Morbihan

Environnement

Charier se prépare à exploiter un nouveau casier pour traiter l'amiante à Theix

Par Ségolène Mahias, le 26 septembre 2018

Charier va débuter l’exploitation d’un nouveau casier de traitement des déchets amiantés à Theix, près de Vannes. En effet, l’infrastructure actuelle dédiée à cette activité arrive en limite de capacité. Outre Theix, l’entreprise de travaux publics traite également l’amiante sur son site du Cellier, en Loire-Atlantique.

L'écoterre de Theix reçoit des déchets inertes issus des chantiers du BTP ainsi que des déchets amiantés. Le site dispose aussi d'une unité de concassage de déchets recyclables et d'une zone de négoce pour les particuliers. — Photo : Ségolène Mahias

Le groupe de travaux publics Charier (1 228 salariés et 228 M€ de chiffre d’affaires consolidé) procède au renouvellement de ses infrastructures au sein de l’écoterre de Theix, à deux pas de Vannes. Cet écoterre, l’un des 13 sites de l’entreprise, recycle et traite les déchets inertes issus des chantiers du bâtiment et des travaux publics. Comme celui du Cellier (44), ce site collecte aussi des déchets amiantés comme c’est le cas dans certaines toitures, tôles, croûtes d’enrobés, descentes de canalisation, etc.

Le nouveau casier de traitement d'amiante de Theix s'étend sur 13 000 mètres carrés. Il entrera en fonctionnement dans les prochains mois.
Le nouveau casier de traitement d'amiante de Theix s'étend sur 13 000 mètres carrés. Il entrera en fonctionnement dans les prochains mois. - Photo : Ségolène Mahias

« Le nouveau casier va être composé de deux alvéoles. L’ensemble prend place sur 13 000 mètres carrés. À l’heure actuelle, l’investissement atteint 300 000 euros ; une somme qui sera vraisemblablement multipliée par trois ou quatre quand l’infrastructure sera finalisée », précise Bruno Le Borgne, responsable de secteur chez Charier. Ces déchets proviennent de deux sources. La première concerne des entreprises qui travaillent sur des chantiers en Bretagne ou dans les départements limitrophes. Les particuliers peuvent aussi apporter leurs déchets amiantés avec des règles de conditionnement bien précises. Au total, quelque 2 500 T d’amiante lié sont accueillies sur site. À cela s’ajoutent 110 000 T de déchets inertes non valorisables et 10 000 T de déchets inertes valorisables. Trois personnes travaillent sur place.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition