Services

Kingoland : Tournez manèges dès avril 2014

Par la rédaction, le 08 novembre 2013

loisirs À deux pas de Locminé, Kingoland, le dernier né des parcs d'attractions bretons, prend forme. Sur 10 hectares et avec près de 2 M€ investis, le site vise les 50.000 visiteurs à l'ouverture et 100.000 entrées en vitesse de croisière. L'ouverture est annoncée pour avril.
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Impossible ou presque de rater le grand huit qui s'élève en bordure de la RN 24 à deux pas de Locminé. Les jalons visibles de Kingoland sont bien posés. Et le temps presse pour Dominique Leroux, le créateur de ce parc d'attractions qui sera le premier dans le Morbihan. « Nous ouvrons en avril 2014 et attendons 50.000 visiteurs en année d'ouverture. Nous visons les 100.000 entrées par la suite. »




2 M€ sur un site de 10 ha

Le pari est osé : l'investissement approche les deux millions d'euros. Pour réunir cette somme, le créateur de Kingoland a investi ses économies, vendu sa maison et son entreprise de diagnostic immobilier. « Je me suis battu pendant dix mois pour boucler mon financement. J'y suis arrivé en ouvrant le capital qui atteint 910.000 euros. » BSA (Bretagne Sud Angels) fait son entrée au capital en apportant 140.000 euros aux côtés d'autres dirigeants d'entreprise séduits par le projet. Toutefois, Dominique Leroux a souhaité conserver la maîtrise de l'aventure Kingoland. « Je ne suis pas l'actionnaire le plus important mais je suis le décideur majoritaire avec 51 % des droits de vote. » Le futur premier parc d'attractions du Morbihan ne doit pas son implantation aux fruits du hasard. « J'ai longtemps habité près de Cobac Parc (35). Avec ma famille, c'était aussi naturel d'aller au parc que d'aller à la piscine. Or, quand nous venions en vacances dans le Morbihan, nous constations qu'il n'y avait rien de similaire ici alors que le département accueille un million de touristes chaque année. »




Le choix du centre Bretagne

Établi professionnellement dans le Morbihan, Dominique Leroux se met en quête d'un lieu. Ce sera Plumelin, à deux pas de la RN 24. « Le site se situe à une heure de Rennes, Quimper et Loudéac. C'est central avec des bassins de population conséquents. » La décision prise, une option a été mise sur ce terrain de 10 hectares qui sera loué dans un premier temps par la communauté de communes. « Cet accord est assujetti à une promesse de vente ensuite. » Le public visé par Kingoland est clairement la famille avec des univers (pirates, espace et courses automobiles) et des manèges dédiés. Côté tarifs, l'entrée devrait atteindre les 15 euros. Le parc d'attractions est aussi pourvoyeurs d'emplois. Quatre salariés ont déjà été recrutés. « En pleine période d'activité, Kingoland emploiera une soixantaine de personnes. » Après les familles, Dominique Leroux partira à la conquête des comités d'entreprise qui sont clients de nombreux parcs d'attractions.




Un second projet près de Vannes ?

À l'heure où l'on parle beaucoup de la non-rentabilité de certains sites, Dominique Leroux précise sa vision des choses. « La plupart des parcs sont rentables, regardez la Compagnie des Alpes. Pour Disneyland, la problématique est certainement la démesure du lieu. » Kingoland a vocation àrayonner sur le département et en région. Pour sa première année d'exercice, le dirigeant table sur un chiffre d'affaires de 700.000 euros. La seule ombre au tableau sera peut-être vannetaise : la communauté d'agglomération a lancé un appel à projets de parc d'attractions près de l'Aquagolfe de Surzur (lire aussi page 2). D'ici là, Kingoland aura déjà ouvert et pourra peaufiner son positionnement.



Ségolène Mahias

kingoland
(Plumelin) Dirigeant : Dominique Leroux 4 salariés (perspectives à 60 en pleine saison) 700.000 de CA prévus www.kingoland.com

Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises