Nautisme

Le chantier Bagoù Boats prend le large

Par Bertrand Tardiveau, le 07 juillet 2022

Profitant d’une explosion de la demande sur le marché des bateaux électriques, l’entreprise de Jérôme Clément multiplie les succès commerciaux et envisage d’accroître rapidement ses capacités.

Jérôme Clément, fondateur de Bagoù Boats, prévoit cette année de tripler la surface de ses ateliers de production.
Jérôme Clément, fondateur de Bagoù Boats, prévoit cette année de tripler la surface de ses ateliers de production. — Photo : Bertrand Tardiveau

Spécialiste en électricité navale originaire de Perros Guirrec, Lorientais depuis une vingtaine d’années, Jérôme Clément donne enfin du sens à sa passion pour le nautisme. En plein essor, son chantier a multiplié par deux ses effectifs pour atteindre 9 personnes fin 2021. Avec un chiffre d’affaires prévisionnel qui devrait approcher le million d’euros en 2022, il prévoit de tripler sa surface de production dans les prochaines semaines en investissant des ateliers d’environ 1 000 m2 à proximité du port de Lorient Keroman.

Catamaran en Martinique

"J’ai travaillé en 2018 sur la propulsion électrique du navire solaire Race for water et il m’a semblé possible d’élargir ce concept à l’ensemble des unités de plaisance afin de réduire leur empreinte carbone", raconte l’entrepreneur âgé de 42 ans. C’est ainsi qu’est né son chantier avec le Bagoù 7, un catamaran électrique dessiné par l’architecte Julien Marin. Le bateau fait sensation au Nautic de Paris, juste avant le choc pandémique. "Nommé bateau électrique de l’année 2019, ce modèle a éveillé la curiosité et l’intérêt de nombreux prospects", indique Jérôme Clément.

Bagoù Boats a ainsi validé la commande d’un catamaran électrique de 10 mètres de long auprès de Ronan Chartrey qui organise depuis 2016 des excursions en mer pour une clientèle haut de gamme. Basée à Saint-Malo, sa compagnie Émeraude Émotions a investi 200 K€ sur ce projet. Conçu en contreplaqué et epoxy biosourcé à 60 % et recyclable à 80 %, le navire est équipé de 35 m2 de panneaux solaires et dispose d’une autonomie de 1 h 30 pour transporter sur la Rance une vingtaine de passagers et autant de vélos. En attendant une mise à l’eau prévue durant l’été 2022, Bagoù Boats travaille sur un second modèle de 10 mètres spécifiquement destiné à un club de plongée basé en Martinique.

Scooters en Polynésie

Dans le même temps, Bagoù Boats s’est associé à Philippe Goyat qui avait racheté les moules du chantier concarnois Espace Vag, liquidé en 2019, afin de relancer la gamme des voiliers Ikone à travers une version à propulsion électrique baptisée E-kone. "Le contexte a fait que notre développement a été nettement ralenti", admet Jérôme Clément qui a développé parallèlement de nouveaux concepts, notamment le Scoot-X, un scooter des mers électrique vendu au prix unitaire de 16 500 euros. Affichant une longueur de 3 mètres, cette embarcation inclassable n’est pas soumise à la réglementation des véhicules nautiques à moteur (VNM) : "Là où les jets skis sont interdits, le Scoot-X peut passer", explique le patron de Bagoù Boats. Quatre exemplaires ont été récemment vendus pour les vacanciers de Bora Bora, en Polynésie française. La cadence de production est soutenue. "Nous avons un exemplaire à réaliser chaque semaine", reprend Jérôme Clément désormais occupé à ordonner ce plan de charge bien rempli, tout en nourrissant de nouvelles ambitions. Un Bagoù 12 est ainsi en projet pour étoffer la gamme du jeune chantier.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition