Vannes

Auchan : L'enseigne va-t-elle tenter une percée bretonne à Theix ?

Par Nicolas Mollé, le 06 janvier 2012

Le rouge-gorge va-t-il faire son nid à Theix? Auchan réussira-t-il à y implanter son premier hypermarché breton? L'électrochoc pourrait être salutaire et aider au rééquilibrage vannetais. Sur les dents, la concurrence joue au poker menteur.
Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

Auchan avance tout doucement ses pions en Bretagne. Malgré un déficit d'image et plusieurs échecs. Empêché de s'installer à Betton en Ille-et-Vilaine, son Simply Market de Rennes Beauregard est aussi porté disparu depuis peu. Une implantation à Châteaulin dans le Finistère est maintenant à l'ordre du jour, d'après Le Télégramme. Surtout, le groupe de la famille Mulliez est sur les rangs pour un nouvel hypermarché au sein de la commune de Theix. Un projet destiné à rééquilibrer les flux commerciaux entre l'ouest et l'est de l'agglomération. En effet, les liaisons occidentales de Vannes sont sérieusement congestionnées par les chalands de Carrefour, la Fnac et surtout Leclerc, à l'ouest. Et ce alors que la démographie continue de galoper : 165.000 personnes sont attendues à l'échelle de l'agglomération en 2015, d'après Vannes Agglo.




Proche de Leroy Merlin

L'emprise visée par Auchan se situe zone d'activité de Saint-Léonard, à Atlantheix, en face du Leroy Merlin. Enseigne contrôlée par l'association familiale Mulliez. Comme Truffaut, Décathlon ou Cultura, par exemple. Le terrain est situé entre la départementale 779 et la RN165, près de la friche Troc de l'Ile, dont le propriétaire détient 50% des 40.000m² concernés. L'autre moitié appartenant à la commune de Theix. Yves Questel, maire de la ville, confirme qu'Auchan fait bien partie des prétendants, avec «Super U, Cora, Leclerc et Carrefour. En tout, il y a six candidats qui ont postulé, dont un pôle hôtelier/centre d'affaires. De 9.000m² pour le plus petit projet à 28.000m² pour le plus important, avec parfois le même promoteur pour plusieurs d'entre eux. Nous allons procéder par élimination pour n'en retenir que deux ou trois dès fin janvier. Le choix définitif devrait être entériné au printemps 2012, une fois le promoteur choisi.» L'édile, qui veut un cinéma et/ou une offre culturelle (livres/disques), a bien l'intention de faire monter au maximum les enchères côté offre. Car en matière de développement commercial, c'est toujours, d'une manière ou d'une autre, le politique qui a le dernier mot. Il y a quelques années, un projet d'Hyper U, encore une fois près du Leroy Merlin, n'avait pu voir le jour car le terrain était passé non constructible du fait de la loi littoral. Daniel Onnée, patron de l'Hyper U de Saint-Avé, qui portait ce projet, n'a pas renoncé et avance aujourd'hui masqué avec deux des six promoteurs en lice. Tout en jouant profil bas. «Ce sont les politiques qui décident aujourd'hui de ce qui se passe dans le monde de l'entreprise», émet cet élu à la CCI de région. «Ce n'est pas une critique mais un constat, qui ne change rien aux difficultés rencontrées par les entrepreneurs, industriels ou commerçants, pour s'implanter et se développer.»




Quelles zones de chalandise?

Super U reste pourtant en pole position sur ce projet et va disputer le match avec Leclerc et Auchan. Car Cora est surtout actif dans l'Est de la France, même si présent en Bretagne à Rennes et Saint-Malo. Quant à Carrefour, le groupe est déjà solidement implanté à Vannes, avec un gros hyper. Ainsi qu'à travers des Carrefour Market à Theix même, à Séné et à Muzillac. Le commerce muzillacais, où un Super U est aussi en activité, risque d'ailleurs de souffrir de la présence d'un nouvel hypermarché à l'est de Vannes. Marc Pallon, lui, va se retrouver en concurrence frontale avec le projet d'Atlantheix. L'entrepreneur adhérent du groupement Intermarché pilote trois points de vente: à Séné (25,8millions d'euros de chiffre d'affaires), Surzur (7,5millions de chiffre d'affaires) et Questembert (20,8millions d'euros de chiffre d'affaires). Des secteurs qui deviennent «compliqués», remarque Marc Pallon. «À 15 kilomètres à la ronde autour de mon magasin de Questembert, il y a bien 10.000m² de surface alimentaire. À Questembert, avec 2.700m² de surface, nous rencontrons des difficultés à atteindre un chiffre de croisière, le taux d'évasion est important.» Même problématique selon lui dans la première couronne où le Carrefour de Theix et l'Intermarché de Surzur «ont du mal.»




Chronodrive est déjà là

Officiellement, tant que les dépôts en CDAC ne sont pas à l'ordre du jour, Auchan ou Leroy Merlin ne dévoilent pas plus leurs cartes que Super U.Pourtant, le groupe Auchan a déjà débarqué à Vannes en face de Carrefour avec son nouveau concept Chronodrive, il y a deux ans et demi. Intéressé un temps par la reprise du site Saupiquet à Vannes, il tient une nouvelle occasion de planter son fameux logo au rouge-gorge en Bretagne. Avec le risque de s'attirer les foudres de Leclerc. Même si une vingtaine de Leclerc sont, dans les faits, opérationnels en Nord-Pas-de-Calais. Leclerc est avant tout un réseau. Constitué de chefs d'entreprises indépendants qui ont toute latitude pour organiser leurs magasins et qui se rassemblent autour de centrales d'achats "subrégionales". À la différence d'Auchan, enseigne intégrée, centralisée. Outre ses points de vente de l'agglomération nantaise, le groupe dispose d'ailleurs déjà d'un hyper à Trignac près de Saint-Nazaire, à seulement 80 kilomètres de Theix. Potentiellement, un bon relais logistique pour l'acheminement des produits Auchan en marque de distributeur, notamment. Avec qui les Vannetais ont déjà eu le temps de faire connaissance à travers Chronodrive.

Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture