Vannes

Industrie

Ergotech façonne sa croissance et son avenir

Par Ségolène Mahias, le 27 juin 2022

Ergotech se fait une place sur le marché français des équipements ergonomiques. Conceptrice et fabricante, la société vannetaise a su également valoriser son savoir-faire dans la production textile pour donner naissance à une seconde société : Galaad. L’an prochain, leur dirigeant prévoit de créer un groupe avec ces deux savoir-faire.

Kevin Le Texier, fondateur et dirigeant d’Ergotech, prépare de nouvelles phases de développement de la PME.
Kevin Le Texier, fondateur et dirigeant d’Ergotech, prépare de nouvelles phases de développement de la PME. — Photo : Ségolène Mahias

Installée dans le Morbihan, à Plescop, Ergotech évolue sur un marché de niche. La société est l’une des deux seules entreprises françaises spécialisées dans la conception et la fabrication de matériels ergonomiques pour la santé, le bien-être et la prévention des personnes aussi bien dans le cadre de leur emploi ou de leur vie personnelle. Ses clients sont divers : médecine du travail, CHSCT, entreprises, administrations, particuliers, revendeurs…

Créée en 2012, l’entreprise connaît actuellement une forte croissance d’activité et doit optimiser son espace afin de répondre à la demande. Pourtant en 2015, tout aurait pu s’arrêter : elle a connu un redressement judiciaire suivi d’un plan de continuation qui court jusqu’en 2026. Son fondateur et dirigeant Kevin Le Texier n’en fait pas mystère et a su, "après ce problème de cogestion", remettre l’entreprise sur les rails. "Je suis désormais seul actionnaire et gestionnaire d’Ergotech. Nous avons nous-mêmes financé notre développement et j’espère bien pouvoir réaliser une levée de fonds à court terme." En 2017, l’entreprise bretonne a mis au point un fauteuil ergonomique à tarif très compétitif qui fait son succès. Outre les fauteuils, la PME fabrique aussi des coussins et des assises. 

Rebond en 2018

"En parallèle, nous avons créé notre service marketing et communication et investi dans notre site e-commerce qui nous amène chaque jour de nouveaux clients. La vente en ligne représente 25 à 30 % de notre chiffre d’affaires aujourd’hui", précise le patron de 32 ans. De 309 000 euros de chiffre d’affaires en 2018, la société a atteint les 809 000 en 2021. Le renforcement de sa force commerciale en Bretagne et Pays de la Loire devrait lui faire franchir un nouveau cap. Le montant total de ses ventes devrait osciller entre 1,1 et 1,3 million d’euros pour l’exercice en cours. De quoi lui permettre de renforcer son équipe de 35 salariés. L’an prochain, le dirigeant projette de recruter des ingénieurs pour créer de nouveaux produits et proposer des innovations sur sa spécialité. "Nous avons investi dans un logiciel de gestion de production. De quoi optimiser notre fabrication et passer dans une phase de process industriel."

Production textile avec Galaad

Hasard de l’histoire, la croissance de la PME bretonne a connu un coup d’accélérateur au tout début de la crise sanitaire. S’appuyant sur les compétences textiles qu’elle mobilise pour fabriquer ses fauteuils ergonomiques, Ergotech a fabriqué des masques en tissu pour l’État lors du premier confinement. La PME a alors investi dans des machines supplémentaires pour répondre à de nouvelles demandes de produits en textile. "Nous avons été sollicités pour de nombreux projets comme la réalisation de tee-shirts pour le groupe System U. Désormais, nous fabriquons du linge de maison pour le groupe AMPM mais aussi La Minette, la marque vannetaise de culottes menstruelles." D’autres grands noms du textile font aussi travailler la PME en sous-traitance. 20 personnes ont été recrutées et 9 autres sont en cours de formation. Représentant déjà près d’un quart du chiffre d’affaires de l’entreprise, l’activité textile porte le nom de Galaad. L’an prochain, Kevin Le Texier prévoit de créer un groupe qui fédérera les deux activités. "Ergotech sous-traitera son activité textile à Galaad qui aura également d’autres clients."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition