Région Sud

Réseaux

La chambre régionale de l'Economie sociale et solidaire mise sur la proximité

Par Hélène Lascols, le 06 décembre 2018

Après une année marquée par l'ouverture d'antennes dans le Var, les Alpes-Maritimes et le Vaucluse, la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire Paca, présidée par Denis Philippe, expose ses objectifs pour 2019.

Denis Philippe, président de la Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire de la région Paca.
Denis Philippe, président de la Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire de la région Paca. — Photo : DR

L’année 2018 devait être l’année du déploiement pour la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (Cress) Paca, qui revendique 600 adhérents. Le défi est en passe d’être relevé. Depuis le début de l’année, la chambre régionale a en effet ouvert trois délégations dans le Var, les Alpes-Maritimes et le Vaucluse. Deux nouvelles délégations dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes compléteront ce dispositif de terrain dans les prochaines semaines. « C'est un choix d’être au plus près de nos adhérents. Nous voulons être davantage visible et lisible, à la fois pour les 17 000 entreprises de l'ESS régionales et pour nos partenaires départementaux », explique Denis Philippe, le président de la Cress Paca. La chambre du Sud-Est de la France n’entend pas opposer le modèle de l’économie sociale et solidaire (ESS) à d’autres modèles mais veut valoriser les entreprises de proximité et leurs actions innovantes qui peuvent donner à d’autres l’envie d’entreprendre dans l’économie sociale et solidaire.

Recruter des adhérents en local

Ces délégations départementales ont vocation à dynamiser ce tissu d’entreprises qui font la part belle à la RSE et aux circuits courts, à favoriser leur mise en réseau, à créer des événements. À l’image du salon marseillais des achats responsables So Eko, point d’orgue du mois de l’économie sociale et solidaire et « vitrine de la réalité (des) entreprises », qui a battu des records avec 800 participants le 8 novembre.

Les délégations départementales serviront aussi de point d’ancrage pour recruter de nouveaux adhérents. C’est là un autre enjeu que s’est fixé la Chambre régionale, qui compte aujourd’hui 600 adhérents, contre trente il y a trois ans. « Nous avons fixé un objectif à 1 000 adhérents et avons recruté un commercial dédié. Cet objectif est raisonnable. Il nous permettrait de valider notre modèle économique, de porter librement la parole et la défense de notre secteur et nous éviterait toute dépendance économique et donc politique », selon Denis Philippe. Pour susciter de nouvelles adhésions, la Cress Paca joue la carte de proximité. Elle a aussi développé un catalogue de services – gestion, RH, conseils juridiques, accompagnement stratégique, diagnostic – et s’intègre dans un réseau plus vaste car « nous n’avons pas vocation à tout faire », précise le président.

Un fonds d’aide de 10 millions d’euros

La Cress Paca a aussi convaincu de grands acteurs de l’ESS (fédérations, mutuelles, banques par exemple) de la rejoindre pour soutenir son développement sur les trois prochaines années. « Ils ont été séduits par notre approche, qui replace l’entreprise au cœur de notre projet, qui favorise l’émergence et le développement d’entrepreneurs, qui redonnent du sens à notre société et œuvrent en proximité. » Avec leur soutien, la Cress Paca a créé un fonds d’aide qu'elle souhaite doter de 10 millions d’euros et que Denis Philippe espère dévoiler en début d’année prochaine.

Denis Philippe, président de la Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire de la région Paca.
Denis Philippe, président de la Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire de la région Paca. — Photo : DR