e-commerce

Bébé au naturel : 1 million d'euros investis

Par Xavier Eveillé, le 06 janvier 2017

Le pure-player va pousser les murs en 2017 : 1 million d'euros vont être investis sur son site actuel pour asseoir son fort développement. De 41 salariés il y a un an, l'effectif doit encore progresser à 53 voire 55 salariés afin d'accompagner l'essor de sa market place.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Créée en 2005 par Christophe et Julie Wallyn autour d'un concept - la vente de couches lavables, Bébé au naturel grandit. Et on ne peut mieux. Ce qui était, à ses premiers pas, un dépôt-vente de couches lavables importées depuis l'Autriche, rue Barré, est devenu en moins d'une décennie le leader français de la vente en ligne d'articles naturels biologiques. Et pas seulement en puériculture. Si l'entreprise a très tôt assis sa réputation sur sa rigueur de sélection fournisseurs (labels AB et éco-responsables), c'est au virage de la couche lavable vers la couche jetable et écologique à base d'amidon de maïs, répondant mieux aux attentes des familles, que l'entreprise doit son essor. La bascule s'accompagne d'un élargissement très large de la gamme aux lingettes, vêtements, produits cosmétiques... « Tout ce qui est sain pour la peau de bébé mais aussi tout ce qui ne suscite pas d'allergies », rappelle Pierre Lautram, pilote de process « réalisation de la commande » (supply chain), habilité, au même titre que Christophe et Julie Wallyn, à communiquer sur l'évolution de Bébé au naturel au nom d'un principe fort au sein de l'entreprise : l'horizontalité. « L'organigramme est plat. Le management repose sur l'effort de chacun, en toute responsabilité, du préparateur de commande en passant par le service clientèle. Notre supérieur hiérarchique, c'est le client. Toute idée bonne à prendre est bienvenue si bien que tout le monde fait de la R & D. C'est ce qui a permis l'essor de l'entreprise ces dernières années ». Aujourd'hui, les produits phares sont l'alimentation bébé et le lait bio, devant les couches écologiques (sept marques de couches jetables sont distribuées). Suit l'hygiène pour bébé. « La sensibilité famille est de plus en plus forte, nous nous ouvrons à la femme et à l'homme. L'épicerie et la cosmétique sont également des relais de croissance et nous lançons aujourd'hui notre propre market place qui va permettre à d'autres vendeurs de bénéficier de notre notoriété. C'est une autre organisation pour la logistique et les conseillers clientèles », évoque Pierre Lautram.

Internalisation

La market place se structure autour de la même approche : observer un strict respect du cahier des charges et du délai de livraison : « On a cette force d'internaliser tous les métiers : le web, la logistique, la facturation et la compta... Christophe et Julie Wallyn ont fait ce choix dès le départ afin de conserver une plus grande réactivité client, c'est fondamental ». Maîtrise et internalisation permettent aussi de contenir certains coûts. Le résultat net oscille entre 3 et 4 %. Accompagner le développement de la market place et l'élargissement des références conditionne l'évolution du site même : Bébé au naturel se sent à l'étroit. L'entreprise a bien envisagé de quitter la zone de Crac'h où elle se trouve actuellement. L'enjeu ? Disposer d'un entrepôt logistique de 4000 m² avec quais de chargement pour 2019, le bâtiment actuel (ex Locaboat) touchant ses limites car s'avérant peu adapté au e-commerce. La communauté d'agglomération Auray Quiberon Terre Atlantique (Aqta) ne dispose pas des réserves souhaitées (un hectare de réserve foncière) et a choisi de remplir les espaces vacants plutôt que de créer d'autres zones d'activité.

Nouveaux bureaux et bilan carbone

Mais Bébé au naturel a néanmoins fait le choix de rester, en privilégiant dans un premier temps les besoins tertiaires : séduite par un projet à haute valeur environnementale, l'entreprise alréenne va repenser ses bureaux avec la construction d'un nouveau bâtiment de 700 m² en bois avec chaufferie à granules. Il est pensé autour d'un principe : le travail de façon collaborative. « Bulles de réunion, espaces de coworking... le bâti devra créer la discution, faciliter les échanges pour libérer la créativité. Lorsqu'une idée émerge, celle-ci est pilotée et portée par celui ou celle qui l'a eue », résume Pierre Lautram. Le démarrage des travaux est prévu début 2017. L'entreprise réalise son propre bilan carbone depuis 2008 : dans un souci de compensation, Bébé au naturel s'est tournée vers une association de plantations d'arbres à Madagascar. De 6000 euros de dons au lancement du partenariat, le montant doit passer à 15 000 euros cette année.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.