Région Sud

Investissement

Les grands investissements à venir en 2019 en Région Sud

Par Didier Gazanhes, le 10 janvier 2019

De nombreux investissements, publics et privés, sont d'ores et déjà programmés pour 2019. Dont certains vont modifier le territoire. Tour d'horizon...

Vue 3D du projet de nouvel aéroport Marseille-Provence prévu pour 2022.
Un nouveau bâtiment de 20 000 mètres carrés, venant s’appuyer sur la construction historique réalisée dans les années 1960 par l’architecte Fernand Pouillon, devrait métamorphoser l’aéroport Marseille-Provence en 2022. — Photo : DR

- Aéroport Marseille-Provence : 250 M€ pour un nouveau bâtiment

Un nouveau bâtiment de 20 000 mètres carrés, venant s’appuyer sur la construction historique réalisée dans les années 1960 par l’architecte Fernand Pouillon, devrait métamorphoser l’aéroport Marseille-Provence en 2022. Ce projet sera réalisé par le cabinet d’architecte Norman Foster associé aux Marseillais de Tangram, le couple franco-britannique qui a déjà réalisé l’ombrière du Vieux-Port de Marseille. « En 10 ans, entre 2006 et 2016, l’aéroport Marseille Provence est passé de 58 à plus d’une centaine de destinations en vol direct, et de 6 millions à 8,5 millions de passagers. L’année 2017 s’est inscrite dans cette même dynamique de croissance. En 2025, poussé par un trafic aérien mondial en constante augmentation, l’aéroport Marseille Provence prévoit d’accueillir plus de 11 millions de passagers, de proposer toujours plus de destinations reliant Marseille à l’ensemble des continents et aux principaux hubs internationaux », explique  Pierre Régis, président du directoire de l’aéroport, qui ajoute : « Pour ce faire, nous avons lancé, en 2015, un grand plan d’investissement sur dix ans de 500 millions d’euros». L’extension du Terminal 1, prévue pour 2020, fait partie de ce plan d’investissement. Elle constituera, ce que les équipes ont baptisé, le cœur d’aéroport. Au final, la surface du Terminal 1 sera ainsi de 85 000 m², dont 11 300 m² de surfaces commerciales, soit  5 000 m² supplémentaires.

- Une nouvelle ligne de tramway pour l’Ouest de Nice

La ligne Ouest-Est de tramway a pour objectif d’améliorer l’offre de transport dans le bassin métropolitain de Nice Côte d’Azur. Elle permettra ainsi de relier l’Aéroport et le Centre Administratif au Port en 26 minutes. Sa réalisation a été plébiscitée le 4 décembre 2009, dans le cadre de l’évolution du réseau de transports urbains du territoire à l’horizon 2030. Les travaux ont débuté en octobre 2013 et la mise en service totale de la ligne Ouest-Est est prévue en septembre 2019. Longue de 11,3 km et de 20 stations, la ligne suit l’axe Ouest-Est de la ville, avec deux branches à l’Ouest. Le coût total du projet est de 721,7 millions d’euros, dont 203 millions d’euros seront financés par subventions de l’Etat, le Conseil départemental des Alpes Maritimes, la Région, l’Europe et la ville de Nice. La Banque européenne d’investissement et la Banque des territoires apportent chacune 250 millions d’euros. Le reliquat étant financé par emprunt.

- Quechen Silicon Chemical signe sa future usine à Fos-sur-mer

Le chinois Quechen Silicon Chemical a signé avec le Grand port maritime de Marseille une promesse de bail à construction pour une nouvelle usine en France, qui représentera l’un des plus gros investissements industriels. Cette usine, qui devrait être opérationnelle à la rentrée 2021, sera installée sur une parcelle de douze hectares sur les terrains du port. Ce projet de 105 millions d’euros d’investissement, avec la création de 130 emplois directs générera à terme un volume de 400 000 tonnes de fret annuel.

- La plus importante usine de biométhane de France à Marseille

A Marseille, le groupe Suez a posé la première pierre d’une future usine de production de biométhane à partir du traitement des eaux usées. Grâce à cette nouvelle unité de production de biométhane, le plus important projet en France, la Métropole Aix-Marseille-Provence, premier investisseur public avec 2,65 millions d’euros, pilotera sur son territoire une capacité de production d’énergie verte permettant d’alimenter 2 500 foyers, soit 8 000 habitants et, dans un second temps, sous forme compressée pour en faire un biocarburant, l’usine permettra en outre de réaliser l’approvisionnement de transports en commun au gaz.

- Alteo construit une station de traitement de ses eaux résiduelles

Deux ans après avoir investi 20 millions d’euros dans de nouvelles installations et la refonte de son processus industriel qui lui ont permis de cesser tout rejet de boues rouges en mer, l’entreprise Alteo - leader mondial des alumines de spécialité basé à Gardanne – va franchir une nouvelle étape dans l’amélioration de la qualité de ses eaux résiduelles en construisant une nouvelle station de traitement de ses rejets. La station sera opérationnelle d’ici la fin du premier semestre 2019 et utilisera un procédé unique au monde dans le secteur des alumines. « La station sera opérationnelle au premier semestre 2019. Cette neutralisation par CO2 ne nécessite pas de produits chimiques et permet d’éliminer 6 000 tonnes de CO2 par an. Cette installation va diviser par trente la concentration résiduelle d’alumine. Nous aurons ainsi donc les normes de qualité concernant le PH et les concentrations métalliques qui nous sont imposées par l’autorisation d’exploitation du site de Gardanne, en avance par rapport à l’objectif de 2021 », commente Frédéric Ramé, président d’Alteo. Ce projet représente un investissement de plus de 6 millions d’euros et marque l’aboutissement de plus de deux années de recherche en laboratoire avec une vingtaine de partenaires, puis sur un pilote industriel, mené en partenariat avec Air Liquide.

- Var Ecopole 2020, un site d’activités de 38 hectares

Installé sur la commune du Cannet-des-Maures et initié par la Communauté de communes Cœur du Var, un nouvel espace de 38 hectares dédié à la formation, la recherche et un tissu d’entreprises innovantes, doit voir le jour à l’horizon 2020.Cette opération d’intérêt général à vocation économique permettra d’aménager et d’équiper des terrains en vue d’accueillir des entreprises dans les domaines de la silver économie, du numérique, de l’innovation et de l’environnement.  Au terme d’une procédure de mise en concurrence, l’emprise foncière de 38 hectares sera commercialisée dès 2020 par un aménageur.

- Brignoles : le groupe Lauvige va investir 15 à 20 M€

Le groupe brignolais Lauvige (100 salariés pour un chiffre d’affaires de 20 millions d’euros), spécialiste des services pour le monde vinicole et depuis peu dans le traitement de l’eau, veut construire le centre d’embouteillage de demain et triplé sa capacité de production. « Je veux construire un bâtiment moderne, respectueux de l’environnement, produisant plus d’énergie qu’il s’en consomme, autonome et intégrant les exigences les plus contraignantes du marché », explique son dirigeant fondateur Joël Lauvige. Un groupe d’experts travaille à la réalisation de l’édifice qui doit être opérationnel pour la fin d’année 2020.  L’investissement total est compris entre 15 et 20 millions d’euros.

- ArcelorMittal veut réduire ses émissions à Fos-sur-mer

ArcelorMittal Méditerranée et Veolia, via la filiale Veolia Industries Global Solutions, ont récemment signé un partenariat pour optimiser la valorisation énergétique des gaz sidérurgiques générés par le site métallurgique de l’aciériste, installé à Fos-sur-Mer. Ce dernier est l’un des plus importants d'ArcelorMittal en Europe avec une capacité de production annuelle de 4,6 millions tonnes d’acier. Des co-investissements d’un montant total de 190 millions d’euros sur trois ans sont prévus pour parvenir à rejeter moins de 2% des gaz de production.

- La renaissance des Halles toulonnaises

Fermées depuis 2002, propriété de Toulon Provence Méditerranée depuis 2003, les Halles de Toulon vont renaître en halles gourmandes courant 2020. Le groupe Altarea Cogedim intervient dans le projet de requalification des Halles, aux côtés de Carmila (groupe Carrefour), en tant que maître d’ouvrage et en lien avec Biltoki, une société qui assurera la gestion de l’ensemble avec la sélection des commerçants appelés à rejoindre les Halles. Cette renaissance s’accompagne d’une requalification du quartier et de la création de nouveaux commerces tout autour de la place Raspail.

- Une plateforme pour les méga yachts dans le port de Marseille

D’ici quatre à cinq ans, le Grand port maritime de Marseille (GPMM) possédera la plus grande plateforme d’Europe dédiée aux méga-yachts, disposant d’un ascenseur à bateaux d’une capacité de 6 000 tonnes. Le projet sera construit par Monaco Marine (CA : 75 millions d’euros, 250 salariés), qui sera concessionnaire de la plateforme pour au moins 30 ans. La société de rénovation, maintenance et réparation de yachts de grande plaisance prévoit d’investir 50 millions d’euros pour aménager un espace de 60 000 m2. Le groupe possède déjà sept chantiers navals sur la façade du littoral méditerranéen.

- Un réseau électrique intelligent à Sophia Antipolis et Nice

Le projet Smart campus Nice Sophia Antipolis, labellisé par le gouvernement dans le cadre de son plan "Réseaux électriques intelligents", prévoit la mise en place d'un réseau électrique intelligent expérimental sur les campus Sophia Tech et Mines Paris Tech à Sophia-Antipolis, et sur l'éco-campus en construction à Nice Méridia. L'objectif est de permettre aux acteurs académiques et industriels de travailler sur des thèmes comme le smart building, les échanges de données ou l'autoproduction. Porté par l'UCA, en partenariat avec Armines, ERDF, Alstom et Capénergie, le projet est estimé à 12 millions d’euros.

- Un nouveau quai croisière pour Toulon

Le projet de quai croisière à l’horizon 2022 est au cœur d’un vaste chantier pour l’ensemble de la rade. Ce quai dédié aux croisières verra le jour en lieu et place de l’ancien site DCNS au Mourillon. Un concours international d’architecte pour l’avenir de la rade sera lancé fin 2018 ; l’heureux élu sera dévoilé fin 2019. L’enveloppe budgétaire devrait avoisiner les 150 millions d’euros, avec des financements tant privés que publics.

- À Signes, une nouvelle usine pour Oreca

Le groupe Oreca (200 personnes pour un chiffre d’affaires de 60 millions d’euros), à la fois constructeur de voitures de course, e commerçant et agence évènementielle, travaille actuellement sur un projet de construction d’une usine sur le parc d’activités du plateau de Signes. « Cet investissement, dont nous n’avons pas encore défini le montant exact, puisque nous en sommes encore à définir le projet global et les plans, va nous doter d’un outil technique encore plus poussé, mais aussi nous permettre de faire découvrir la haute technologie et le sport automobile », confie son dirigeant fondateur Hugues de Chaunac. Ce projet est aussi une réponse à la croissance de l’entreprise, qui a « presque doublé de taille en l’espace de 5 ans, passant du statut de PME à celui d’ETI ».

- Cannes prépare son technopôle de l’image

La Mairie de Cannes conduit un projet d’envergure de technopôle de l'image à l’ouest de son territoire, sur le site dit de Bastide rouge, à Cannes La Bocca. Sur quatre hectares, l’opération vise à favoriser l’émergence et le développement de la filière des industries créatives et ce au travers notamment de la construction d’un technopôle de l’image de 7 000 m². Le projet Technopôle Bastide rouge, qui se concrétise déjà à travers la pépinière d’entreprises « CréÀCannes » ouverte en février 2014, comprendra en outre un pôle universitaire dédié à l’écriture et à la formation audiovisuelle, une cité des entreprises sur 1 500 m² pour renforcer l’offre de la pépinière, ainsi que des studios de post-production et autres auditorium et salles créatives. La livraison est prévue pour 2019 et le projet représente un investissement de 65 millions d’euros, dont 30 millions d’euros portés par la ville de Cannes et la Communauté d’agglomération du Pays de Lérins.

Vue 3D du projet de nouvel aéroport Marseille-Provence prévu pour 2022.
Un nouveau bâtiment de 20 000 mètres carrés, venant s’appuyer sur la construction historique réalisée dans les années 1960 par l’architecte Fernand Pouillon, devrait métamorphoser l’aéroport Marseille-Provence en 2022. — Photo : DR