Var

Loisirs

L'éditeur de jeux sous licence Apicoove reprend les Editions As'Truc

Par la rédaction, le 19 mai 2017

L'entreprise varoise Apicoove, spécialiste du jeu de société sous licence, annonce la reprise des Editions As'truc. Elle a aussi bouclé une levée de fonds de 300 000 euros et part à la conquête de nouvelles licences qui lui ouvrent les portes de marchés à l’international.

Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

La maison d'édition de jeux de société sous licence Apicoove (7 salariés pour un chiffre d'affaires de 800.000 euros en 2016) annonce sa reprise des Editions As'Truc, implantées dans le Maine-et-Loire. Depuis 17 ans, As'Truc crée des jeux de société pour l'éducation et la sécurité des enfants sur les thèmes de la sécurité routière, des accidents domestiques et du respect de l'environnement. Ces jeux étaient jusqu'alors principalement destinés aux collectivités. "L'union d'As'Truc et d'Apicoove permettra d'associer les jeux As'Truc à des marques caution pour en assurer la promotion auprès du grand public", confie Guillaume Nanot, le dirigeant fondateur d'Apicoove.

Un portefeuille de licences renommées

Et à propos de marques caution, Apicoove compte désormais des licences de renom dans son portefeuille. En 2016, Apicoove avait renforcé sa notoriété sur le sol français en imaginant des jeux pour l'UEFA Euro 2016, Le Tour de France, La Vache qui Rit et les casinos Partouche, enregistrant ainsi une croissance de 34 % de son chiffre d’affaires. 
En 2017, elle a dévoilé et dévoilera encore de nouvelles collections, aux couleurs de licences, mondialement connues. En février, Apicoove a présenté un jeu sous licence Chupa Chups et des jeux ludo-éducatifs à l’effigie de Sophie La Girafe, numéro un des ventes de puériculture dans 77 pays. La maison d’édition a aussi séduit l’ourson Paddington, qui sera sur tous les écrans de cinéma en novembre prochain et Regal Academy, une série animée italienne, diffusée sur la chaîne Gulli et dont les débuts à l’écran sont très prometteurs. Enfin, aux Canada et aux États-Unis, son jeu de carte à collectionner sous licence Emoji, prévu pour la rentrée, a déjà été nominé dans la presse spécialisée. Et ce n’est pas fini ! "Aux 36 jeux déjà commercialisés viendront s’ajouter dans les mois qui viennent des nouveautés, dont le très attendu jeu sous licence Le Petit Prince, une licence aux retombées mondiales et particulièrement appréciée en Asie", confie Guillaume Nanot.

À la conquête des Etats-Unis

Avec de telles licences, Apicoove est désormais prête à relever un nouveau challenge : l’export. En 2016, l’export représentait déjà 30 % du chiffre d’affaires de l’entreprise (800.000 euros). "Dès 2018, nous espérons porter ce chiffre à 70 % puis à 90 % d’ici à cinq ans car le marché français, même s’il reste dynamique, représente seulement 5,3 % du marché mondial du jouet", précise Guillaume Nanot. En Europe, les jeux Apicoove, Made In France et fabriqués à partir de matériaux recyclables, sont déjà présents en Suisse, en Belgique et au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie et en Pologne. Outre-Atlantique, à Philadelphie, l’entreprise varoise ouvrira en septembre prochain sa première filiale : "Nous créerons une joint-venture avec un éditeur français, au sein de laquelle Apicoove sera majoritaire, pour partir à la conquête de ce colosse. Le marché nord-américain représente plus d’un quart du marché mondial des jeux de société. Nous espérons à terme qu’il représente donc 25 % de notre chiffre d’affaires", explique Guillaume Nanot.

Innovation

Si la renommée des licences constitue un formidable accélérateur de développement, « l’innovation et la différenciation ne sont pas à négliger », poursuit Guillaume Nanot. Il en est ainsi du rapprochement avec As’Truc Éditions, mais aussi de notre récente levée de fonds de 300 000 euros, dont une partie sera investie en R & D pour le développement d’un jeu en réalité augmentée et ainsi « intégrer une dimension plus moderne au jeu de société ».

Un acteur majeur en Europe

Apicoove a déjà conquis les plus grandes enseignes françaises de distribution de jouet en accompagnant de près chaque nouvelle sortie. Son dirigeant espère désormais hisser son entreprise au rang d’acteur majeur du jeu de société sous licence en Europe et prévoit de compter dans son portefeuille treize licences, dont six d’envergure mondiale, l’année prochaine. Quant au chiffre d’affaires, qui s’est établi à 800 000 euros en 2016, son dirigeant prévoit de le doubler chaque année et les effectifs seront portés à 24 personnes pour la fin 2018.

Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture