Morbihan

Agroalimentaire

Guyader Gastronomie investit 5 millions d'euros à Kervignac

Par Xavier Eveillé, le 01 novembre 2016

L’unité d’élaborations de cakes déménage zone du Porzo (35 emplois). 5 millions d'euros sont investis pour permettre un triplement de la production et l’essor à l’export.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Guyader Gastronomie (420 salariés, 78 millions d'euros de CA) construit une nouvelle usine sur 4.000 m² dont 3.200 m² de production près de la voie express Nantes-Quimper, zone du Porzo, à Kervignac. Déjà implanté sur la commune, Guyader Gastronomie a fait le choix d’une construction plutôt que d’une extension du site. Assuré « à 95% par des entreprises bretonnes », le chantier devrait être bouclé en avril 2017.

L’objectif est de permettre au groupe de répondre à la demande de ses clients en cakes salés et apparentés (tartes, gratins, bûches salées et gâteaux, et de développer la production, encore embryonnaire, de surgelés sur le segment moyen-haut de gamme. L’entreprise, implantée depuis 11 ans à Kervignac (35 emplois), est également présente à Landrévarzec, le site historique, Saint-Agathon, Châteauneuf-du-Faou, Trégourez et Nantes.

« La décision remonte à fin 2015. Tout a été très vite, une fois le choix de construire une nouvelle unité entériné. L’accueil à Kervignac est remarquable comme il l’a toujours été », estime Christian Guyader, président du groupe. « Le terrain de la zone du Porzo dont la compétence est communale, était dédié à l’agroalimentaire et réservé comme tel, indique en substance le maire de Kervignac, Jacques Le Ludec, faute de quoi nous aurions pu le vendre 20 fois ! » Elu en 1983, Jacques Le Ludec a connu 25 implantations majeures sur la commune de 6 000 habitants qui totalise aujourd’hui 2 300 emplois dont 1 400 sur la seule zone du Porzo. 



L’effectif du nouveau site demeure pour l’instant constant, mais la production doit être amenée à tripler dans les années à venir. « Nous adaptons notre outil aux clients full-services et cherchons des partenariats à l’export», évoque le directeur général, Antoine Gorioux.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition