Morbihan

Sport

La marque bretonne de vélos Adrisport change de braquet

Par Ségolène Mahias, le 09 mai 2022

La marque de vélos morbihannaise Adrisport négocie parfaitement les virages de sa croissance. Lancée en 2009, elle a doublé son chiffre d’affaires ses trois dernières années. De 3 millions d’euros en 2021, elle ambitionne d’atteindre les 25 millions d’euros en 2023 et projette la construction d’une usine en 2024.

Romain, Audrey, Louise, Olivier et Adrien Duault conjuguent l’aventure Adrisport à cinq.
Romain, Audrey, Louise, Olivier et Adrien Duault conjuguent l’aventure Adrisport à cinq. — Photo : Ségolène Mahias

Ils s’appellent Adrien, Romain, Audrey et Louise Duault. Frères et sœurs, ce double duo en a sous la pédale. En effet, ils sont les chevilles d’ouvrières d’Adrisport, la marque de vélo morbihannaise qui monte dans le milieu du cyclisme. Le quatuor est aussi un quintet avec la présence forte du papa Olivier, sans qui tout ne serait peut-être jamais arrivé et qui a aussi travaillé au sein de l’entreprise. "Notre père a toujours été un passionné de vélo. Depuis l’âge de cinq ans, je n’ai pas arrêté d’en faire", confie Adrien Duault, directeur général de l’entreprise. Ce féru de cyclisme et son frère Romain ont goûté aux joies de la compétition entre vélo de route, cyclo-cross et triathlon avant de plonger dans le bain de la création d’entreprise.

Chef d’entreprise à 18 ans

À l’approche de la majorité, Adrien Duault dessine et redessine des vélos, féru de techniques et design avec "l’idée de créer ces vélos que je ne trouvais pas, alliant performance et esthétisme". À 18 ans, il franchit le pas, crée ses premiers vélos et apprend "sur le tas" le métier de chef d’entreprise. En 2009, les débuts se font dans le garage familial, il trouve un bureau d’études en Asie. Les premiers vélos sont testés et suscitent l’intérêt des autres cyclistes de clubs que côtoient les frères Duault. Romain a aussi rejoint l’aventure en créant le site internet de la marque ainsi qu’une plateforme e-commerce d’achat et de revente d’accessoires liés au cyclisme. Avec un tempo de 150 à 200 vélos par an, l’essor d’Adrisport n’est plus compatible avec le garage de la famille Duault.

C’est à Colpo dans le Morbihan, dans les anciens locaux de Toupargel, qu’Adrisport a passé la vitesse supérieure. En croissance continue avec la vente de leurs vélos par internet, la famille Duault a pu s’installer sur 1 200 m². "Nous avons tout rénové et nous nous sommes dotés de bureaux, d’un atelier et d’une chaîne de montage ainsi que d’un showroom, d’un espace de stockage…" Exit la vente par internet des vélos, les Duault optent pour le BtoB via les réseaux de revendeurs spécialisés. De quoi franchir un nouveau palier avec des ventes annuelles qui sont passées de 150 à 1 500 vélos.

18 000 vélos en 2023

Concepteurs de leurs vélos, les chefs d’entreprise travaillent avec des fournisseurs, essentiellement asiatiques, qui fabriquent les pièces selon leurs cahiers des charges. Les vélos sont ensuite assemblés de A à Z à Colpo. Aujourd’hui, Adrisport propose une vingtaine de modèles différents couvrant quatre disciplines que sont le vélo de route, le gravel (qui s’adapte à la route comme aux chemins), le cyclo-cross et le VTT. Leurs vélos sont vendus à des prix allant de 1 000 à 10 000 euros. Les cadres sont en aluminium pour les vélos de moyenne gamme et en carbone pour ceux commercialisés à partir de 2 000 euros. À date, la société s’appuie sur une trentaine de points de vente entre la Normandie et la Charente-Maritime. Ils ambitionnent de s’appuyer sur un réseau d’une centaine de distributeurs et d’avoir une couverture nationale en 2023.

Le succès est plus qu’au rendez-vous et la crise sanitaire aura joué les accélérateurs avec une demande qui a explosé. Adrisport n’a pas échappé à cette tendance de fond. "Nous avions prévu un volume de 6 000 vélos en 2023. Nous avons déjà dépassé cette prévision et nous partons sur… 18 000 vélos en 2023. Notre croissance aurait dû se faire en douceur. Le marché est exponentiel", assurent Adrien Duault et sa sœur Audrey, en charge de la partie financière.

18 000 vélos en 2023, un chiffre qui pourrait donner le tournis mais les commandes sont d’ores et déjà là. "Nous sommes passés d’un chiffre d’affaires de 700 000 euros en 2019, à 1,5 million d’euros en 2020. Nous étions à 3 millions d’euros en 2021 et nous prévoyons 25 millions d’euros en 2023."

Une usine en projet en 2024

En attendant et pour répondre à cette demande, une extension de 600 m² se prépare sur le site de Colpo. Adrisport va gagner de la surface au sol mais aussi en hauteur afin d’optimiser sa surface de stockage et ses flux logistiques. Les chaînes de montage vont se développer passant de 4 à 12 postes. De sept personnes aujourd’hui, l’effectif va lui aussi s’étoffer. "Nous allons recruter une dizaine de personnes supplémentaires sur des profils de mécaniciens, de préparateurs de commandes, des opérateurs d’emballage et nous nous renforcerons aussi sur la partie comptabilité."

Ce nouveau cap ne sera qu’une étape. "Nous allons construire notre usine en 2024, précise Adrien Duault, aîné de la famille et tout juste trentenaire, dévoilant les prochains projets de la fratrie. Tous les voyants sont au vert. Nous aimons tous les cinq nous challenger. Notre volonté est d’implanter encore plus la marque et de la faire grandir." Pas de place au hasard pour ces compétiteurs : le terrain est d’ores et déjà trouvé dans une commune voisine et quelque 6 000 à 7 000 m² de bâtiments devraient sortir de terre à court terme. De quoi répondre à une demande très forte. "Nous avons déjà prévu et lancé nos commandes de pièces pour 2024."

Ce futur navire amiral d’Adrisport est aussi synonyme de créations d’emplois : "Nous devrions être une soixantaine de salariés en 2024."

Levée de fonds en cours

Pour mener à bien cet ambitieux projet, les Duault planchent depuis quelque temps sur une levée de fonds de 7 millions à 10 millions d’euros qui sera complétée par des concours bancaires. "Dans notre activité, nos besoins en fonds de roulement sont importants. Des contacts sont pris avec des investisseurs privés. Nous sommes attachés à l’humain, à la bienveillance, aux expertises qui pourraient nous être apportées comme au fait de s’ouvrir à de nouveaux réseaux", commentent-ils. La levée de fonds pourrait être finalisée d’ici l’été. Complémentaires, les Duault ont aussi chacun leur spécialité : Audrey assure le contrôle de gestion et chapeaute tout ce qui a trait aux finances quand Adrien assure la direction générale, les relations avec les fournisseurs extérieurs et le développement des gammes. Romain pilote la partie informatique et coordonne le site e-commerce, Bike Street dédié aux accessoires. Olivier, le père de cette famille d’entrepreneurs, prend en charge la logistique tandis que Louise, la cadette, a rejoint l’entreprise dernièrement pour son alternance. Elle s’initie au fonctionnement général d’Adrisport et gère la communication ainsi que les réseaux sociaux. "Nous sommes frères et sœurs, amis, collègues de travail et nous faisons aussi des sorties vélo ensemble. Nos ambitions : faire d’Adrisport une des marques de référence de vélos en France et surtout gagner le Tour de France avec nos vélos ! " Si la ligne d’arrivée de la Grande Boucle n’est pas encore franchie, Adrisport devrait être au départ de l’épreuve en 2023. Des négociations sont en cours pour devenir l’équipementier en vélos de l’équipe B & B Hôtels.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition