avec de nouvelles perspectives de croissance. 

Hubert de Roquefeuil préside Neovia. Sa maison mère InVivo serait prête à céder 67,5 % de ses parts à l'américain Archer Daniels Midland. — Photo : Ségolène Mahias

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture