Lorient

Ingénierie

Éolien offshore : le pari du jeune bureau d’études Windglaz

Par Xavier Eveillé, le 19 août 2019

Cyril Bourgoin, ingénieur naval, a quitté son poste chez Nass & Wind pour créer son bureau d'études à Lorient, en janvier 2019. Malgré le manque de volonté politique, il structure la société Windglaz pour épauler les porteurs de projets dans l'éolien en mer.

Cyril Bourgoin, fondateur et dirigeant du bureau d'études en ingénierie marine Windglaz, à Lorient.
Cyril Bourgoin, fondateur et dirigeant du bureau d'études en ingénierie marine Windglaz, à Lorient. — Photo : Xavier Eveillé

Le créateur

Ingénieur naval diplômé de l’Ensta Bretagne Brest, où il donne également des cours en Master Énergies marines renouvelables (EMR), Cyril Bourgoin a travaillé pendant dix ans pour l’entreprise lorientaise Nass & Wind au sein du bureau d’études "éolien en mer". D’un commun accord, il s’est lancé à son compte avec le soutien de son ancien employeur : « Je travaillais sur des projets offshore. L’entreprise était dans une optique de porteur de projet, moi de bureau d’études. » Il a créé la SASU Windglaz à Lorient en janvier 2019.

Le concept

L’idée de Windglaz s’est imposée à Cyril Bourgoin en constatant les pesanteurs dans le domaine de l'éolien offshore : « Les temps de développement sont très longs et, une fois toutes les difficultés techniques franchies, nous tombons sur un manque de volonté politique. Le Plan pluriannuel de l’énergie (PPE) annoncé fin 2018 est en deçà des attentes (4 gigawatts d'installations éoliennes en mer sont prévues pour le moment par le gouvernement d'ici à 2030, NDLR)… » Certains acteurs en viennent à se désintéresser de la filière. « En créant Windglaz, j’entends poursuivre le travail de développement, éviter les ruptures de compétence et la perte de savoir, défend Cyril Bourgoin, spécialiste de la modélisation et de la validation du comportement des systèmes éoliens fixes et flottants. Cela peut permettre à des acteurs de l’éolien en mer de revenir dans le jeu à tout moment, ou à d’autres d’émerger. »

Le créateur a fait le choix du Pass Création et de la pépinière de la CCI de Lorient. « Je travaille aussi à la coconstruction d’un partenariat avec l’Ifremer en recherche et développement sur une maquette qui permet de faire des essais de soufflerie. Comme une vraie éolienne, mais à échelle réduite. » Un porteur de projet peut ainsi faire un essai en bassin et solliciter le projet rotor de l’Ifremer.

Les perspectives

Tout juste créé, Windglaz a déjà contractualisé sur des projets d’ingénierie dans des parcs éoliens fixes et éoliens flottants. Cyril Bourgoin n’entend pas rester seul et prévoit une embauche d’ici à fin 2019. « À terme, j’espère bien structurer un bureau d’études de 5 à 6 personnes sur la modélisation des systèmes éoliens (hydrodynamique, aérodynamique, analyse de structure et environnement). » L’ingénieur suit de près le projet d’éoliennes flottantes de Groix-Belle-Île d’Eolfi-CGN. Un secteur où d’autres pays européens, comme le Royaume-Uni, l’Allemagne et les Pays-Bas, ont pris de l’avance. « Il y a une ingénierie française à proposer, la France étant traditionnellement plus présente dans l’offshore pétrolier. » Windglaz s’intéresse aussi aux turbiniers pour les accompagner dans l’analyse de structure.

Cyril Bourgoin, fondateur et dirigeant du bureau d'études en ingénierie marine Windglaz, à Lorient.
Cyril Bourgoin, fondateur et dirigeant du bureau d'études en ingénierie marine Windglaz, à Lorient. — Photo : Xavier Eveillé

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.