Toulon

Rugby club toulonnais : La machine à gagner du Var

Par la rédaction, le 02 juillet 2010

Soutenu par plus de 460entreprises partenaires qui vivent au rythme de ses victoires, le Rugby club toulonnais n'a pas déçu cette année. Après avoir tutoyé les sommets du Top 14, les «insulaires du rugby» préparent leur nouvelle saison, budgétisée à hauteur de 20M€. Hélène Lascols
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

En 2006, Mourad Boudjellal prenait les commandes du Rugby club toulonnais avec l'ambition de hisser le club de la rade parmi les grands, de refaire parler de Toulon dans le monde du rugby. Pari réussi. Son club a retrouvé le top 14 en juillet2008 et a tutoyé les sommets lors de la saison écoulée. Côté résultats sportifs, «notre objectif était de nous classer parmi les six premiers clubs français. Nous terminons troisièmes et nous nous qualifions pour la H-Cup, la coupe d'Europe de Rugby. La saison a été très positive», confie Patrick Bouquet, directeur commercial.




Devant le Stade français

Côté notoriété, «les insulaires du rugby» sont devenus le deuxième club le plus médiatisé de France, devant le Stade français et derrière le Stade toulousain. «Nos joueurs stars et la personnalité de notre président y sont certes pour beaucoup dans cette importante médiatisation, mais les bons résultats sur le terrain aussi». De quoi donner des ailes et des envies au président Boudjellal, qui nourrit l'espoir de devenir l'OM du rugby et qui a annoncé un budget 2010-2011 de 20M€, contre 18M€, la saison précédente. Pour mémoire, le budget du RCT était de 6M€ en 2006... Désormais dans le quatuor de tête des gros budgets du Top 14, le RCT entend pérenniser sa place, «montrer que nous ne sommes pas là par surprise et nous installer dans le haut du tableau», souligne Patrick Bouquet.




460 partenaires

Sur les 20M€ prévus en 2010-2011, le partenariat compte pour près de la moitié du total. 460 entreprises investissent cette année dans les Rouges et noirs et constituent la force de ce club. «Grâce à notre équipe commerciale, nous espérons rapidement franchir la barre des 500 partenaires», explique le directeur commercial. Déjà, un important sponsor, France Pari, a rejoint les rangs du rugby toulonnais pour les trois prochaines saisons. «Une association aussi innovante que pertinente, pour Mourad Boudjellal, le marché des jeux et paris en ligne étant appelé à devenir un coéquipier majeur du sport français». Aux côtés de ce partenaire principal, des entreprises de toutes tailles, pour bon nombre d'entre elles varoises ou régionales qui trouvent dans le rugby, et le RCT, seul club de l'élite du Sud-Est, des valeurs communes et un moyen de communication différent.




Pérenniser le produit RCT

Le budget se joue aussi sur le terrain du merchandising. Dans cette perspective, deux nouvelles lignes de vêtements seront commercialisées dès la rentrée: «L'une sportive, RCT by Dia, nouvel équipementier du club; l'autre plus urbaine et tendance». Ces produits seront d'abord vendus dans la nouvelle boutique du club, qui doit ouvrir à proximité du stade, avant de connaître une diffusion nationale, voire internationale. Enfin, après avoir doté le club d'un nouveau centre d'entraînement digne des plus grands clubs sportifs, à Berg fin 2009, l'agrandissement du stade Mayol est toujours d'actualité. Surtout lorsqu'on sait que le RCT remplit sans peine le Vélodrome (60.000 places) et affiche un taux de remplissage moyen de 93%. «Dès la saison prochaine, nous allons d'ores et déjà gagner quelques 1.000 places supplémentaires pour porter la capacité du stade à 15.000 places». Et le nombre de loges - un produit pour lequel il existe une liste d'attente - devrait être porté à 31, contre 17 actuellement pour la saison 2011-2012. Ces considérations économiques ont leur importance pour l'entreprise RCT. Mais au-delà, l'équipe s'attache aussi à conserver l'esprit rugby, sa convivialité. «C'est là tout l'enjeu de demain pour notre sport», remarque Mathias Icard, directeur Marketing.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises