Morbihan

Agroalimentaire

Le chipsier Altho Brets lance la rénovation et l’extension de son usine historique de Saint-Gérand

Par Ségolène Mahias, le 20 janvier 2023

Leader de la chips en France, Altho va moderniser son usine et s’agrandir avec un nouveau site industriel basé près de Pontivy, dans le Morbihan. Le fabricant va ainsi pouvoir répondre à la demande croissante en marques distributeurs et à l’essor de sa marque Brets.

Christophe Monneraye, directeur industriel, Laurent Cavard, PDG, Olivier Sallé, directeur marketing et commercial, portent les projets de croissance d’Altho.
Christophe Monneraye, directeur industriel, Laurent Cavard, PDG, Olivier Sallé, directeur marketing et commercial, portent les projets de croissance d’Altho. — Photo : Ségolène Mahias

C’est un investissement de plusieurs dizaines de millions d’euros que prépare Altho Brets (403 salariés, 206 M€ de CA en 2022) sur son site historique, de Saint-Gérand, près de Pontivy. Ne souhaitant pas dévoiler plus précisément le montant de l’enveloppe d’investissement, l’industriel va s’agrandir sur 12 hectares, en face de son site actuel. "Sur cette parcelle, nous allons construire quelque 29 000 m² de bâtiments, face aux 32 300 m² de notre usine actuelle", dévoile Laurent Cavard, PDG de la société, composante d’Alain Glon Holding. Altho augmentera ainsi sa capacité de production de 6 000 tonnes soit un total de 31 000 tonnes par rapport à l’existant. La nouvelle usine devrait entrer en service en 2025. Parmi les équipements majeurs du futur outil de production, figure un transstockeur, un entrepôt de stockage de grande hauteur et automatisé. "Il a un double intérêt. Sa hauteur permet de diminuer l’emprise au sol et son installation va faire que nous allons arrêter de stocker sur d’autres sites à l’extérieur. Ce seront des gains d’optimisation et moins de flux de camions". 40 emplois seront également créés avec cette seconde usine.

Une demande supérieure à ses capacités de production

Cet investissement préfigure aussi la modernisation de l’usine actuelle qui a 28 ans. La phase de rénovation devrait, elle, s’achever, en 2029. "Nous étions à l’étroit, nous allons donc moderniser, garder une longueur d’avance sur les chips aromatisées qui sont notre signature, gagner en ergonomie, être plus attractifs aussi pour recruter." En effet, ces travaux répondent à la place qu’occupe Altho sur le marché. "Nous sommes leaders de la chips en France en assurant près de 45 % du marché, via notre marque Brets mais aussi les marques distributeurs." Altho travaille pour l’ensemble des MDD qui lui assurent plus de 70 % de ses volumes. "Aujourd’hui, nous sommes portés par le marché de la chips en France qui a affiché une croissance de 4,4 % en 2022.

Sa marque Brets suit, elle aussi, la courbe de croissance "avec une progression en valeur de 2,4 % l’an passé." Hier régionale, la marque Brets gagne désormais l’ensemble de la France.

Outre le Morbihan, Altho dispose d’une usine au Pouzin, en Ardèche. "C’est une usine sœur de Saint-Gérand que nous avons construite en 2014, un investissement de 56 millions d’euros. En 2020, nous avons ouvert là-bas, une seconde ligne de production. Ce site ne fabrique qu’en marques distributeurs et couvre un grand quart sud est de la France." Aujourd’hui, l’industriel confie avoir une demande atteignant les 45 000 tonnes annuelles quand ses capacités sont de 42 000 tonnes. Altho compte aussi un site au Portugal qui produit pour le marché ibérique.

Un réseau de 300 producteurs de pommes de terre

Seul acteur indépendant et familial en France sur son marché, l’industriel breton vend à 89 % en GMS, 5 % en restauration hors foyer et 5 % à l’export comme l’Italie, la Belgique et le Japon. Créée en 1995 pour valoriser la pomme de terre bretonne, l’entreprise a choisi de mettre en place un modèle d’approvisionnement qui n’existe pas chez les autres chipsiers. "Nous travaillons avec 300 agriculteurs, bretons, normands, rhône-alpins, vendéens… Nous avons mis en place des prix fixes que nous avons augmentés dernièrement pour pallier la baisse des rendements due à la sécheresse, mis en place une prime de fidélité et nous leur mettons à disposition les outils (semis, plants, arrachage)."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition