Sylvie Caulet : La culture d'entreprendre

Par Alexandre Léoty, le 04 décembre 2009

Après avoir été expert-comptable et enseignante, Sylvie Caulet a créé la Station Alexandre en 2007. Un centre d'affaires, de vie et de culture de 10.000m² situé au coeur de la 2e zone franche de Marseille. Retour sur l'incroyable parcours d'une femme de passion(s).
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Avec Sylvie Caulet, une rencontre prévue initialement pour durer une heure et demi se transforme en un entretien fleuve de 3h30. Et pour cause, cette femme de poigne, de passion et d'engagement a déjà derrière elle un incroyable parcours, riche en rebondissements. Retour sur le destin étonnant d'une dirigeante qui, au fil des années, a su donner à l'expression ?coups de coeur ?ses lettres de noblesse.




De l'expertise comptable...

Sylvie Caulet est née à Béni Ounif de Figuigue, en Algérie, le 1eroctobre 1961. «Ma naissance a été un peu particulière, explique-t-elle. Ma mère, enceinte et très amoureuse, était partie rejoindre son mari, militaire, en Algérie. Je suis donc née dans le désert, un mois avant terme...» La petite fille d'alors est ensuite élevée à Paris, puis à Marseille, dans une famille d'architectes, par ailleurs musiciens amateurs. Elle-même s'initie un temps au piano et à la harpe, allant jusqu'à user les bancs du Conservatoire. «Je suis issue l'une lignée de femmes peu banales. Ma mère était architecte, ma grand-mère était peintre, et se déguisait en garçon pour aller dessiner dans le métro. Quant à mon arrière-grand-mère, elle écrivait des romans à l'eau de rose au Brésil». Pleine d'énergie et «un peu rebelle», elle choisit de se diriger vers des études de comptabilité, «l'exact opposé de l'architecture», et quitte le domicile familial à 16 ans. «Après le BTS, j'ai passé le Certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement technique (Capet) en 1984, afin d'enseigner la comptabilité. Mon premier poste était basé à Martigues, au lycée professionnel Brise-Lames. À partir de là, soit on a la vocation, soit on arrête tout immédiatement... Chez moi, un déclic s'est produit. Ce contact avec les jeunes, parfois en difficulté, m'a énormément plu». La jeune femme obtiendra en 1989 l'Agrégation en économie et gestion, et son diplôme d'expert-comptable deux ans plus tard. Enseignante et comptable: deux professions qu'elle n'hésite pas à mener de front. Professeur dans le public et dans le privé, elle est en effet également associée à son mari dans un cabinet d'expertise comptable, et commissaire aux comptes inscrite près la cour d'appel d'Aix-en-Provence. Tout en élevant ses trois enfants. «Mes journées étaient bien remplies, mais nous avons tout de même profité de notre famille, en partant en voyage, l'été, avec le sac à dos, dans des conditions parfois difficiles, au contact des habitants...» Celle qui se définit avant tout comme une «curieuse», une «petite fille qui fait tout pour devenir grande», à travers la découverte et l'apprentissage, aime ainsi «faire les choses jusqu'au bout». Une ligne de conduite qui trouvera un écho particulier quelques années plus tard, lorsqu'elle décidera de monter le projet Station Alexandre.




...à la Station Alexandre

«Ce n'était pas prémédité, précise-t-elle. J'étais à la recherche de 500m² de locaux pour accueillir les quinze collaborateurs de mon cabinet d'expertise comptable, lorsque je suis tombée nez à nez avec un hangar désaffecté, destiné à être détruit. La gare de triage d'une ancienne huilerie du début du XXesiècle. Une friche industrielle qui laissait entrevoir quelques morceaux d'une belle structure métallique Eiffel. J'ai visité les combles, et la ?rencontre? a été immédiate. Je savais que j'allais tout faire pour racheter ce bâtiment de 7.500m². Ce morceau de patrimoine ne pouvait pas être détruit...» Après avoir redécouvert l'origine du bâtiment dans d'anciens documents d'archives et avoir réussi à convaincre, non sans effort, ses interlocuteurs financiers et politiques, Sylvie Caulet a pu concrétiser son incroyable coup de coeur, en rachetant ce qui était destiné à devenir la Station Alexandre. Un projet ambitieux alliant espace d'affaires, centre de vie et lieu de culture.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture