Alpes-Maritimes

Innovation

Perfumist : de la success story asiatique à la start-up grassoise

Par Charlotte Henry, le 15 décembre 2017

Après avoir monté la première chaîne vendant des parfums français en Thaïlande et créé les parfums français des plus grandes stars asiatiques, Frédérick Besson est incubé depuis l'été 2017 au sein de la pépinière InnovaGrasse pour développer Perfumist, une application qui conseille dans le choix d'un parfum.

Frédérick Besson et Natalie Glebova, élue Miss Univers en 2005, pour la présentation d'une ligne de parfum. — Photo : DR

Frédérick Besson a œuvré à la démocratisation du parfum français en Asie pendant une dizaine d'années. « Quand je suis arrivé en Asie, les parfums français ne faisaient pas partie de l'offre. Or, je suis un fervent adepte de l'adaptation du produit au marché. Pour moi, il ne s'agissait pas d'une absence de demande, il fallait trouver comment les vendre », explique l'entrepreneur français. En 2006, il monte la première chaîne de parfum vendant du parfum français en Thaïlande, la chaîne Mist 1000 parfums, mais il se rend compte que les senteurs ne sont pas forcément très adaptées au goût des asiatiques. En 2009, il propose alors à la plus grande star de Thaïlande, l'actrice et modèle Aum, de créer avec elle son parfum français puis d'en faire la promotion ensemble.

Le parfum français à un euro

Il travaille pour cela avec le géant grassois Mane et, rapidement, la recette fonctionne. Frédérick Besson crée ainsi le parfum d'une dizaine de stars en Thaïlande, aux Philippines, au Myanmar etc... Si les ventes fonctionnent très bien, le prix des parfums reste un frein important à leur réelle démocratisation. « Si on voulait toucher la classe moyenne, nous devions vendre notre parfum à un euro. Nous avons alors lancé le parfum made in France en flacons de 12ml, puis de 3,8ml, ce qui a permis à ce produit de luxe de devenir accessible au plus grand nombre », explique Frédérick Besson.

Parallèlement, il expérimente dans ses boutiques différentes manières de présenter les parfums pour que les clients puissent choisir au mieux le parfum qu'il leur convient. Et cela tourne systématiquement au casse-tête. Frédérick Besson a alors l'idée de répertorier les 15 principaux ingrédients de chaque parfum dans une application et de proposer au consommateur une quinzaine de parfums contenant les mêmes ingrédients que son parfum habituel. « Il a fallu 4 ans pour entrer les informations de 12 000 parfums, précise Frédérick Besson, et nous ajoutons 50 nouveaux parfums par semaine ». 

Des partenariats en Europe, en Asie et au Moyen-Orient

Pour développer son application à très fort potentiel, il décide de rentrer en France, à Grasse, au cœur de l'industrie du parfum français. Incubé en juillet 2017 à InnovaGrasse, Perfumist est traduit dans une vingtaine de langues et dispose aujourd'hui d'une communauté de plus de 20 000 utilisateurs dans le monde, dont la moitié sont des hommes. L'application est accessible gratuitement, le busines modèle de la start-up résidant dans la signature de partenariats avec des magasins intéressés par la plus-value sur le service client rendu possible par Perfumist. Des partenariats ont déjà été signés en Europe, en Asie et au Moyen-Orient, la prochaine étape étant les Etats-Unis, premier marché actuellement en termes de téléchargement.

« Notre force réside sur notre crédibilité »

L'enjeu est important pour les marques qui ont rapidement identifié Perfumist comme un moyen de mettre en avant leurs produits. Mais Frédérick Besson est clair à ce sujet : « Notre force réside sur notre crédibilité, nous refusons de mettre en avant une marque ou certains produits, nous sommes véritablement au service du consommateur ». Parmi les développement à venir, outre la signature de nouveaux partenariats, la start-up grassoise prévoit de faire fonctionner l'application avec la parole ou à partir d'une simple photo et veut développer des fonctionnalités avancées pour les utilisateurs les plus assidus. Elle table sur un chiffre d'affaires de 300 000 € en 2018.

Frédérick Besson et Natalie Glebova, élue Miss Univers en 2005, pour la présentation d'une ligne de parfum. — Photo : DR