Bouches-du-Rhône

Biens de consommation

Les produits solaires Lovea vont grandir sous « Le Petit Olivier »

Par Nathalie Bureau du Colombier, le 05 février 2018

La Phocéenne de cosmétique (75 salariés – 22 millions d’euros de chiffre d'affaires), basée à Salon-de-Provence et créatrice de la marque Le Petit Olivier, vient de racheter la marque Lovea qui appartenait depuis 2006 au laboratoire Biocos.

Éric Renard (à gauche) et Xavier Padovani, les cofondateurs de La Phocéenne de cosmétique. — Photo : DR

Rachat stratégique en ce début d’année 2018 pour La Phocéenne de Cosmétique, qui commercialise les produits d’hygiène « Le Petit Olivier » dans les linéaires de la grande distribution. Une acquisition qui ouvre à l'entreprise de Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône) un nouveau marché, celui des produits solaires. Au terme d’un an et demi de négociations entre La Phocéenne de Cosmétique et Les Laboratoires Biocos, basés à Revel (Haute-Garonne) et au bord de la cessation de paiement, la marque Lovea a rejoint le giron de la PME salonnaise pour 6,8 millions d'euros.

Développer la marque Lovea

« Depuis plusieurs années, nous étions à la recherche d’une opération de croissance externe. Nous avons su que Lovea pourrait être vendue. Cette marque de protection solaire, troisième en France après Nivea et Ambre Solaire, est très intéressante et complète notre activité. Ce rachat a permis de conserver les 40 emplois sur le site de Revel. Par ailleurs, je me suis engagé à poursuivre la production sur le site de Nancy, qui reste la propriété des Laboratoires Biocos. Nous allons développer la marque Lovea, qui va bénéficier de la force commerciale du Petit Olivier. Nous comptons désormais 29 commerciaux », explique Xavier Padovani, cofondateur de La Phocéenne de Cosmétique en 1996 aux côtés d’Éric Renard.

D’ores et déjà, la recette du Petit Olivier semble payer puisque sur le seul mois de janvier, les ventes des produits Lovea ont décollé de 65 %. 2018 sera certainement une année charnière pour La Phocéenne de Cosmétique qui vient de mettre sur le marché une gamme de six produits de soins du visage antipollution. « Il nous a fallu deux ans et demi pour mettre au point cette gamme et effectuer les tests. Ces produits répondent à une grosse demande de la part des consommateurs », ajoute Xavier Padovani.

Premier fabricant franco-français de savon

« Le Petit Olivier » n’a cessé de croître au fil des ans, s’imposant dans les linéaires de la grande distribution au point de détenir 9 % de part de marché. « Nous sommes le premier fabricant franco-français de savon », se targue le dirigeant. Un univers qu’il connaît bien avec son associé et qu’il apprécie. « J’aime le mass market, il s’agit d’un univers très dynamique, qui représente un marché conséquent », ajoute le dirigeant.

Le Petit Olivier commercialise une gamme de 93 produits (visage, corps, capillaire, douche et savon) réalise un chiffre d’affaires de 21 millions d’euros en 2017, en hausse de 17 %. Avec l’intégration des produits Lovea, le chiffre d’affaires grimpe à 33 millions d’euros, mais d’ores et déjà un nouveau cap est fixé. Pour 2018, l’entreprise vise les 35 millions d’euros.

L’entreprise réalise un quart de son chiffre d’affaires à l’export. « Nous sommes présents dans 65 pays (Russie Belgique, Malaisie, Taïwan…) à l’exception de la Chine car ils exigent que les produits soient testés sur animaux. Nous refusons de procéder à des tests sur animaux, c’est une question d’éthique », conclut Xavier Padovani.

Éric Renard (à gauche) et Xavier Padovani, les cofondateurs de La Phocéenne de cosmétique. — Photo : DR

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture