Morbihan

Maritime

Carton plein pour les cargos à voiles de Zéphyr & Borée

Par Bertrand Tardiveau, le 14 novembre 2022

Fondé en 2015, le bureau d’études lorientais consolide ses activités pour accélérer la décarbonation du transport maritime en fédérant autour de lui d’importants chargeurs. De quoi susciter un essor fulgurant dans les prochains mois.

En cours d’achèvement, le cargo Canopée devrait entrer en exploitation début 2023.
En cours d’achèvement, le cargo Canopée devrait entrer en exploitation début 2023. — Photo : Zéphyr & Borée

Zéphyr & Borée doit boucler prochainement un accord important avec l’association des chargeurs pour un transport maritime décarboné qui compte une vingtaine de grands groupes parmi lesquels Michelin, Yves Rocher, Nestlé, Avril ou encore Moët Hennessy. Cette organisation avait lancé début 2022 un appel d’offres afin de répondre aux objectifs édictés par l’Organisation maritime internationale (OMI) pour contrer le réchauffement climatique. Montant de l’enjeu, la commande de 10 à 12 navires d’une capacité d’environ 600 conteneurs qui devraient être exploités à partir de 2024 sur une ligne transatlantique à un rythme hebdomadaire. Zéphyr et Borée a été sélectionné cet été pour engager des négociations approfondies. "Plusieurs points restent à confirmer, souligne Nils Joyeux, président de Zéphyr & Borée. En tout cas, ces navires devront disposer d’une propulsion assurée pour au moins 50 % par le vent."

40 millions d’euros par navire

Le coût estimé de chaque navire avoisinerait les 40 millions d’euros. Soit un changement d’échelle prodigieux pour le cabinet lorientais qui compte une douzaine de collaborateurs pour un chiffre d’affaires d’environ 1 million d’euros. Née en 2015 autour de plusieurs jeunes officiers de la marine marchande, l’entreprise a déjà marqué les esprits avec le projet Canopée qui entre dans sa phase d’achèvement. Commandé en septembre 2019 par ArianeGroup, ce cargo long de 121 mètres a été développé en lien avec l’armateur aixois Jifmar offshore services et le cabinet d’architecture navale vannetais VPLP Design. Il prévoit d’opérer quatre ailes rigides pour soulager sa consommation de carburant d’environ 30 % en moyenne. "Réalisée en Pologne, la construction de la coque fait désormais place à la préparation du navire qui doit s’achever en fin d’année aux Pays Bas", assure Nils Joyeux. Le navire devrait transporter début 2023 depuis les ports de Brême, Rotterdam, Le Havre et Bordeaux les éléments du nouveau lanceur Ariane 6 jusqu’à Kourou, en Guyane.

"Une démarche militante"

Dans le même temps, les équipes de Zéphyr & Borée sont à la baguette sur le projet Windcoop. Il s’agit de construire un cargo à voiles long de 86 mètres avec une capacité de chargement d’environ 100 conteneurs pour rallier la France à Madagascar. La mise en chantier est prévue en 2023 pour un budget avoisinant les 20 millions d’euros. "C’est avant tout une démarche militante, avec une portée écologique et sociétale", plaide Nils Joyeux. L’aventure a été construite avec l’appui de Julien Noé, entrepreneur à l’origine notamment d’Enercoop, à partir des besoins exprimés par Mathieu Brunet, dirigeant d’Arcadie, distributeur d’épices bio basé près d’Alès (Gard) qui s’est engagé à hauteur de 2 millions d’euros. Windcoop recense aussi la participation d’investisseurs comme Jean-Michel Mortreau, fondateur de la chocolaterie vendéenne Saveurs et Nature, ainsi que des partenaires comme la société occitane Ethiquable et le torréfacteur breton Lobodis. Une levée de fonds en parts sociales et titres participatifs a été engagée sur la plateforme digitale de crowdfunding Lita pour consolider le plan de financement.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition