Vannes

Emploi

Interview Coronavirus – Temporis Vannes : « Nous sommes à 20 % de notre activité 2019 »

Entretien avec Marie Lanoë, gérante de l'agence d'intérim Temporis à Vannes

Propos recueillis par Ségolène Mahias - 24 avril 2020

Le travail temporaire est en première ligne des activités touchées par la crise sanitaire actuelle. Une situation à laquelle n’échappe pas l'agence d'intérim Temporis, à Vannes. Sa composante spécialisée dans les activités tertiaires, elle, résiste.

Marie Lanoë, gérante de l'agence d'intérim Temporis Vannes et Temporis Consulting.
Marie Lanoë, gérante de l'agence d'intérim Temporis Vannes et Temporis Consulting. — Photo : DR

Quels sont les niveaux d’activité de Temporis Vannes et de Temporis Consulting, votre agence spécialisée dans les activités tertiaires ?

Marie Lanoë : Suite à l'annonce du confinement, nous avons perdu 90 % de l’activité en deux semaines. À ce jour, nous sommes à 20 % de l’activité que nous avons eue en 2019. La bonne nouvelle vient des entreprises du BTP, qui reprennent petit à petit. L’industrie refait appel à nos services, notamment les entreprises qui fabriquent ou distribuent des produits liés au Covid-19. L’activité est constante sur la préparation de commandes. Notre agence travaille peu avec l’agroalimentaire, qui doit certainement avoir recours à l‘intérim… Du côté de l’agence consulting, nous touchons à des métiers où le télétravail est plus facile à mettre en place. Nous sommes à 50 % d’activité sur cette spécialité par rapport à 2019. Toutefois, les prises ou reprises de postes demeurent encore assez timides.

Avez-vous chiffré ces impacts ?

M. L. : J’ai réévalué mes nouveaux budgets et, si mes projections s’avèrent judicieuses, l’agence va avoir une activité intérim proche de ma deuxième année d’exploitation (en 2012, NDLR) soit environ 90 équivalents temps plein (ETP). Nous serions sur un chiffre d’affaires prévisionnel de 4 millions d’euros quand, en 2019, nous avons réalisé 7 millions d’euros de chiffre d’affaires pour 170 ETP. Mais la donne est différente en 2020 : nous comptons cinq salariés permanents de plus donc les charges de personnel sont beaucoup plus importantes… Néanmoins, je sais pouvoir compter sur mes équipes. Nous serons plus agiles et réactifs lors de la reprise !

Quelles sont vos perspectives ?

M. L. : Les intérimaires en poste dans les entreprises avant le confinement sont repris. Il s’agit presque exclusivement de contrats courts. L’intérim offre de la souplesse à nos entreprises clientes avec des contrats à la semaine, des contrats avec des possibilités de renouvellement. Pour l’activité consulting, nous avons des informations positives. Certains recrutements en CDI lancés avant le confinement sur des profils qualifiés continuent. En temps normal, à cette période, il y a 20 à 30 démarrages de nouvelles missions par semaine…. Actuellement on se contente de cinq.

Tirez-vous déjà des enseignements de cette période ?

M. L. : Notre rôle principal de dirigeant à mon sens est d’absorber une bonne partie du stress et donner de l’énergie à nos équipes. Ceci tout en étant capable de se préserver et ne pas assumer toute la charge négative pour garantir l’endurance dans l’effort. Mon équipe est ma plus grosse source de motivation, c’est donc moins facile de trouver ce plaisir au quotidien, seule face à mon écran. Sur 12 salariés, cinq sont mobilisés en télétravail pour nos clients intérimaires et entreprises. Les autres ont hâte de pouvoir revenir en renfort ! Depuis quelques temps je développe beaucoup le concept d'"intelligence collective en entreprise" grâce au Centre des Jeunes Dirigeants, dont je suis membre. C'est salvateur avec l'organisation actuelle en télétravail. J’ai une équipe attachée à la réussite économique et humaine de l’entreprise, je le ressens fortement en ce moment difficile et c’est précieux. Je cherche aussi l’inspiration dans les conférences, groupes de travail, formations ou simplement dans les échanges entre chefs d’entreprise. J’ai la chance de faire partie d’un réseau de chefs d’entreprise au sein de Temporis : le modèle en franchise prend tout son sens dans une période de crise.

Marie Lanoë, gérante de l'agence d'intérim Temporis Vannes et Temporis Consulting.
Marie Lanoë, gérante de l'agence d'intérim Temporis Vannes et Temporis Consulting. — Photo : DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail