Industrie

Renault conçoit le véhicule de demain à Sophia-Antipolis et Toulouse

Par Charlotte Henry, le 12 avril 2018

Le centre de recherche Renault Software Labs travaille sur le véhicule autonome et le véhicule connecté, deux des trois piliers, avec le véhicule électrique, du plan Drive the future 2017-2022 de Renault.

Thierry Cammal, DG de Renault Software Labs. — Photo : Renault Software Labs

Le centre de recherche Renault Software Labs (RSL), créé en juillet dernier suite à la reprise des équipes spécialisées en logiciel embarqué d’Intel, travaille sur le véhicule autonome à Sophia-Antipolis (160 personnes) et sur le véhicule connecté à Toulouse. « Le véhicule autonome se construit incrémentalement, explique Thierry Cammal, le DG de RSL. On travaille sur différentes fonctions que l’on intègre progressivement comme le freinage dynamique, le dépassement automatique ou l’auto-pilote, pour arriver d’ici 2022 à un véhicule autonome. »

Données traitées avec l'intelligence artificielle

Un des enjeux consiste à gérer la scène de conduite et la collecte de données véhicule à véhicule ou véhicule à infrastructure, des données traitées avec l’intelligence artificielle pour rendre le véhicule autonome. Côté véhicule connecté, il s’agit de pouvoir « faire évoluer le véhicule en le mettant à jour sans changer la partie hardware », précise Thierry Cammal. Le groupe prévoit de sortir 15 modèles de véhicule autonome et d’avoir 100% de véhicules connectés sur les marchés clés d’ici 2022.

Thierry Cammal, DG de Renault Software Labs. — Photo : Renault Software Labs

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture