Région Sud

Réseaux

Interview System Factory : « Nous aidons les entreprises à mettre en valeur leur patrimoine d’innovation »

Entretien avec Stéphane Claisse, directeur de System Factory

Propos recueillis par Hélène Lascols - 13 décembre 2018

Stéphane Claisse dirige System Factory, le cluster régional dédié à l'ingénierie des systèmes complexes créé il y a un an, dernier né de TVT Innovation. Il dévoile les premiers projets remportés par ses membres, dont une cinquantaine de PME.

Stéphane Claisse, directeur du cluster de la Région Sud System Factory
Le cluster de la Région Sud System Factory, dirigé par Stéphane Claisse, a décroché en un an d'existence cinq appels d’offres et un projet européen en faisant travailler PME, TPE et grands groupes ensemble. — Photo : DR

System Factory a vu le jour à Ollioules (Var) en janvier 2018. Quelle est sa vocation ?

Stéphane Claisse : Usine à systèmes, catalyseur ou "bac à sable" numérique, prospecteur de talents ou accélérateurs de solutions... System Factory est un peu tout ça à la fois. Notre « fabrique à systèmes » est née d’un constat : de nombreux projets industriels restent dans les cartons des entreprises faute de compétences, de ressources ou de marchés pour les industrialiser. Pourtant ces ressources existent dans d’autres entreprises. SF est une station qui mutualise les expertises, les moyens et les potentiels technologiques pour l’industrialisation de projets. Ici, nous ne cherchons pas à innover théoriquement mais à vendre, et pour cela nous voulons créer des passerelles, réunir des entreprises de toutes tailles, inciter les grands groupes à soutenir leur écosystème en aidant PME et ETI à se développer. Un an après sa création, nous réunissons 79 membres, dont une cinquantaine de PME et 12 grands groupes.

Comment fonctionne System Factory ?

S.C. : Nous mutualisons compétences et ressources pour industrialiser et vendre des produits, pour conquérir des parts de marché durablement. Pour cela, SF identifie les briques technologiques de l’écosystème, analyse le projet, trouve et réunit les entreprises nécessaires à la réalisation, coordonne les savoir-faire et accompagne la maitrise d’œuvre du processus d’industrialisation. Multi-filières, nous intervenons dans six secteurs stratégiques : naval, Défense et sécurité, santé, spatial et aéronautique, agriculture, environnement et énergie. System Factory dispose de moyens propres (bureaux, data center, fablab, licences logiciels), propose ses propres compétences et expertises et dispose de moyens de test et d’essais. Notre station fonctionne sur la base de prestations et cotisations et se rémunère en montant des projets européens et en réalisant des missions pour ses membres.

Au bout d’un an, quels sont les premiers résultats ?                                                    

S.C. : En faisant travailler PME, TPE et grands groupes ensemble, nous avons décroché cinq appels d’offres et un projet européen. Deux projets sont opérationnels : le projet La Orana et ses bouées connectées pour surveiller la qualité de l’eau en Polynésie ; et le projet Roboflav intègre le traitement de l’image d’un capteur issu de la Défense à un système de modélisation en 3D pour repérer et géolocaliser les pieds de vignes malades. Le projet européen OMD (Observatoire de marchandise dangereuse) entre l’Italie et la France que nous avons décroché porte, pour SF, sur la construction d’une plateforme d’hébergement commune à chacun des partenaires. Enfin, il reste trois projets en cours : le traitement de l’obsolescence des cartes électroniques pour le Service de Soutien de la Flotte, un développement logiciel en matière de cybersécurité pour le compte de Naval Group, et la surveillance maritime en Nouvelle-Calédonie. Sans System Factory, certaines PME ne seraient pas allées sur ces nouveaux marchés, et notamment dans le Pacifique, que nous avons identifié comme un marché à fort potentiel.

Stéphane Claisse, directeur du cluster de la Région Sud System Factory
Le cluster de la Région Sud System Factory, dirigé par Stéphane Claisse, a décroché en un an d'existence cinq appels d’offres et un projet européen en faisant travailler PME, TPE et grands groupes ensemble. — Photo : DR