Paca

Spatial

Thales : la réalité virtuelle au service du Stratobus

Par Charlotte Henry, le 14 décembre 2017

Lancé par Thales Alenia Space en 2009 avec l'aide d'un consortium de PME françaises, le projet Stratobus - un dirigeable stratosphérique autonome - a obtenu l'année dernière une enveloppe de 45 millions d'euros de l’État dans le cadre du programme d'investissements d'avenir. Elle doit permettre de démontrer la faisabilité du dirigeable d'ici fin 2018.

Yannick Combet, chef de projet Stratobus chez Thales Alenia Space. — Photo : C.H.

Le projet Stratobus vise à mettre au point un dirigeable autonome, qui, placé dans la stratosphère à une altitude de 20 km, réalisera des missions géostatiques de surveillance ou de télécommunications. « Il s'agit-là d'un gros challenge technologique, car nous sommes plus proches de l'environnement spatial que de l'aéronautique », explique Yannick Combet, chef de projet Stratobus chez Thales Alenia Space. En attendant de pouvoir construire leur premier modèle à échelle 1, c'est équipés de lunettes 3D et d'un logiciel de simulation que les équipes cannoises de Thales mettent au point le dirigeable long de 110 mètres et haut de 35 mètres.

Réduire les coûts et les risques

« Grâce à la réalité virtuelle, nous pouvons dès la phase de conception réduire les coûts de développement et les risques opérationnels », poursuit Yannick Combet. En modélisant le dirigeable dans le hangar de 47 mètres de haut qui sera utilisé pour le construire, la réalité virtuelle permet en effet d'optimiser en amont la conception des sous-ensembles, de valider ou modifier rapidement les différentes options puis de définir et valider les procédures d'assemblage et de maintenance.

Pour l'instant, Thales Alenia Space tient son calendrier. La faisabilité préliminaire a bien été démontrée courant septembre et 2018 sera l'année de la consolidation des briques technologiques de base (enveloppe performante, générateur solaire souple et pile à combustible réversible). Un démonstrateur sera fabriqué fin 2018 pour valider le système de production. Après les essais en vol et la construction d'un modèle à échelle 1, le premier Stratobus devrait voler en 2021.

Des nouveaux marchés

Parallèlement, l'équipe Stratobus travaille sur les marchés rendus accessibles par ce projet. « Nos premiers contacts étaient les opérateurs classiques, en complément d'une couverture satellite mais notre technologie ouvre de nouveaux marchés avec des applications militaires, en science, des missions d'observation ou de coordination des secours », explique Yannick Combet. Le dirigeable pourra en effet surveiller en permanence une zone de 300 à 500 km2 avec une seule maintenance par an, quand les technologies actuelles (constellations de satellite en orbite basse ou drones stratosphériques) ne permettent une présence statique que de quelques semaines au plus. 

Yannick Combet, chef de projet Stratobus chez Thales Alenia Space. — Photo : C.H.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture