Morbihan

Nautisme

Incidence Sails se replace au sein du pôle course au large

Par Xavier Eveillé, le 20 mai 2019

Peu après avoir racheté la voilerie Tonnerre à Lorient, le groupe Incidence Sails avait dû se replier sur ses bases de La Rochelle et Brest. Le retour à l'équilibre et le succès rencontré par les dernières innovations technologiques ont convaincu le fabricant de voiles de renforcer sa présence à Lorient-La Base.

Au sein de la voilerie rochelaise Incidence Sails
La voilerie Incidence Sails, qui emploie 60 salariés à La Rochelle et Brest, renforce son site de Lorient pour reconquérir le marché de la course au large. — Photo : Bernard Le Bars/incidence Sails

Incidence Sails marque son retour à Lorient. Après y avoir acquis et exploité une unité de production jusqu’en 2014-2015 - la voilerie Tonnerre - l’entreprise rochelaise spécialisée dans la conception et la fabrication de voiles (12 millions d’euros de chiffre d’affaires pour 60 salariés et jusqu’à 115 personnes en périodes de pointe) avait rencontré des difficultés financières, maintenant seulement une présence commerciale. Elle y redéploie actuellement sept spécialistes pour accompagner les écuries de course au large et les armateurs de superyachts.

Un pôle de 400 m² va se constituer autour de César Dohy, qui sera épaulé, pour les calculs numériques et les matériaux composites, par Pierre-Antoine Morvan et Thibault Martin d’Incidence Technologies : « Nous avions concentré les activités à Brest et La Rochelle, explique le dirigeant d’Incidence Sails, Éric Ohlmann. Mais la donne a changé. L’entreprise, tournée à 60 % vers la clientèle des chantiers navals, voit ses développements récents marquer des points dans la course au large. »

Lorient, point d'ancrage évident

Ce renforcement à Lorient découle de ses développements dans les membranes filamentaires : « Nous avons investi dans cette voie. Notre dernière membrane, présentée au Nautic 2018, est ultrafine et ne se charge pas en eau. Nous avons équipé quelques bateaux avec des succès à la clef : trois bateaux classés sur six en Imoca, six premières places en Classe 40… et une victoire dans la Route du Rhum 2018 en Multi. » « Dans la course au large, tout se passe à Lorient, poursuit Éric Ohlmann. Le cœur de la Bretagne Sailing Valley et son écosystème exceptionnel représente un point d’ancrage évident pour l’équipe. Vincent Riou (navigateur, NDLR) a été le premier à nous avoir fait confiance en Imoca. Nous avons maintenant plusieurs ‘belles touches’ prêtes à retravailler avec nous. » Incidence Sails se prépare désormais activement à la Transat fin 2019, avec en ligne de mire le Vendée Globe fin 2020.

Une logique de diversification

Le pool lorientais, dont le choix du site est en cours de finalisation, est attendu sur 400 m² d’ici la fin de l’année à Lorient-La Base. Outre ses missions d’expertise technique, il assurera de la réparation et du remaniement de voile. « Nous n’avons pas les moyens de North Sails, notre principal concurrent, qui a longtemps capté jusqu'à 90 % du marché. Il faut être astucieux, proposer quelque chose de différent. Et cela passe notamment par une logique de diversification. »

Incidence Sails a aussi des ambitions dans le yachting de luxe. La PME poursuit ses investissements dans les superyachts, un marché plus éloigné de ses bases de l’Ouest de la France. L'entreprise recherche pour cela une base dans les Dom-Tom et une autre à Palma de Majorque, "the place-to-be" sur ce segment. L’entreprise travaille d’ores et déjà pour des bateaux de 66 et 76 pieds (une vingtaine de mètres de long, NDLR), « des marchés encore trop ponctuels », estime Éric Olhmann.

Au sein de la voilerie rochelaise Incidence Sails
La voilerie Incidence Sails, qui emploie 60 salariés à La Rochelle et Brest, renforce son site de Lorient pour reconquérir le marché de la course au large. — Photo : Bernard Le Bars/incidence Sails

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture