Aix-en-Provence

Santé

Les échographes de Supersonic Imagine se développent en Chine

Par Didier Gazanhes, le 28 février 2019

La société aixoise Supersonic Imagine se développe sur les marchés étrangers et notamment en Chine où, depuis 2015, l'entreprise réalise plus d'un tiers de son chiffre d'affaires.

Jacques Souquet
Jacques Souquet, fondateur, vice président et directeur de l'Innovation de Supersonic Imagine. — Photo : D.R.

C’est en 2015, à l’occasion d’un voyage en Chine du président François Hollande, auquel Supersonic Imagine participait, que l’entreprise découvre l’Empire du Milieu et ses opportunités. Après avoir créé un bureau de représentation afin de toucher ce marché, une filiale a récemment vu le jour. Elle compte aujourd’hui cinquante salariés et s’occupe de vente, de marketing et de service après-vente.

« La Chine représente aujourd’hui 34 % de notre activité, c’est notre marché numéro un », souligne Jacques Souquet, fondateur et dirigeant de Supersonic Imagine, basée à Aix-en-Provence. La société, qui compte 175 salariés, a d’ores et déjà commercialisé dans le monde près de 2 300  des échographes Aixplorer qu'elle conçoit et fait fabriquer. « Nous sommes résolument positionnés à l’export. Nous sommes ainsi désormais homologués dans 54 pays et, plus largement, nous pouvons vendre nos échographes dans 84 pays », poursuit Jacques Souquet. Supersonic Imagine réalise ainsi 80 % de ses 24,6 M€ de chiffre d'affaires sur les marchés étrangers.

Trois pays en direct

Pour la commercialisation de ses produits sur les marchés étrangers, la PME passe par l’intermédiaire de distributeurs, à l’exception de la Chine, des Etats-Unis, où elle dispose d’un bureau en Floride, et, bien évidemment, de la France qu’elle traite en direct depuis ses locaux aixois. « La Chine est un marché où nous progressons rapidement, car la concurrence locale propose des produits nettement inférieurs en termes de performance. En outre, la Chine est le pays où l’on compte le plus de cas d’hépatite au monde. Or, avec nos échographes nous visons principalement deux pathologies, le foie et le sein. » En revanche, l’entreprise a choisi de ne pas se positionner dans les pays d’Amérique latine pour cause de problèmes de retard de paiement.

Les échographes de Supersonic Imagine reposent sur une technologie unique, issue du jeu vidéo. « Nous utilisons une carte graphique dotée d’une importante puissance de calcul, qui permet de traiter jusqu’à 20 000 images par secondes. Il s’agit d’une technologie que nous sommes les seuls à posséder. Toute la valeur ajoutée de nos produits réside dans le logiciel. En 2018, nous avons encore compacté l’électronique grâce à une nouvelle génération de carte graphique et nous commençons à nous intéresser à l’intelligence artificielle. Notre objectif est de toujours rester innovants, d’apporter de nouvelles fonctionnalités à nos appareils et, bien sûr, de contribuer à augmenter la qualité du diagnostic de celui qui réalise l’échographie », détaille le dirigeant.

La société travaille ainsi, depuis fin 2018, en collaboration avec des hôpitaux parisiens et des cliniques en Israël, à la saisie de données concernant des patients atteints de pathologie du foie. « Nous devrions atteindre les 1 000 patients en fin d’année. Pour le foie, la biopsie peut entraîner des complications, des effets secondaires nonnégligeables. Pouvoir disposer d’un diagnostic sans avoir recours à la biopsie est ainsi essentiel ».

En France, Supersonic Imagine vend à 50/50 entre secteur public et privé. « Le public nécessite une démarche plus longue. Il faut répondre à des appels d’offres et ensuite faire des démonstrations de nos produits. Alors que dans le privé, les décisions sont plus souples ». En 2018, la société a accusé un repli (-41 %) de ses ventes en France.

Jacques Souquet
Jacques Souquet, fondateur, vice président et directeur de l'Innovation de Supersonic Imagine. — Photo : D.R.