Morbihan

Énergie

En Morbihan, la bataille du solaire a enfin commencé

Par Xavier Eveillé, le 06 septembre 2018

Le Morbihan s'apprête à accueillir les trois plus grandes fermes solaires photovoltaïques bretonnes, dont la plus grande en milieu urbain en France, sur la base sous marine de Lorient. Tour d'horizon des projets et des acteurs.

L'ancienne base sous marine de Lorient.
L'ancienne base sous marine de Lorient. — Photo : Xavier Eveillé

L'ancienne sablière de la Prée exploitée par le groupe Lafarge.
L'ancienne sablière de la Prée exploitée par le groupe Lafarge. - Photo : Lafarge

L'annonce, à la fin du mois d'août, de l'implantation d'une ferme solaire, entre Pleugriffet et Radenac (40 000 à 50 000 panneaux attendus pour 2020 sur une vingtaine d'hectares dans l'ancienne sablière de la Prée) marque un tournant en Morbihan. Destinée à couvrir les besoins de quelque 9 000 foyers, portée depuis plus de six années par les maires des communes de Radenac et Pleugriffet, elle sera exploitée par Engie Green. Les élus locaux ont dû batailler pour ouvrir la voie : « Nous sommes persuadés que c’est sur ce genre de dossier que nous devons concentrer nos efforts pour les générations futures », ont-ils commenté en référence, notamment, aux baisses de dotations des communes rurales.

Investissement de 4 M€ en cours à Baud

L'ancienne carrière de Baud, prête à accueillir quelque 15 000 panneaux photovoltaïques sur 8 hectares.
L'ancienne carrière de Baud, prête à accueillir quelque 15 000 panneaux photovoltaïques sur 8 hectares. - Photo : DR Quadran

Le projet le plus avancé hors ville concerne la carrière de Quinipily, près de Baud. La société Quadran, filiale de Direct Énergie (Groupe Total), va y déployer 15 000 panneaux solaires d'ici la fin de l'année, pour une puissance de 4,5 mégawatts sur une emprise de 8 hectares. De quoi couvrir les besoins de 1 900 ménages (équivalent de 4 300 personnes). Un investissement de près de 4 M€.

Le projet de Baud prévoyait initialement 30 000 panneaux : « Leur nombre a fortement diminué, pour une puissance globale qui reste la même. Nous avons en fait dû changer de fournisseur, explique Baptiste Simon, chef de projet de l'agence nantaise de Quadran. Ce projet devrait permettre d'économiser 1 700 tonnes de CO2 par an. »

2,4 M€ à la base sous-marine de Lorient

L'ancienne base sous marine de Lorient.
L'ancienne base sous marine de Lorient. - Photo : Xavier Eveillé

Les zones urbaines sont elles aussi prêtes à relever le défi : le Morbihan doit également accueillir, en 2019, la plus grande ferme solaire en milieu urbain sur le toit du K2, l'une des alvéoles de l'ancienne base sous-marine de Lorient. L'investissement avoisine les 2,4 M€ et va permettre de couvrir les besoins de l'équivalent de 1 000 logements lorientais, à compter de janvier 2019.

La structure porteuse a déjà été réalisée et la pose des panneaux a débuté. Le projet est mené par la société lorientaise XSea. Dirigée par Bruno Le Jossec, elle mobilise à la fois les acteurs publics et privés. La société d'économie mixte a pour mission de développer le potentiel des énergies renouvelables sur le territoire là où le privé ne peut pas aller.

D'autres projets privés de moindre envergure sont également en cours d'étude et d'instruction, notamment dans les grandes et moyennes surfaces.

L'ancienne base sous marine de Lorient.
L'ancienne base sous marine de Lorient. — Photo : Xavier Eveillé

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.